Conformément à la Constitution gabonaise, dans un délai de 45 jours au plus, après sa nomination, le Premier ministre présente devant l’Assemblée nationale son programme de politique générale qui donne lieu à débat. Pour respecter ce délai constitutionnel, les députés de la 13e législature ouvriront leur première session ordinaire le 21 février au lieu du premier jour ouvrable de mars.

Sous la présidence de Faustin Boukoubi, Julien Nkoghe Bekale fera sa déclaration de politique générale au plus tard le 26 février. © D.R.

 

Dans un communiqué paru le 18 février, l’Assemblée nationale annonce l’ouverture de sa première session ordinaire le 21 février 2019. Prévue pour le premier jour ouvrable du mois de mars, conformément à l’article 41 de la Constitution gabonaise, l’Assemblée nationale dit avoir anticipé cette rentrée parlementaire, première de la 13e législature, pour «respecter scrupuleusement le délai de 45 jours prescrit par l’article 28a de notre loi fondamentale, en prenant connaissance du programme de politique générale du Premier ministre, sanctionné par un vote de confiance».

Les députés tiennent au respect du délai constitutionnel qui voudrait que Julien Nkoghe Bekale fasse sa déclaration de politique générale au plus tard mardi 26 février.

Julien Nkoghe Bekale exposera les grandes orientations de son programme de gouvernement, les principales réformes et les mesures qu’il veut mettre en place. Ce dernier semble être sur la même longueur d’onde, puisqu’il a réuni son équipe, du 15 au 17 février, au Cap Estérias pour la préparation de sa déclaration de politique générale.

La joute parlementaire de la 13e législature pourra donc commencer avec l’ouverture de cette session dite des lois, suivie quatre jours plus tard du grand oral de Nkoghe Bekale. Ce dernier, à en croire ses propos à l’issue des travaux du Cap Estérias, prend le pari de satisfaire les Gabonais, de répondre à leurs préoccupations, de leur offrir de l’eau et de l’électricité en toute saison, d’améliorer l’offre de santé ainsi que le réseau routier et tout ce qui permettrait de «mettre en œuvre la politique de l’égalité des chances». Du déjà entendu ! Nkoghe Bekale devrait faire mieux pour restaurer la confiance brisée.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW