Preuve d’une nouvelle étape dans la croisade anticorruption dans laquelle elles sont engagées depuis quelques mois, les autorités gabonaises envisagent de s’intéresser également aux marchés publics dont l’attribution et l’exécution n’ont pas souvent été rigoureuses. Une direction générale des Marchés publics (DGMP) pourrait voir le jour au cours de l’année 2020.

L’annonce de la création de la DGMP apparaît comme une nouvelle étape dans l’opération de lutte contre la corruption en cours au Gabon, notamment contre le passage des marchés publics de gré à gré. © Gabonreview/Shutterstock

 

Ce pourrait être l’une des actions inscrites dans le cadre de l’opération anticorruption baptisée «Scorpion» lancée ces derniers mois à l’initiative, dit-on, d’Ali Bongo. Le Conseil des ministres du 30 janvier a adopté le projet de décret portant création, attributions et organisation de la direction générale des Marchés publics. L’ambition des autorités gabonaises, semble-t-il, est d’en finir avec les malversations enregistrées dans ce domaine depuis quelques années et pour lesquelles certains hauts cadres de l’administration publique sont actuellement inquiétés par la justice, à l’instar de l’ancien ministre des Travaux publics Magloire Ngambia et l’ex-secrétaire générale des Travaux publics Aurélie Ntoutoume.

Officiellement, le projet de création de la DGMP «émane de la nécessité de séparer les rôles de la chaîne de dépense pour un meilleur contrôle et d’assurer une gestion rationnelle de la  commande publique, vecteur de croissance économique».

Si le président de la République et le gouvernement entendent désormais délester la direction générale du Budget et des Finances publiques (DGBFIP) des missions relatives aux marchés publics, ils reconnaissent à demi-mot l’échec de cette administration dans l’assainissement de ce secteur, parmi les plus sensibles et les plus sujets à la corruption.

Devant être représentée dans toutes les provinces du pays, la DGMP sera «chargée d’assurer l’exécution de la politique du gouvernement en matière de passation, d’approbation et de contrôle de l’exécution des marchés publics», précise le Conseil des ministres. La création de cette administration devrait intervenir au cours de l’année 2020.

 
 

5 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Mais ce manque de transparence dans les marchés publiques et bien d’autres domaines c’est ce qui permet à Ali d’être l’homme le plus riche du Gabon et il n’a pas fini. Continuez de rêver mais de comptez pas sur ce régime.

  2. Gayo dit :

    La corruption est entretenue au plus haut sommet de l’état par la famille régnante qui continue à bâtir sa fortune sur la confiscation et la spoliation de l’état.

  3. Mezzah dit :

    Il faut aller plus loin mais ils n’auront pas le courage car ils se connaissent tous.
    On voit un ancien agent, fut-il ancien directeur SEEG des agences de l’intérieur, revenir aux commandes alors qu’il a été condamné et licencié pour avoir volé, passé des marchés aux entreprises qui lui ont reversé les 10 voire 20% des parts du marché. Sa nomination est d’ailleurs considérée comme un pied de nez à la justice qui l’a condamné.

    Oui il faut aller plus loin quand vous voyez comment les agents de la CNSS tripatouiller avec les entreprises qui ne versent pas leurs cotisations, le cas de Nicole ASSELE est flagrant.

    Oui il faut aller plus loin parce nous voyons des compatriotes avec des biens immobiliers dont ils ne pourraient jamais justifier comment ils ont eu l’argent pour construire tout ça. Allez voir Ali Akbar.

    C’est un véritable changement qu’il faut.

  4. Judicaël KOU-VASSA dit :

    L’article 39 de l’actuel Code des Marchés Publics dispose que<>
    Mieux l’article 40 prévoit clairement que <>. A cet effet, ledit article insiste en donnant un certains nombre de choses qui relèvent de sa Compétence parmi lesquelles valider les Plan de Passation des marchés…de procéder à l’approbation du rapport d’analyse des offres et du procès verbal d’attribution provisoire…
    Comment vouloir créer une DGMP soit dit en passant elle existe déjà sous la forme de l’ACMP. Dites simplement qu’elle n’assure pas son djob vu que la violation du principe de transparence telque prévu à l’article 5 est flagrante. Car être transparent c’est publier les plans de passation des marchés de toutes les autorités contractantes, c’est publier les avis généraux de passation des marchés c’est publier les décisions du contentieux des marchés publics, c’est publier enfin les rapports d’audits des marchés passés par les autorités contractantes sur une année. C’est à mon humble avis la seule manière de lutter contre la corruption dans les marchés publics au Gabon. Vous nous cacher quoi? Même pour utiliser les infos du Gabon a des fins scientifiques c’est impossible. Les rares documents sur les marchés publics au Gabon dates de 2015. Et ce sont des dossiers types. (Rire) arrêtons un peu avec cette fantaisie. La rationalisation de la dépense publique et l’extinction de la corruption passen par le RESPECT de la TRANSPARENCE DANS LES PROCEDURES DE PREPARATION,PASSATION, ET D’EXECUTION DES MARCHES PUBLICS. C’est de l’ARGENT PUBLIC donc appartenant à Tous les GABONAIS. Ont est en droit de savoir qu’est ce que vous en faites.
    Même l’actuel code des marchés publics manque de transparence trop de bêtises et des incohérences dans ce code. Vous faites ces textes avec qui?

    Je sais de quoi je parle tenez vous bien.

  5. Judicael KOU-VASSA dit :

    les Choses du Gabon là vraiment!
    le cadre institutionnel actuel des marchés publics est composé des organes de contrôle comme le prévoit l’article 9 du Code des Marchés Publics. mieux l’article 39 dispose clairement que ces organes de contrôle des marchés publics sont “l’Administration centrale des marchés en charge des marchés publics et ses démembrements et l’autorité de régulation des marchés publics”. comment peut-on alors sauf en cas de complicité de ces organes dans ces faits parler de corruption? quand on sait que ces organes sont là pour lutter contre toutes ces pratiques de nature a porté atteinte à la sincérité des procédures de préparation, passation et exécution des marchés publics. arrêtez avec des Décisions fantaisistes car les prérogatives dévolues à l’Administration centrale des marchés publics et ses démembrements comme le prévoit l’article 40 du présent code sont assez claires pour lutter contre les pratiques corruptrices et toutes formes de manœuvres frauduleuses dans les marchés publics vous n’allez rien inventer qui n’est déjà prévu dans l’article 40. vous parler de corruption dans les marchés passé par entente directe encore dit marché de gré à gré c’est-à-dire sans appel d’offres qui est la procédure de passation par PRINCIPE au sens des dispositions de l’article 56 du code des marchés publics, mais l’article 68 de ce Code nous dit clairement que cette procédure exceptionnelle n’est effective que par AUTORISATION DE L’ADMINISTRATION CENTRALE DES MARCHÉS PUBLICS. ceci veut donc dire qu’il y a un contrôle exercé par ladite administration. par conséquent s’il y a corruption c’est avec la complicité d’un organe de contrôle existant. vous voulez ajouter cette DGMP pour intensifier la corruption ou pour l’éradiquer? à mon humble avis d’étudiant en marchés publics et en partenariats public-privé que je suis, le vrai problème des marchés publics au Gabon qu’il faut résoudre et qui aura un impact considérable dans la résolution du sempiternel problème de la corruption dans les marchés publics c’est LA TRANSPARENCE. un principe général en droit de la commande publique pourtant prévu à l’article 5 du code des marchés publics au Gabon mais royalement violé par les autorités contractantes sous le regard coupable des Organes de Contrôle. respecter le principe de la TRANSPARENCE c’est publier sur le portail des marchés publics du Gabon les Plans de Passation des Marchés Publics en début de chaque année, respecter la TRANSPARENCE c’est publier les avis généraux de passation des marchés publics, c’est publier les décisions contentieuses des procédures de passation et d’exécution des marchés publics c’est aussi publier les rapports d’audits des marchés publics passés de toutes les autorités contractantes, respecter la TRANSPARENCE c’est même réécrire le code des Marchés Publics du Gabon qui modestement souffre de beaucoup d’incohérence. voici humblement la seule manière qui ma foi pourrait rationaliser la dépense publique au Gabon et constituer un grand pas vers l’éradication de la corruption.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW