Au cours des travaux lancés, samedi, dans le cadre de sa rentrée politique, le parti de René Ndemezo’o Obiang entend se pencher, jusqu’à dimanche, sur l’application des actes du dialogue d’Angondjé relatifs aux réformes électorales envisagées. Il appelle les autorités à réactiver le comité de suivi mis en place au terme de ces assises.

Des cadres de Démocratie nouvelle, le 27 avril 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Moments des travaux en atelier. © Facebook/AnnieLeaMeye

Mis en place au terme des assises politiques de 2017, le comité de suivi-évaluation des actes issus du dialogue d’Angondjé n’a plus travaillé depuis plusieurs mois. À Démocratie nouvelle (DN), cette inaction a de quoi inquiéter, s’agissant particulièrement des réformes politiques décidées au terme de ces travaux. Or, si René Ndemezo’o Obiang reconnaît que plusieurs de ces réformes ont connu une première expérimentation lors des législatives et locales d’octobre 2018, le Premier secrétaire de DN assure que beaucoup reste à faire. Il estime par ailleurs que seule la structure censée veiller à l’application de ces réformes est habilitée à corriger «les insuffisances, manipulations et dérapages qui ont continué à émailler le processus électoral».

«Nous exigeons avec force, non pas un nouveau dialogue, mais une réactivation urgente du comité de suivi des actes du dialogue. En commençant par la recomposition dudit comité, au vu des changements intervenus dans les fonctions de certaines personnalités membres», a déclaré le patron de DN lors du lancement officiel, samedi 27 avril, des journées de réflexion organisées dans le cadre de la rentrée politique de son parti.

Outre cette première exigence visant à améliorer l’organisation des élections au Gabon, DN devrait en faire d’autres à la suite de ses journées de réflexion. Un atelier consacré à l’«analyse méthodique et systématique» de l’application partielle des actes du dialogue a d’ailleurs été mis en place. Censé travailler «sans complaisance», y compris sur la situation politique actuelle, cet atelier devrait faire des recommandations, dont certaines exigeront «que de nouvelles réformes soient apportées pour corriger et consolider celles issues du dialogue d’Angondjé, dont la mise en œuvre est encore loin d’être intégrale», annonce René Ndemezo’o Obiang.

Selon le Premier secrétaire de DN, le document final issu de ces travaux sera transmis aux autorités gabonaises chargées des élections ainsi qu’aux partenaires du Gabon, dont l’Union européenne, l’ONU et l’Union africaine.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW