Sur une prévision annuelle de 381 milliards de francs CFA, les dépenses d’investissement ont atteint un niveau d’ordonnancement de 169,7 milliards de francs CFA, à fin septembre 2019, selon le rapport d’exécution budgétaire pour le compte du troisième trimestre 2019.

L’État a enregistré en fin septembre 2019, un niveau de dépenses d’investissement atteignant 169,7 milliards de FCFA. © D.R.

 

Le niveau d’ordonnancement sur les dépenses d’investissement s’élève à 169,7 milliards de francs CFA au troisième trimestre 2019, sur une prévision annuelle de 381 milliards de francs CFA. Ce montant est réparti entre les dépenses financées sur ressources propres pour 105,2 milliards de francs CFA et celles financées au titre des prêts projets pour 58,9 milliards de francs CFA.

Selon les données de la direction générale du budget et des finances publiques, les dépenses initiées sur les ressources propres, les plus significatives se déclinent ainsi qu’il suit : éducation nationale (18,5 milliards FCFA); la construction, logement et équipements collectifs (38,5 milliards FCFA) ; la défense (9,2 milliards FCFA) ; transport (24,6 milliards FCFA) dont 22,6 milliards FCFA alloués à la «fourniture de bus au profit de la nouvelle société urbaine de transport dénommée TRANSNAT».

Les dépenses d’investissement au poste “Ressources propres” intègrent également les pouvoirs publics. Sur une prévision de 21,4 milliards FCFA, les dépenses de la mission “Pouvoirs publics” s’établissent à 3,7 milliards FCFA, soit un taux d’exécution de 18% porté principalement par l’administration du territoire et la mise en œuvre du projet de «réhabilitation de l’hémicycle de l’Assemblée nationale». Cette mission a fait l’objet d’une exécution à hauteur de 4,4 milliards FCFA sur une prévision de 25,9 milliards FCFA, soit un taux de 17%. Les projets concernés par cette exécution sont le «Programme de développement des infrastructures (PDIL II) », le «Pavoisement luminaire de la ville de Libreville» ainsi que la prise en charge des «dépenses d’investissement des collectivités». Par ailleurs, d’autres missions ont enregistré une exécution de leurs dépenses d’investissement à travers des projets mandatés à hauteur de 4,9 milliards FCFA.

S’agissant de l’exécution des prêts projets sur financements extérieurs pour le montant de 58,9 milliards de francs CFA, les tirages concernent les projets «réhabilitation du Transgabonais», «construction des salles de classe» et «renforcement des structures sanitaires» pour 4,5 milliards de FCFA décaissés auprès de l’Agence française de développement (AFD) ; 33,3 milliards de FCFA de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) pour les projets «promotion de l’investissement et de la compétitivité», la  «dorsale de télécommunication», «projet E-Gabon» et «projet appuis employabilité». Il en est de même pour le 0,1 milliard de FCFA octroyé par la Banque africaine de développement (BAD) pour le projet «renforcement des capacités» et les 21 milliards de FCFA de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) pour le projet «construction route PK5-12».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW