Ce qui se dit ou s’écrit sur le président de la République gabonaise à l’étranger est toujours bon à savoir, même lorsque ce n’est pas valorisant pour l’image du pays en général. Un journal du Niger et un autre du Burkina Faso ont récemment tablé sur l’actualité du Gabon, en des termes qui ne sont pas toujours pour plaire. Ci-après, l’économie de ces articles.

Les journaux "Le Sahel" du Niger et "Le Pays" du Burkina Faso - © Gabonreview.com

Deux titres ouest-africains, Le Sahel (Niger) et Le Pays (Burkina-Faso), ont analysé, il y a une dizaine de jours, la situation politique au Gabon. Si on les croit loin de la réalité équatoriale, les auteurs de ces articles semblent pourtant suivre à la loupe les mouvements de l’arène politique gabonaise et si leur prose avait été produite à Libreville, on les classerait assurément dans la catégorie «presse de l’opposition».

Dans sa livraison du 15 septembre 2012, le quotidien Le Sahel, par exemple, a laissé entendre que le président Ali Bongo avait commis deux fautes la même semaine : «la reconduction de l’ex-maîtresse de son défunt père à la présidence de la Cour constitutionnelle pour un quatrième mandat de sept ans et le refus du dialogue avec l’opposition solennellement annoncé devant le Parlement gabonais», estimant qu’il n’est jamais bon de refuser le dialogue, «surtout quand on est le fils d’Omar Bongo, homme de dialogue, et quand on se veut un chef d’État responsable».

Pour sa part, dans son numéro du 13 septembre, le quotidien burkinabé Le Pays a titré : «Gabon – Proposition de conférence nationale souveraine – Ali Bongo se braque». Sous la plume de Boulkindi Couldiati, le journal note : «Ali Bongo a solennellement donné une réponse à la requête de ses opposants qui lui demandent la tenue d’une conférence nationale souveraine. Au lieu de se mettre au-dessus de la mêlée, en tant que chef de l’État, afin d’instaurer un dialogue franc et inclusif, Ali Bongo a livré un discours plutôt martial où il promet de sévir contre ceux qui lui demandent un peu plus de démocratie». L’auteur de l’article a ainsi commenté, dès le lendemain, le discours prononcé par le président Ali Bongo devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en congrès 12 septembre dernier à Libreville.

Indiquant à ce sujet que «quiconque prenait le discours du numéro un gabonais en marche croirait que le pays est en guerre alors qu’il n’en est rien moins qu’une mise en garde contre son opposition et la société civile qui lui réclament une conférence nationale souveraine», le journal ajoute : «En fait, les Gabonais, depuis longtemps maintenus dans les mains ferrées d’une oligarchie familiale, ont besoin de se parler. Peu importe l’appellation du cadre. Mais Ali Bongo qui récuse obstinément cette conférence nationale feint d’ignorer la façon dont il est arrivé au pouvoir. Pourtant, comme dirait quelqu’un, «un problème non résolu demeure un problème à résoudre, tôt ou tard».

Plutôt figue que raisin, le quotidien burkinabé circonstancie à sa manière l’accession au pouvoir du président gabonais, perçu, au passage, comme quelqu’un de raide : «En effet, pour mettre de l’eau dans son vin, il aurait fallu qu’il se rappelât que ceux qui réclament la conférence savent que le pouvoir qu’il gère d’une main d’acier lui est tombé dans les mains comme un fruit mûr. Car, l’histoire retient que le trône qu’il occupe aujourd’hui a été le fruit d’une pure usurpation avant d’être, dit-on, légitimé par le peuple gabonais.»

«A la vérité, poursuit le journal burkinabé, cette sortie d’Ali Bongo manque d’élégance à plus d’un titre quand il somme surtout ses opposants de reconnaître sa légitimité. Celui qui, comme dans les monarchies absolues, a succédé à son défunt père revendique sur tous les toits la reconnaissance de sa légitimité. Sait-il seulement que la légitimité se mérite mais ne se revendique pas ?» Et le quotidien de Ouagadougou de s’interroger : «Qui disait, avec raison, que ‘’le pouvoir révèle l’homme et non le transforme»

«En se comportant en forteresse assiégée face à une requête populaire, Ali Bongo achève de prouver qu’il ne s’est pas foncièrement démarqué des vieux réflexes du régime de son défunt père, caractérisé par la pensée unique. Jusqu’où mènera-t-il ce bras de fer qu’il engage avec l’opposition et la société civile ?» «La question reste entière quand on sait surtout qu’il ramène toujours cette revendication légitime à une querelle individuelle entre lui et son frère d’hier, devenu aujourd’hui son ennemi juré, André Mba Obame, géniteur de l’idée de la conférence nationale souveraine que lui-même, ô ironie de l’histoire, avait rejetée, du temps où il était l’épine dorsale du système Bongo-père. Mais il est vrai qu’aujourd’hui le nouveau contexte de ce monde en ébullition commande que l’on se parle, dans l’intérêt de tous», conclut Le Pays.

A l’évidence, on pourrait conclure que l’image du président Ali Bongo n’est pas des plus reluisantes auprès d’une certaine opinion africaine. Ceux qui ont en charge la gestion de l’image du président de la République ont donc du grain à moudre. Faut-il donc tant d’imagination que ça pour lifter et entretenir l’image du chef de l’Etat auprès de l’opinion africaine ?

 
 

59 Commentaires

  1. Le citoyen libre dit :

    Le CNC du Gabon va saisir le CNC de ces pays de suspendre lesdits journaux, parce ALI ne s’amuse pas c’est tres mechant democrate

  2. Mwane Mulumbu dit :

    Avant de balayer la cour du voisin, balayez d’abord la votre. Le Burkina est il un exemple de démocratie ? Et que dire du Niger ? Enfin !!!! Que chacun s’occupe de son pays. En bon entendeur…

    • Le citoyen libre dit :

      Oui mais cela n’empeche pas de donner son opignon n’est-ce pas ?
      Car la politique d’un pays peut avoir un impacte dans d’autres pays. Quand ALI dit «Le Gabon est une voix africaine qui compte et doit compter beaucoup plus dans le futur. Nous sommes acteurs sur la scène diplomatique internationale. Notre mission doit continuer» Avec une telle declaration aux nations unies il y a lieu de se domander si ALI est serieux ?
      Parce que nous constatons que depuis qu’il est au pouvoir , c’est avec la force qu’il veut faire enttendre la voix du Gabon.

    • gabon dit :

      slt, moi je pense que le soutien doit avoir un sens logique , voila des voies qui ce lèvent hors de nos frontières,loin des opposants a qui ont demande de ferme les bouches et approuve les dérives d’un système qui est entrain de programme l’échec d’un pays ,le chaos et outre,le Gabon ,pays de paix d’hospitalité ,pays ou les peuples vivent en parfaite harmonie sans distinction ethniques ,une politique qui a bien réussi au Gabon quant ont regarde a cote de nous,donc soutenir comme quoi avant de balayer la cour du voisin balayez d’abord la votre ,mais mon cher ami, je pense que vous été bien informe comme moi que le Niger a belle et bien changer de président? je pense aussi que comme moi les cosses vous les connaissez? sachez que l’homme est ou centre de tous développement ,et que la communication et un puissant vecteur d’échange entre individu ,donc je pense que en lieux et place des belle critiques des analyses et outre comparions loin de la réalité actuel de notre beau Gabon,l’heur est a l’appel d’un dialogue social national au profit du Gabon et des gabonais dans tous son ensemble .

    • yann dit :

      cher mwane,
      peut-être que le Burkina n’est pas un exemple de démocratie, mais pour le Niger tu fait fausse route.
      c’est au Niger que le président MAMADOU TANDJA a voulu tripatouiller la constitution afin de se maintenir au pouvoir, si je ne me trompe avait dissout l’assemblé nationale, et projetait d’en faire plus en privant les citoyens de leurs droit. ce président a été renversé par les militaires qui ont conduit la transition et ont organisé des élections libres et transparentes qui n’ont souffert d’aucune contestation et surtout, ils n’ont pas participé, ils ont rendu le pouvoir au civil. c’est au bout de cette élection qu’est arrivé au pouvoir l’actuel président du Niger MAHAMADOU ISSOUFOU . donc oui, les quotidiens nigériens ont le droit de parler de la politique du Gabon car il sont en démocratie.
      notre président doit privilégier le dialogue, et non le refouler directe, qu’il fasse comme le défunt OBO, d’ailleurs la devise du pdg n’est-ce pas “Dialogue-Tolérance-Paix”?????

      • ndjobi otala dit :

        yann le bon sens voudrais que l’on dise tout haut certaine choses vous qui maitriser bien les états souverains et démocratique du Burkina et du Niger.
        blaise Compaoré est un exemple africain? et les rebelles touareg qui sévissent au Niger sont pour vous aussi un exemple pour un état aussi démocratique une fois de plus on ne parle que des sujets important et comme le GABON et son président le sont aussi à vous d’analyser

  3. bbsa dit :

    Voila les vaillants journalistes africains qui viennent encore une fois de plus prouver au peuple gabonais qu’il ne mene pas leur combat seul, la communauté internationale est avec lui malgrés la confiscation des médiats de l’Etat aux seul mains des pdgistes.Tenez vous bien; le vent qui amènera le changement au gabon viendra de l’étranger; il est là ,je le vois, il ne reste plus que quelques mois et tout ira pour le mieux dans notre pays.

    • ndjobi otala dit :

      vous méner quel combat et contre qui? je suis irriter c’est vrais que certaines choses ne sont pas bonne dans notre pays mais est une fatalité? Vous voyer le mal,la fatalité et la vengence par tout le GABON à besoin des hommes intégres et non des jetteurs des pierres quelles solution est vous capable d’aporté face à une situation X CHAQUE DIRIGEANT DE CE MONDE A BIEN DES DEFAUT C’est pas tout ce que BARRACK fait qui est bien

  4. Le Petit-Fils de la Veuve dit :

    Ali, voilà on commence à te congosser au Niger et au Burkina.

    Ton propre père avait dit “Dialogue, Tolérance, Paix”. Mais comme c’est toi qui sait tout, tu désobéis à ton père.

    Tu comprendras dans très peu de temps pourquoi ce sage d’Omar Bongo avait mis “Dialogue” avant “Paix”.

    Je soutiens LAURE OLGA GONDJOUT 2016.

  5. NIL dit :

    La vérité est souvent difficile à entendre si nous mêmes nous ne voyons pas ce qui se passe chez nous mais l’étranger en tant qu’ami peut nous le montrer et c’est la réalité ils ont vu juste les gabonais vous n’aimez pas les personnes franches je pense que les critiques permettent aussi de développer le pays au lieu de prendre ça mal car ici tout le monde se connait

  6. Mueli nzahu dit :

    Voilà ce qu’on appelle une presse d’opinion : les faits sont rappelés, une analyse en est faite, et une conclusion tirée. On adhère ou pas, mais c’est ça le journalisme.

    Pour ceux qui ont été à l’étranger tout cela est rien de plus normal dans une démocratie.

  7. Encore eux dit :

    Le Burkina n’est pas un exemple de démocratie ou de liberté de la presse, Blaise Compaoré est un dictateur sanguinaire qui était près à tout d’accéder et de rester au pouvoir. Il a tué Thomas Sankara, il modifie la constitution quatre mois avant les élections présidentielles précédentes afin de pouvoir se représenter pour une énième de fois…que dit ce journal appeler “le Pays” ?
    Bref, parlant u Niger qui a connu coup d’état sur coup d’état depuis son indépendance, et la situation économique et sociale dans se pays laisse à désirer. Sécheresse, Famine, émigration massive de leur citoyen qui vont mourir sur les côtes de Lampedusa en Italie, etc.

    Mon intervention ici n’est pas de réprimander la liberté d’expression de ces journaux étrangers, mais de savoir si leur liberté d’expression est de même appliqué dans leur pays. Et dans ces faits, j’en doute fortement, surtout au Burkina Faso.

    • Le citoyen libre dit :

      @ Encore eux
      Que les medias du PDG ripostent dans ce cas si ce n’est pas la verite !
      Le Gabon est un pays en verre , tout le monde voit ce qui se passe.

      • Le fils du pays dit :

        @ Le citoyen libre
        Tu verras mon frère, le PDG va utilisé les médias publics pour rispoter. Comme quoi nos impôts sont à la bamboula des mêmes.
        Peut-être qu’elle viendra de TELEAFRICAune, chaîne de télé sans vie ni élégance (hic ! sauf les costumes de Régis et compagnie)ou de la Griffe et autres journaux qui plaident la cause des intouchables rêveurs.
        bonne journée à toi mon frère

      • Encore eux dit :

        @ Le citoyen libre,

        Que médias du PDG ou autres ripostent,cependant ces médias étrangers doivent d’abord balayer devant leur porte. surtout le Burkina Faso avec son dictateur despote et sanguinaire.

        A cela, vous n’avez pas répondu à ma question :

        “Mon intervention ici n’est pas de réprimander la liberté d’expression de ces journaux étrangers, mais de savoir si leur liberté d’expression est de même appliqué dans leur pays.”

        J’attends votre réponse.

        • Guy Massard dit :

          @Encore eux. Qui vous a dit que ces journaux ne s’en prennent pas à Blaise Compaoré ? Qui vous a dit que ces journaux ne dénoncent pas la trop forte présence de François Compaoré dans les affaires du pays ? Qui vous a dit que ces journaux ne s’opposent pas à la volonté de Compaoré de céder le pouvoir à son frère François ? Que l’on sache, c’est au Burkina où il y a eu l’affaire Norbert Zongo. Cela prouve bien qu’il y a là-bas une presse combative, qui ne courbe pas la tête devant Blaise le dictateur. Votre réaction pue le chauvinisme à plein nez. Mborantsuo a voulu qu’Ali Bongo soit accusé d’être un leader africain. Il faut donc maintenant accepter que l’ensemble de la presse du continent se sente concerné par ses faits et gestes. Et puis, lorsque vous avez mis vos télévisions bidon sur satellite c’était à quelle fin ? Si vous ne voulez pas que les autres parlent de vos choses commencez par ne pas les leur montrer… Pour votre question, je vous renvoie à l’affaire Zongo….

        • Le citoyen Libre dit :

          Bonsoir Encore eux,

          Ces medias ont le meme combat que nos medias au Gabon.
          Et nous les fellicitons pour nous aider a denoncer les maux qui minent notre pays.Meme aspiration, meme combat.
          Que vive la liberte de la press en Afrique!

        • Le citoyen Libre dit :

          S’il n’y a pas de liberte dans leur pays, je pari qu’ils seront suspendus pour ne pas frustrer notre cher ALI, qui doit soigner son image.

      • ndjobi otala dit :

        c’est pas seulement le GABON tout le reste des nation sont aussi une vitrine!

    • hurricane dit :

      La liberté de la presse au Burkina est bien mieux que celle du Gabon.J’ai vécu 4ans dans ce pays et laissez moi vous dire qu’elle ne se laisse pas faire malgré les intimidations de l’État.Et laissez-moi vous dire encore que depuis l’assassinat du journaliste Norbet Zongo,les choses ont bien changé au niveau de la presse surtout la presse privée.La vérité fait mal mais ce n’est un secret de Polichinelle ce qui est dit dans ces articles.Pourquoi fuir la vérité même lorsqu’elle saute aux yeux?
      En tout cas,en matière de lutte contre le pouvoir,le Gabon est bien loin du Burkina Faso.Oui,le Burkina n’est pas un exemple de démocratie,faites y un tout et vous verrez ce qui se fait pour lutter contre le pouvoir en place.

  8. Nelson Mandji dit :

    Effectivement que fait le fameux COCOM? que fait Laure Gondjout (qui dit connaitre la comm)? que fait Michaël Moussa Adamou (journaliste qui se dit intelligent)? Que fait tout beau monde pour soigner l’image du président à l’étranger? Quelle politique est élaborée envers les agences de presse du monde entier? Quel plan, quelle stratégie média a été crée et déroulée depuis la fin de la campagne électorale en 2009?

    Ceci arrive parce que les communicateurs autour du président se contentent de bouffer leur argent, surtout ce fameux et fumeux Cocom et cet invisible ailleurs Africa Paractice, qui facturent le toc au prix de l’or.

    Les Editions spéciales et les couvertures de Jeune Afrique ça ne fonctionne plus, elles ne sont crédibles que pour les intermédiaires qui raflent du % au passage, les communiqués envoyés à n’importe qui, même à moi qui ne suis pas journaliste, et qui se terminent toujours par un rappel des 3 piliers économiques d’Ali, trois ans après la campagne électorale, ce n’est plus opérant et c’est du noircissage de papier pour rien. Même la comm de Chantal Biya est dix fois mieux menée que ça. Cela apprendra au président à s’entourer de spécialistes “Parisiens” qui n’ont fait leurs preuves nulle part qui n’avaient dans leur portefeuille aucun autre chef d’Etat avant le Gabon sur lequel ils se font les dents aujourd’hui.

    Gabonreview a raison: il faut donc tant d’imagination pour bien faire ce qui se faisait déjà pas mal sous Omar? Le défunt président n’était pas un démocrate mais il avait un service comm. Il y a de la ressource au Gabon et même autour du president, faites la travailler ou alors mettez à contribution les anciens, les Mavoungou et les Ngoyo, ils vont vous expliquer. Ça suffit comme ça!!!!

  9. le judoka dit :

    est ce que ces journaux ont tord de consacrer une page de leur journal sur la politique gabonaise? est ce que les magasines de journaux gabonais n’en font pas de meme? D’autant puisqu’ils ya des ressortissants burkinabés et nigeriens au Gabon. En plus, ce que ces journaux racontent, n’est pas faut puisque nous meme sommes témoins et victimes silencieux de ce systeme. Alors, ne voyons pas forcément de manière négative, leurs opinions sur la gestion du pays à moins que ceux-ci font objet de mauvaises propagandes visant nuire et à tenir l’image du pays.

  10. La Fille de la Veuve dit :

    @ Gerald Mounomby,

    S’il ne s’agissait que d’image. Les communicants, les pauvres ne peuvent pas tout faire !

    Vient un moment ou si la mariee est moche, elle est moche.

  11. scha dit :

    comme quoi, on nous observe de l’extérieur!!

  12. manondzo dit :

    Je suis sûr que Thomas SANKARA n’approuverait pas que des journaux gabonais lui rappellent sa vie d’assassin et de dictateur modifiant à sa guise la constitution, mais il faut éviter les réponses du berger à la bergère, le pouvoir gabonais gagnerait en une approche plus diplomatique.

    • Guy Massard dit :

      @Manondzo. Vitre réaction est typique de la pensée unique. En quoi la diplomatie doit-elle se mêler de ces questions. La presse est libre, pardi…. Quand les guignols caricaturent Obama ou Merkel, est-ce que la diplomatie US ou allemande s’en mêle ? On voit bien que pour vous, les journaux écrivent sous la dictée des pouvoirs sinon vous ne parlerez pas de diplomatie gabonaise qui doit réagir…. Le cadavre du parti unique ou du parti-Etat bouge encore… Triste…

  13. Le citoyen Libre dit :

    @ manondzo
    Thomas SANKARA ou Blaise Compaore ?

  14. scho dit :

    Le record absolu a été atteint en juillet 2008 lorsque l’oligarque russe Mikhail Prokhorov a signé une promesse d’achat pour la Villa Leopolda, sur les hauteurs de Villefranche-sur-Mer (Alpes maritimes) pour un prix estimé à 390 millions d’euros. Mais la vente ne s’est finalement pas faite, l’aventure se soldant pour le milliardaire par la perte de son dépôt de garantie de 10%. Même quand on a une fortune estimée à plus de 13 milliards de dollars, ça fait mal ! Du coup, un petit bijou parisien, l’hôtel Soyecourt, dans le 7ème arrondissement, semble mériter le titre de la demeure la plus chère de France. Longtemps loué au couturier Karl Lagerfeld, il a été vendu par la famille Pozzo di Borgo à Ali Bongo, le président gabonais, pour une modique somme estimée à 98 millions d’euros.

  15. scho dit :

    FRANCK NGUEMA (TV+)
    A la tête de TV+, la chaîne de télévision propriété de l’opposant André Mba Obame, Franck Nguema, 42 ans, est le patron de presse le plus harcelé du paysage médiatico-politique gabonais. Chacune des diffusions d’émissions relatives au principal opposant du président Ali Bongo vaut à ce média des menaces de suspension et des descentes musclées d’hommes cagoulés. Le 4 septembre, après le meeting de l’opposition, TV+ a été visitée nuitamment par un commando, dont l’identité n’a toujours pas été déterminée. Fils de Julien Nguema Obame, ex-conseiller d’Omar Bongo, et de l’ancienne ministre Angèle Ondo, Franck Nguema est, par ailleurs, le neveu d’André Mba Obame. Dans les années 90, il a dirigé, avec Anicet Adnan Bongo, demi-frère du chef de l’Etat, la société de communication dénommée BANF Consulting.

  16. demain un jour nouveau dit :

    C’vraiment dommage des qu’on a un avis contraire aux pdgistes tout de suite on en prend pour son grade… Je trouve que pour des medias etrangers ils ont une tres bonne lecture de la situation politique du Gabon. Felicitations. Bientôt nos amis pdgiste diront qu’ils sont finances par l’opposition gabonaise qui etaiT aux affaires et bla bla bla…

  17. ni lire ni écrire dit :

    Après avoir rappelé que sans liberté de blamer, il n’y a pas d’éloge flatteur je voudrais juste poser une question n’étant ni Nigérien, ni Bukinabé : Quels sont ces journaux? Si ce sont les équivalents locaux de Ezombolo ou de la Griffe (histoire de ne vexer personne) Ce n’est pas la même chose que s’il s’agit de journaux plus “traditionnels”.

    • Luc Lemaire dit :

      Des quotidiens nationaux généralistes. Ce ne sont pas des journaux satiriques.

    • Le fils de la Vueve dit :

      @Ni lire ni écrire. C’est quoi un “journal plus traditionnel” ? C’est un journal à la solde du gouvernement ou du pouvoir type l’Union, Gabon matin, Cameoroon tribune, Fraternité Matin…. ? Non cher ami, un journal vaut par la qualité de ses écrits et non pas par l’identité de son propriétaire…

      • ni lire ni écrire dit :

        ceux là, mais aussi Libération, The Times, le Washington Post. Bref ceux qui verifient d’abord les faits avant de se lancer dans de pures opérations de dénigrement politicien.
        La qualité de l’écrit dépend de la démarche journalistique rigoureuse et non du style littéraire.

        • Boukoubi Maixent dit :

          @Ni lire ni écrire. Mais, est-ce que les faits décrits par ces deux articles ne sont pas vérifiés ? ne confondez rien cher ami : ces articles appartiennent à la typologie des fictions ( analyses, commentaires). Il ne s’agit pas de compte rendus, choses vues et entendues. Encore que leurs analyses se fondent sur des propos vérifiés et vérifiables. Que leur reprochez-vous ?

  18. Nlaqui dit :

    Tout ce que ces journalistes ecrivent sont des verite’s, mais a’ mon avis (surtout le journaiste du burkina faso), la bonne charite’ commencant par sois meme, le journaliste du burkina faso devrait aussi raconter les conditions suivant les quelles blaise compaore’ est au pouvoir; il vera que ces conditions sont de loins pires et de loin moins sanglantes que celles qui ont amene’ ali bongo au pour. Cela’ etant, un journaliste burkinabe’ n’a aucun cours de democratie a donner, surtout quant ce dernier reside dans un pays ou blaise est president depuis 1987, presidence qu’il a acquis, dans des conditions sanglantes que l’on connait.

    • Le fils de la Veuve dit :

      @Nlaqui. Mais le journaliste burkinabé n’est pas au servicede Blaise Compaoré . Il est au service de la vérité et dees faits. Mais, Le journaliste burkinabé n’a jamais prétendu que Compaoré est un démocrate… Un peu court ce genre de remarques…

  19. Eric Nguema Mba dit :

    Je ne connais pas le Sahel. Mais je connais le Pays, abonné à la revue de presse de RFI.
    Dans les deux cas, on n’apprend rien qu(‘on aurait en effet déjà lu dans une partie de la presse gabonaise. la seule différence vient de ceci:
    Le pays joue à la presse libre avec le Gabon alors qu’il parâit dans un pays qui est trop loin d’être une démocratie.
    Je me souviens qu’il y a un an le regime de Compaoré était au bord de la chute (il n’a été sauvé que parce que ses maîtres occidentaux ont fermé les yeux). Pendant tout le mois qu’ont duré les troubles au Burkina, on espérait la vérité de ce journal… Rien…
    Alors, franchement, j’accorde plus de cérdit à Ezombolo qui joue sa partition de là où il a choisi d’être plutôt que des faux journaux burkinabè ou nigériens qui ne m’apprenent rien.

    • Le fils de la Veuve dit :

      @Eric Nguéma Mba. Il ne s’agit pas pour vous de dire si vous accorder de la crédibilité ou pas. Il s’agit de la pertinence de l’analyse et du fait que même hors des frontières du Gabon, Ali Bongo ne passe pas…. Vous ne dites rien sur le contenu du texte et vous lancez dans des jugement tout à trac…. A l’école on aurait dit que vous êtes hors sujet…. Gabon review doit nous épargner ce genre de commentaires qui n’apportent rien au débat ou à la compréhension du sujet..

      • ni lire ni écrire dit :

        ne tentez pas le diable, si tous les commentaires hors sujets étaient effacés, êtes vous sur que les votres seraient toujours à l’abri? La logique des commentaires est de fonctionner par association d’idées. C’est d’ailleurs interessant de noter comment certains habitués ramène toutes les discussions à leurs propres marottes, moi y compris..

      • Eric Nguema Mba dit :

        Bonne réaction de gabonais sachant tout: le bien, le mal, la vérité et à qui tout le monde doit vouer un culte et adhérer à sa vision des choses.
        Si vous étiez si intelligent, vous aurez pu déduire que je ne trouve pas ces deux papiers plus pertinents que ceux que j’ai l’habitude de lire. Le contenu est un ramassis de leiux communs qu’on lit mille fois dans la presse d’opposition au Gabon (qui ne dit pas que des conneries, au passage).
        Ce que je ne trouve pas pertinent dans les journaux gabonais, je ne vais pas le trouver pertinent parce que c’est écrit par un Burkinabè ou parce que ça vous fait plaisir.
        Cher ami, vous allez encore souffrir les idiots de mon espèce qui refusent d’adhérer à votre pensée unique.
        Libre à vous de juger comme il vous plait mes commentaires. Ce sont les miens. Et rien que pour emmerder les fachos de votre espèce (et il y en a des tas ici), je continuerais à dire ce que je pense.
        Un journaliste étranger dit du mal d’ABO: je m’en fiche. un journaliste étranger dit du bien d’ABO: je m’en fiche tout autant.
        J’ai passé l’âge d’avoir des directeurs de conscience.

  20. Omar ZEUS Premier dit :

    Messieur Encore Eux et Mwane ! vraiment je ne vous comprend pas , sincerement j’aimerai avoir votre niveau d’études.je vais vous poser quelque question ou j’aimerai que sincerement avant de me repondre vous meditez d’abord.
    -Norbert ZONGO est mort pourquoi?
    -Vous avez déja été à Ouagadoungou?
    -Tu es au moins au courant que le GABON d’ALI BONGO forme ces inspecteurs des impots au BURKINA FASO!!!Pareil pour le Niger ou nous formons des Pompier et autres cadres ds l’aviation civil!!
    -Maintenant donne moi une seul ecole ici ou le BURKINA envoi ces étudiants?
    Vous savez certains artistes disent des véritées dans leur parole DOUG SAGA disait “J’aime la critique parce que , elle me permet d’évoluer”.
    Si lui a pu etre sage ; Mais quand meme un president de la republique!!!
    Moubarak 100 pour 100 de député , 6 mois plus tard le peuple le chassait du pouvoir ; sa n’arrive pas qu’aux autres.
    Vos chaines de télévision sont sur cable c’est normale que des journalistes face des analyse; ce sont des intelectuels.
    Donc Messieur élévés le débat s’il vous plait , CAMPAORE n’a pas de directeur de cabinat gabonais ou MAMADOU ISSOUFOU de directeur de cabinet camerounais suivé mon regard ;corrigé vos erreurs c’est ce que l’on veut.
    Votre emmergence là!!! n’a pas de chiffre ? ou sont les 5000 logement ?
    SOYONS SERIEUX NOUS MEME!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Eric Nguema Mba dit :

      Les écoles que vous citez sont des institutions régionales de la même façon que l’IEF gaboanise est à présnet un pôle régional. De même, il y a des petits burkinabè au prytanée, des officiers burkinabè à l’école d’état-major de Libreville et des médecins burkinabè en spécialisation à l’école d’application de santé militaire de Melen.
      Chers compatriotes, un petit effeor: votre haine d’Ali Bongo et du PDG ne peut quand mêmùe pas vous conduire en permanence à dénigrer votre propre pays!

      • Encore eux dit :

        Omar ZEUS Premier,

        Ma réponse vous a été donné par Eric Nguema Mba que je remercie au passage.

        Vous savez Omar Zeus Premier, avant de venir nous divulguer les informations sur la présence dans vos écoles de nos compatriotes, il est d’abord judicieux de se demander si il n’y a pas de réciprocité.

        Concernant mes études (universitaires), soyez rassuré, j’en ai fait assez. trop même assez.

  21. demain un jour nouveau dit :

    Mais sommes nous a ce point intelorant pour refuser la critique? Et apres on nous fait de grand discours sur les themes de la xenophobie, etc..la liberte d’expression n’existe plus? Ou alors du fait que ca soit des journaux etrangers ils n’ont point le droit d’analyser la vie politique et sociale gabonaise? Que leur reprochez vous exactement: si ceux qu’ils ont ecrit est inexact ou injurieux, alors portez vous partie civile et intente leur un proces en diffamation ou injure publique, ca c’votre droit. Mais de grace arretez de leur faire un faux proces soit disant qu’ils n’ont aucune lecons a nous donner du fait de vivre dans des republiques bananieres (eux aussi). Nos grands journaleux ne font ils pas dans l’Union et Gabon Matin des papiers sur la situation dans ces pays freres? Même si c’vrai qu’ils se contente souvent de reprendre des depeches de l’AFP. Nous nous battons et luttons tous pour la même cause: sortir nos peuples de la misere et nos pays du sous developpement. Ces articles devraient tout simplement interpelle nos dirigeants.. Au Gabon tout ne va pas bien comme on semblerait vouloir nous le faire croire et même nos freres africains l’ont constate..

  22. Nlaqui dit :

    On ne construit pas 5000logements en moins de trois ans; ali a encore 4 ans et apres ces 4 ans, il faudra qu’il ai le courage de dire qu’il ne se representera plus au elections ( et aux erections). Cela’ etant, ali bongo est mille fois plus democrate que campaore’ qui, en passant, avait pris le pouvoir de maniere tres sanglante, et est encore sur ce meme pouvoir, depuis 25 ans. compaore’ ne peut pas accepter qu’on publie un commentaire critique a’ son egard, comme celui qui est publie’ sur Gabon Reviews sur ali bongo. Je ne suis pas partisan d’ali, bien au contraire, mais je dis qu’un journaliste du burkina fasso, et tres mal place’ pour critiquer ali, car compaore’ est beaucoup moins democrate qu’ali, et de loin, plus sanginaire. Voila’ la verite’.

    • gee dit :

      tu racontes n’importe quoi vraiment n’importe quoi,c’est pas parce que on indexe le Président du Gabon que tu va raconter des bêtises,lis le contenu de ce qui est dit.Si c’est de cette manière ou tu vas conduire un débat c’est regrettable

  23. La Fille de la Veuve dit :

    Quand le Sage montre la Lune, l’Idiot regarde son doigt.

    Ces journaux ne font que reprendre l’essentiel des analyses qui valent suspensions et convocations en tout genre par le CNC de la presse prives Gabonaise.

    Quelle difference de fond y a t il entre les analyses de ces journaux et les conclusions auxquelles sont parvenus Coniquet, Ndemezo’o et Biyoghe Mba, qu’on ne peut soupconner d’anti Gabon ou d’anti Emergence.

    Vous pourrez toujours casser tous les themometres qui vous informeront sur le niveau eleve de votre sottise, vous n’en deviendrez pas pour autant intelligents.

    Reprenez-vous!!!!!!!!!!!!!

  24. FRIDRISCH dit :

    c’est pas le niger ou le burkina qui peut parler du gabon, les pays qui vivent sous la pauvreté quelle democratie que ces deux pays peuvent parler? meme ton pére est un bandit ou vaut rien tu ne peut pas accepter que quelqu’un autre treite ou qualifie ton pere de ces mots. Meme ces faux jounalistes qui ont ecris ces journaux ne connaissent pas bien la politique du gabon, quand ils parlent que le President Ali a resfusé la conference nationale il a raison la conference pour parler de quoi? c’est sont les meme cenarios à l’epoque de son pere et les gens veulent reprendre4 , tout justement pour les postes c’est tout, et ces journaux trouvent les information fausses avec les fauz opposants gabonais, qui mn’ont plus dans leurs comptes et ils veulent les postes. ce temps est passé. Et je souhaiterais que ces journaux doivent etre censurés . les gens confondent la liberté d’expression ne veut pas dire que les faux pays comme le niger ou le burkina parle de l’integrité d’un pays qui n’a pas les meme problemes que eux.

    Niger:
    – IDH (2011) 0,295 (186.º) – baixo[4]
    – Esper. de vida 56,9 anos (160.º)
    – Mort. infantil 110,8/mil nasc. (164.º)
    – Alfabetização 28,7% (174.º)

    Burkina faso:181 Burkina Faso 0,331 0,215. voila ces pays peuvent vraiment parler avec le Gabon? je ne sais si ce sont des jounalistes ou les faux journalistes qui reflechissent? avant de publier des telles informations.?

  25. FRIDRISCH dit :

    occuper vous de votre misère le problemes du gabon ne vous regarde pas . comme vous avez ecris venez organiser la conference pour les faux opposants gaboonais ce sont les opposantsa des postes.et non d’idées. pas de conference nationale ce temps est revolu.
    les faux opposants incapables de gagner les elections legislative. avec avec la biometrie ou meme le mode de votation à main levée vous allez toujours perdre, par ce que le peuple est fatiqué de vous vous ete vieux pour faire de la politique laisser les jeunes. faites comme les autres les vrais gabonais les gens qui ont du poid au Gabon,ex vice president, emile ndumba ou Chambrier fils,adiaeno, ntoutoum emane voila les vrais politiciens qui ne vivent pas ou qui ne vivaient pas seulent de la politique. ils sont dans le calme total, mais les tonneaus vides qui vivaient que de la politique sont dans les difficultés par ce que les millions sont entrain de finir. parlent de conference nationale des postes.

  26. Ntshouba Longo dit :

    Plutôt que chercher à régler les problèmes politiques du Gabon, ces derniers devraient plutôt chercher des solutions aux problèmes causés par Areva… De même ,i ly a à la tête du Burkina Faso, un assassin, responsable de la mort de Sankara et de la guerre post-electorale en Côte-d’Ivoire. Je ne pense non plus que cee pays soit un exemple de démocratie. J’invite ces journaux à enlever les poutres présentes dans leurs yeux. Les problèmes du Gabon trouveront leurs solutions au Gabon par des gabonais.

  27. gee dit :

    De toute évidence ce que cette presse ressort est le reflet exact de la vie politique au Gabon.Madame MBOURANTSHO est éternel a un poste et sa vous amuse,elle fait louer la cours constitutionnelle dans sa concession pendant qu’elle retarde les travaux au bord de mer.Si cette presse parle des choses du Gabon ou est le mal,vous êtes des idiots les gabonais , vous marchez avec un pagne au visage.On vous envoi toujours contredire certaines informations fondées mais comme on vous paie pour sa vous venez raconter des conneries.Je ne rien contre le pouvoir en place mais l’honnêteté intellectuel ne peut réfuter la réalité sauf chez les clowns qui se baladent grosses voitures,savent même pas écrire leur nom….pfff

  28. Léon-Paul BOUNOMBAR dit :

    Ce n’est plus le chauvinisme, mais le maboulisme gabonais.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW