Comme tous les dirigeants du monde, le président gabonais est attendu, le 23 septembre prochain au siège des Nations Unies, où il sera tenu de faire un bilan d’étape sur le déploiement de la Couverture sanitaire universelle (CSU) dans son pays, quatre ans après s’y être engagé. Ali Bongo, dont la présence physique est requise par le patron de l’OMS, devra convaincre sur les avancées en la matière dans son pays où plusieurs difficultés restent perceptibles.

Ali Bongo est attendu au siège des Nations Unies, à New York, le 23 septembre 2019 (photo d’archives). © DCP-Gabon

 

Ali Bongo ou un de ses représentants, membre du gouvernement, devra se rendre à New York dans quelques jours, où se tiendra au siège de l’ONU l’Assemblée générale de cette organisation internationale. Quasiment présentée comme une exigence par le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Réunion de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle qui se tiendra dans le cadre de cette Assemblée est jugée «importante». D’autant qu’elle permettra de faire le point avec tous les dirigeants sur la réalité de l’étendue de la CSU dans leurs différents pays.

Au Gabon où plusieurs localités sont encore des déserts sanitaires, en dépit des promesses renouvelées de l’Exécutif et des efforts peu porteurs de la CNAMGS, confrontée aux difficultés financières liées à la difficile conjoncture économique, la copie du représentant du Gabon ne risque pas d’être la mieux notée. À 11 ans de l’échéance de 2030, à Libreville comme à l’intérieur du pays, le déploiement de la CSU reste confronté à l’argent-roi dans de nombreuses structures sanitaires, y compris publiques.

Or, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus l’assure, cette Réunion de haut niveau sur la CSU «est une occasion historique pour les dirigeants du monde de faire en sorte que personne ne soit privé des services de santé, dont il a besoin, simplement parce qu’ils ne sont pas accessibles ou parce qu’ils dépassent ses moyens».

La présence physique d’Ali Bongo est requise

Ayant signé, en 2015, l’engagement d’«instaurer la CSU au plus tard en 2030, au titre des Objectifs de développement durable», comme ses homologues, le président gabonais est personnellement attendu à New York. C’est du moins le souhait du Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui rappelle que «la CSU est un choix politique» assumé par chacun des dirigeants signataires.

«J’appelle tous les dirigeants à faire ce choix, tout d’abord en participant en personne à la réunion, et en contribuant à en faire un succès», invite-t-il sur le site Web de l’OMS.

S’il est peu probable qu’Ali Bongo y soit personnellement présent, au cours de cette future réunion, les participants ne seront pas moins tenus de s’engager à investir dans les mécanismes de financement résistants, les services à fort impact, un personnel de santé solide, une gouvernance et les capacités institutionnelles renforcées.

 
 

8 Commentaires

  1. manono dit :

    Ali n’ira pas, il n’est plus a meme de tenir un discours. Un montage de discours ne sera pas possible pour lui .

  2. Victorine dit :

    Bonsoir,
    Si vous qui êtes de la diaspora ne vous organisez pas autour d’un leader (TOUS UNIS DERRIÈRE UNE SEULE PERSONNE DE LA RÉSISTANCE… SI C’EST TOUJOURS JEAN PING…), nous allons ENCORE PERDRE… CAR CES VOYOUS SONT EN TRAIN D’INSTALLER FARGEON COMME PRÉSIDENT.

    ET SI C’EST LE CAS, CE SERA LA PLUS GRANDE HONTE DE MA VIE DE GABONAISE.

  3. Premier gaou dit :

    Victorine, donc la présence de 3M te fait quand meme espérer qu’un autre que son choix peut gagner des elections dans ce pays?

    “Et on dit premier gaou n’est pas gaou oh
    see’est deuxième gaou qui est niata oh ah “

  4. SERGE MAKAYA dit :

    POUR ETRE PLUS DIRECT… JE LANCE A GABONREVIEW UN SOS… POUR LIBÉRER LE GABON… JEAN PING QUI VEUT LIBÉRER LE PAYS EST PRISONNIER DE CE SYSTÈME (PRISONNIER DANS SA MAISON) ET… AUSSI (CROYEZ-MOI) DE LA FRANCE… OUI… DE LA FRANCE… JE VOUS LE JURE… ANCIEN DU B2… MON DIEU… CROYEZ-MOI… SI SEULEMENT JE ME MONTRE, ILS VIENDRONT M’ARRÊTER… GABONREVIEW, VOUS POUVEZ CONTRIBUER A LA LIBÉRATION DE NOTRE PAYS… ALLEZ-Y…

    • Bibang Serge dit :

      @Serge Makaya. Vous fatiguez les gens avec vos bêtises de Ping et de la France qui empêche même aux serveuses de bar de vous laisser boire cadeau. Ancien du B2 de mes deux…. Vous avez peur de quoi ? Quand vous “etiez” au B2 c’était pour offrir du champagne à ceux.qui luttaient contre les Bongo ?

  5. SERGE MAKAYA dit :

    C’EST TOUT COMME MOBILISATION ? OUI DE LA PART DE L’OPPOSITION… SACHEZ QUE VOTRE FARGEON NE SERA JAMAIS PRÉSIDENT DU GABON… https://www.facebook.com/1970315549913975/photos/gm.2621238131439816/2519342211677970/?type=3&theater&ifg=1

  6. SERGE MAKAYA dit :

    Merci à “gabonreview” d’aider le pays à se libérer du “JOUG FRANÇAIS”. BEAUCOUP DE VRAIS GABONAIS ATTENTENT DE VOTRE PART UNE EXPLICATION…MOI, EN TANT QU’ANCIEN DU B2, JE M’EXPRIME… AIDEZ LE GABON A SE LIBÉRER EN LIBÉRANT JEAN PING QUI EST PRISONNIER POLITIQUE. GABONREVIEW, soyez du cote de l’histoire, dénoncez l’hypocrisie française…

  7. Lavue dit :

    Oh là là! Serge MAKAYA est un ancien du B2. Là-bas on ne recrute que des cancres, sans réel niveau intellectuel, de véritables bouchers, nous a-t-on souvent dit. Il a pris sa retraite ou a-t-il été viré pour incompétence plus notoire encore? Faut qu’il nous en dise un petit mot. Quand à continuez à soutenir Jean PING dont la maladie d’ALI laisse croire à beaucoup qu’il est l’homme de la situation semble confirmer ce que pensent beaucoup du le niveau intellectuel des gens du B2. PING n’a certes pas encore subi un AVC, mais il est loin d’être l’homme qu’il faut à la tête du pays. C’est un PDGiste convaincu, qui s’est mis comme beaucoup avant et après lui à l’écart à cause d’une brouille personnelle avec son “beau-frère” de Président. Faut jamais l’oublier, qu’a-t-il fait de remarquable durant ses nombreuses années dans le système PDG-BONGO? En est-il réellement sorti ? Faut nous en dire un mot. Le Gabon a besoin d’une nouvelle génération d’Hommes à sa tête. Ça va être très difficile il faut le reconnaître car le système mis en place depuis 1967 ne fabrique que des produits du même type. Le cheminement est connu: Loges maçonniques, cercles ésotériques, militantisme dans le PDG avec inhibition de toute réflexion, pensée unique, soumission et allégeance à un maître. PING qui a longtemps baigné dans cet univers pourra-t-il proposer une autre offre aux Gabonais ? Difficile de le croire car on ne redresse pas facilement un arbre tordu vieux de plus de 70 ans?
    Le Gabonais doit développer son sens critique et lieu de baigner facilement dans la démagogie et les combines des politicards; très souvent revanchards et non convaincus d’un projet alternatif nouveau.

    Wait and see

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW