En vue de l’harmonisation des points de vue et de la poursuite des opérations de règlement de la dette intérieure aux opérateurs économiques, le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, a échangé, ce 24 janvier, avec les organisations patronales gabonaises.

Le Directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, échangeant le 24 janvier 2019, avec les responsables des organisations patronales gabonaises. © Gabonreview

 

Moment de la rencontre. © Gabonreview

Alors que le paiement de la dette intérieure a connu un ralentissement sur les quatre derniers mois de l’année 2019, le directeur général de la Dette a tenu à rencontrer les responsables des organisations patronales gabonaises.

La démarche visait à faire le point sur le règlement de la dette au cours de la précédente année et de sensibiliser les organisations patronales sur les actions menées par l’Etat pour prendre en compte de manière exhaustive la problématique de la dette intérieure.

On retiendra globalement qu’en 2018, la signature d’une convention entre l’Etat et un Groupement d’intérêt économique (GIE), appelé Club de Libreville, a permis un traitement intégral de la dette intérieure. Sur une créance consolidée de 310 milliards de Francs CFA, rééchelonnée sur 74 mois, le gouvernement a procédé au paiement de 5 milliards mensuel. Un montant à répartir entre les adhérents du Club de Paris. Au total, les 9 échéances ont permis de régler un montant de 45 milliards de Francs CFA.

«Chaque fois que l’Etat paie ce montant c’est une injection importante de ressources financières au profit du secteur privé. Et cela nous a permis d’aborder la notion de confiance qui doit désormais prévaloir, parce que l’Etat, malgré les situations pas toujours faciles, s’est astreint à verser l’intégralité des échéances dues au titre de l’année 2018», a déclaré Hugues Mbadinga Madiya.

A ce jour, les échéances du Club de Libreville ont été rachetées à hauteur de 120 milliards de Francs CFA par les banques locales. Et l’Etat a en outre procédé à des règlements directs au profit des entreprises, pour un montant de 26 milliards de Francs CFA par le biais de son programme annuel d’Obligations du trésor assimilables (OTA).

Au total, ce sont 191 milliards de francs CFA qui ont été réglés par l’Etat au profit direct de ces entreprises en 2018. Ce d’autant plus que les arriérés de quatre mensualités, ont été payées. «Le message que nous avons passé aux entreprises est de dire que rien n’est parfait. A vous de pouvoir faire confiance à l’Etat et relancer, de manière sereine, vos décisions liées aux commandes publiques. C’est en étant confiants, d’un côté comme de l’autre, c’est en respectant les obligations que nous serons à même de relancer l’économie nationale», a précisé le directeur général de la Dette.

 
 

6 Commentaires

  1. Jean Gaspard Ntoutoume Ayi dit :

    Dans le budget 2018, le service de la dette intérieure était de 332 milliards de Fcfa, dont 78 milliards au titre des intérêts et 254 milliards au titre des amortissements. Ainsi donc, si 191 milliards ont été remboursés, il reste 141 milliards d’arriérés.

    Nous sommes en plein programme d’ajustement structurel, donc dans une situation où l’engagement premier de l’état est de n’accumuler aucun arrièré de paiement.

    Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

  2. saint clair auguste dit :

    après lecture de cet article je pense que c’est vraiment une vrai bouffer d’oxygène pour les entreprises gabonaise et ceci pourrait aider ces entreprises à se relever mais une question reste en suspense la condition de l’employé qui a supporté la dure durant tout cette période. est ce que ces patrons seront reconnaissant envers ces employés là ?

  3. Ikobey dit :

    Silence assourdissant de l’opposition sur le règlement de la dette.
    Il est vrai qu’il est difficile de faire de la démagogie à 2 balles avec ce sujet.

    • Akébé Vite !!! dit :

      Sous ajustement structurel c’est le créancier qui commande et travaille pour rentrer dans ses fonds je ne vois pas pourquoi l’opposition devrait féliciter ceux qui ont crée inutilement ces dettes ou ceux qui font semblant d’avoir prêté un argent qui n’est jamais allé aux Gabonais pendant que les auteurs sont au chaud ailleurs
      Sinon pas trop froid à rabat ce matin?

  4. Ikobey dit :

    @Akébé sauvage
    Pour vous, quoi qu’il fasse le pouvoir a toujours tort !
    Vous n’êtes tout simplement pas crédibles, vous voulez faire croire qu’il existe un trésor caché, je ne sais où.
    Vous inventez n’importe quoi en faisant confiance à l’imbécilité de certains.
    Le pays est pauvre, il est endetté, les investisseurs ont peur d’y investir . Vous nous dites : le pays est riche, la dette n’est pas un problème, chassons les investisseurs actuels d’autres rêvent de venir y perdre leur argent.
    Pourquoi jouez-vous contre le Gabon, votre famille, vos amis ne sont-ils pas Gabonais ? Votre rancoeur, votre aigreur, vos mensonges ne vous amèneront à rien.
    Vous êtes des perdants, quoique vous fassiez on ne vous laissera pas ruiner le Gabon, nous sommes les vrais patriotes ! Profitez, étalez votre hargne, faites coulez votre fiel, nous serons là plus tôt que vous le pensez vous demander de rendre compte.

    • Akébé Vite !!! dit :

      Votre militantisme n’est pas une excuse à votre bêtise ou votre ignorance feinte. Revenez à la réalité rien ni personne ne vous a donné le droit vous avant d’insulter les autres personne ici n’est à vos ordres.
      Vous maquillez volontairement les faits vous n’avez réussi qu’à trouver des conclusions fallacieuses? Tout un art! En effet, 1/C’est bien vous et vos semblables qui utilisez la crédulité (Je n’utiliserai jamais vos mots qui disent tout de vous)des gens des deux cotés de la table l’image illustrative ici se trouvent des représentants PD Gistes en quoi sommes nous concernés si nous ne nous reconnaissons pas dans ce genre cérémoniel? ; 2/ le pays n’est pas pauvre et même à supposer qu’il le soit devenu qui en assumait la bancale direction?? C’est bien à des séides comme vous que vous irez demander des comptes et à personne d’autre;3/ est-ce que vous relisez même vos inepties ??vous vous êtes auto-proclamés patriotes pour défendre le Gabon que vous détruisez chaque jour un plus en favorisant les intérêts de rabat ??? votre hypothétique retour honnêtement ne nous regarde en rien vous ne serviez à rien ici et encore moins la bas.Laisser votre ramassis de malfrats ou vous êtes relève du masochisme pour notre beau pays. Alors vos petites leçons dénuées de performativité seraient mieux là d’où elles n’auraient jamais du sortir….Pffff !!!!

      PS heureux de découvrir que chez vous le contraire de vite c’est sauvage ça permet de mieux comprendre votre univers et surtout vos choix

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW