Rencontrant les responsables des organisations patronales gabonaises pour faire le point de la dette intérieure, le 24 janvier 2019, le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, en a profité pour annoncer un audit en 2019.

Le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, le 24 janvier 2019. © Gabonreview

 

Pour encourager une relance de l’économie nationale à partir du règlement de la dette intérieure, la direction générale de la Dette a entretenu les responsables des différentes organisations patronales sur les perspectives de 2019. Elle espère entamer cette nouvelle année sous de bons auspices. Hugues Mbadinga Madiya a indiqué que l’Etat compte poursuivre le traitement de la dette à travers plusieurs actions.

L’on devra ainsi procéder à la consolidation du Club de Libreville, par la poursuite du règlement des 5 milliards de Francs CFA au titre de la convention, la réalisation de l’audit des dettes de l’administration centrale sur les exercices budgétaires 2015, 2016 et 2017 et celle des établissements publics. Un cabinet international a été retenu pour la conduite de cet audit dont les opérations ont déjà débuté. Le gouvernement envisage également la titrisation de la dette par le biais du marché financier.

«Vous pouvez remarquer que le Président de la République, Chef de l’Etat et le Premier ministre, ont fait de la question du règlement de la dette un axe du Plan de relance de l’économie», a rappelé le directeur général de la Dette. La contrepartie demandée aux organisations patronales repose sur le soutien aux efforts fournis par l’Etat, à travers les actions de sensibilisation de leurs membres. «Les organisations patronales peuvent faire confiance à l’Etat qui fera le nécessaire même dans des conditions parfois difficiles, pour remplir ses obligations. Cette confiance est nécessaire pour permettre la relance, à la fois de la commande publique, mais aussi des projets d’investissements et doper la croissance», a soutenu le directeur général de la dette.

Certains représentants des organisations patronales, notamment François Jean Jacques Evouna du Conseil gabonais du Patronat et Innocent Mve Ndong de la Fédération patronale des PME/PMI Gabon, se sont réjouis de l’ensemble des actions visant le règlement de la dette intérieure. «Nous les entreprises, nous avons remercié la Direction générale de la dette de reconnaitre qu’il faut se retourner vers les organisations patronales représentants les PME pour discuter avec elles. Ce qui n’est pas souvent le cas. Nous apprécions cette nouvelle façon de faire des autorités étatiques», a déclaré Innocent Mve Ndong.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW