Nommée au ministère de la Défense nationale en remplacement d’Etienne Massard à l’issue du remaniement ministériel du 30 janvier dernier, Rose Christiane Ossouka Raponda n’a toujours pas pris ses fonctions tandis que le ministre sortant continue d’exercer. La situation génère bien de supputations.

Etienne Massard Kabinda Makaga est serein, il continue de superviser la Défense nationale. © Gabonreview

 

Depuis le léger réaménagement ministériel du 30 janvier dernier, dont le changement notable concernait le ministère de la Défense nationale, avec l’éviction d’Etienne Massard Kabinda Makaga, envoyé nulle part ailleurs et remplacé par Rose Christiane Ossouka Raponda, la passation de charges n’a toujours pas eu lieu dans ce département. Le passage des témoins a pourtant déjà eu lieu le 4 janvier au ministère des Mines et le 6 au ministère de l’Agriculture, également concernés par le même remaniement gouvernemental. Tout portait pourtant à croire, au regard de la précipitation avec laquelle ce remaniement ministériel est intervenu, que le changement du ministre de la Défense nationale était de prime importance, sinon une urgence.

À ce jour, des sources concordantes proches de la présidence de la République et de la Primature soutiennent qu’Etienne Massard continue de superviser le ministère de la Défense nationale, du moins d’en expédier les affaires courantes. Et pour cause : Ossouka Raponda n’a pas encore prêté serment devant le président de la République.

Cette situation génère nécessairement des questions : Pourquoi et comment l’étape de la prestation de serment a-t-elle visiblement été oubliée dans le chamboulement en urgence du gouvernement, deux semaines seulement après que le cabinet du nouveau Premier ministre s’y soit assujetti ? Quand donc Rose Christiane Ossouka Raponda prêtera-elle ce serment ? Quel en serait le scénario ? Fera-t-elle le voyage de Rabat pour un serment en catimini ou pour un serment solennel ouvert à la couverture médiatique ? Ali Bongo descendra-t-il à Libreville pour une mono prestation de serment express ? Fonction sensible et stratégique, le ministre des armées peut-il se passer du serment ?

Tout ceci en rajoute à la suspicion. Et, dans l’opinion publique, nombreux doutent davantage de ce que Etienne Massard ait véritablement été débarqué par la volonté du président de la République dont il est réputé d’une loyauté sans reproche. La rumeur voudrait d’ailleurs que Massard Kabinda Makaga ait demandé à voir le décret ayant scellé son éviction du gouvernement. Selon ses proches, l’homme reste serein. Un petit tour au quartier Acaé-Résidentiel laisse bien voir que les soldats de la Garde républicaine, les fameux GR, sont toujours de faction devant son domicile pour en assurer la sécurité. De plus, circulant sur le Net mais non encore authentifié, un arrêté portant inscription des officiers de Santé militaire au tableau d’avancement de l’année 2019 a été contresigné par Étienne Massard, le 6 février 2019, une semaine après sa soi-disante mise à l’écart.

En tout cas, dans les faits, il reste ministre de la Défense nationale, Rose Christiane Ossouka Raponda l’étant sur le papier. Le décret de Julien Nkoghe Bekale tarde à se traduire dans le concret. Une semaine déjà que l’urgent chamboulement est intervenu… sur un poste sensible du gouvernement, un ministère de souveraineté appartenant, avec les Affaires étrangères, à ce que Charles de Gaulle appelait «le domaine réservé du président de la République», chef suprême des armées.

 
 

9 Commentaires

  1. yantché dit :

    Je soutiens Etienne MASSARD sur ce point.

  2. Francis dit :

    100% derriere MASSARD! où est le decret?

  3. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    Ça ne fait commencer. BWETE. /

  4. Le Chat dit :

    Qu’il reste ministre de la défense. Ce 1er ministre est un faux. Que ce 1er ministre montre aussi le décret qui l’a nommé, n’est-ce pas ? Il ne le montrera pas, parce qu’Ali Bongo n’existe plus. Mborantsuo et cie: compagnie, nous font vivre ” Une chimère ” qui est entrain de se transformer en Un très gros dilemme , Un Cauchemar !

    La Très haute trahison trouve ainsi sa place.

    Au royaume de têtues, il y en est ceux qui le sont le plus que d’autres. Voilà, que l’épineuse Équation se complique à la ” cour de tous petits grands “, non !

    Wait ans See !

  5. diogene dit :

    Un bras de fer entre l’esclave pédant d’Ali et l’esclave prétentieux de Pascaline.
    A suivre.
    On peut inverser les qualificatifs, les doubler…

  6. yantché dit :

    Je soutiens que ce pseudo gouvernement va tomber bientôt.
    Ils ont largement fait preuve du faux et usage de faux, sur tous les plans :
    -Fausses lettres d’ali BONGO
    -Sosie d’ALi BONGO
    -immitation des fausses signatures au sommet de l’état
    -Refus de déclarer MileBOU obisson chef de l’état par interim de 3 mois
    -refus d’organiser les élections transparentes sous surveillance de l’ONU et de l’UE (on vous attend avec pied ferme).

    Sachez que le corps d’ALI BONGO sera autopsié pour déterminer la date réelle de son décès (ce n’est plus un secret de polichinelle sur ce point) et l’usage de faux, oui les faux serments seront châties jusqu’à 10 ans d’interdiction d’exercer une fonction politique au gabon.

    Dieu vous observe, pitiééé

  7. fréderic balango dit :

    soyons sérieux, la Defense a déjà écumé 2 mandats je ne sais combien de millions en nombre de mois de mandature (2009 – 2019).

    Même Digogène (2009 -31 Août 2016 à 23h003 ) sait que la donne est : à chacun son tour chez le coiffeur, Autrement dit “La roue tourne à chacun son étoile”.

    Dieu a dit que la mort doit réguler les comportements de l’humanitéééé . chance!

    Alex.

  8. Yves dit :

    A croire que tous les décrets « signés » par Ali Bongo sont faux. A commencer par le décret nommant le premier gouvernement de Julien Nkoghe Bekale et celui du 30 janvier portant réaménagement de celui-ci, puisqu’à la prestation de serment de ce gouvernement, Ali avait toujours le bras droit paralysé.

    A dire que très peu de personnes ont vu ces décrets ; la preuve, Mansard demande à voir le décret le « dénommant » au poste de Ministre de la Défense.

    La signature sur le décret portant « inscription des officiers du service de Santé militaire au tableau d’avancement de l’année 2019 » (et sur lequel Mansard, maintenu à son poste signe;) signé le 6 février ne souffre d’aucune anomalie.

    Preuve qu’Ali a retrouvé l’usage parfait de son bras droit : Ali est donc parfaitement guéri.

    Si ce n’est pas le cas, on conclut que le faux et usage de faux devient la règle dans le Clan Bongo-Pédégistes en imitant la signature d’Ali Bongo.
    Le fait que Mansard se retrouve dans le décret du 6 février met complètement à nu les manigances du Clan Bongo.

    Issoze et les autres sont alors partis pour quelles raisons?

    On sait que Ali ne peut plus rien décider.

    3 M est toujours là; il ne peut jamais avoir de vacance du pouvoir.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW