S’exprimant pour la première fois, ce 31 mars 2017, sur le dialogue politique lancé par Ali Bongo, Jean Ping n’a pas infléchi d’un pouce sa position par rapport à ces assises, mais également sur le rapport de force avec le pouvoir de Libreville.

Jean Ping, principal opposant à Ali Bongo Ondimba, ne prend pas part au dialogue national ouvert le 28 mars 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Sur les antennes de Radio France internationale (RFI), ce vendredi 31 mars 2017, celui qui a capitalisé plus de 48% de voix des Gabonais n’a pas, une nouvelle fois, été tendre avec le pouvoir. Jean Ping est remonté dans le passé pour rappeler qu’en 1990, à l’issue de la Conférence nationale, le Gabon avait mis en place une démocratie et des règles du jeu claires. «Progressivement le régime a tricoté la situation dans laquelle nous nous trouvons », notamment avec le retour d’un mandat de 7 ans renouvelable à perpétuité. «On est revenu à un tour, etc. sans demander à personne. Maintenant, ils nous disent qu’ils veulent détricoter», a-t-il déclaré.

Pour lui, le régime n’a pas besoin d’eux pour détricoter ce qu’il a tricoté. Il dénonce une manœuvre d’«une bande de copains», voire «une bande de coquins » qui veut que lui et son camp viennent apporter leur caution à ce qu’il qualifie de «mascarade». Pour lui, le pouvoir le pouvoir peut utiliser l’Assemble nationale où il dispose d’une très confortable majorité absolue. Comme l’ancien Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, avant lui, Jean Ping a pris l’exemple d’un voleur et de sa victime pour caricaturer la situation actuelle.

Jean Ping reste campé dans sa position : «Ali Bongo n’a pas gagné l’élection» et n’a pas à organiser ce dialogue. Même si le ministre français des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault, a récemment souhaité que ce dialogue aboutisse à des réformes structurelles, l’ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon estime, lui, qu’il ne s’agit pas de «succès diplomatique» pour Ali Bongo. «La communauté internationale demande que la situation revienne à la normale. Si donc le pouvoir qui a tout confisqué, qui tue, qui pille, qui viole décide de ne plus piller, de ne plus voler, les gens ne peuvent qu’apprécier», a banalisé Jean Ping.

Même s’il estime que les réformes issues du dialogue s’appliqueront aussi à lui, il souligne néanmoins qu’il ne cautionnera pas «une mascarade», «un bal des vampires». «Pendant un mois, ils vont être dans des hôtels pour danser, pour chanter, pour sabrer le champagne, pour prendre des décisions qui sont déjà connues d’avance», a-t-il ironisé.

Quant à la coalition qui s’était formée autour de lui durant l’élection présidentielle, Jean Ping note que les cinq candidats l’ayant soutenu sont encore avec lui. «Ils ont exprimé clairement qu’ils n’iront pas au dialogue», a-t-il rappelé, martelant par ailleurs que «malgré toutes les tentatives de corruption», cette «coalition tiendra jusqu’à la victoire finale». «Jusqu’aujourd’hui, ce que moi je sais c’est que notre coalition tient», a-t-il ajouté.

A propos des élections législatives à venir, il estime que le moment venu, ils pendront des décisions qu’il faudra en tenant compte de ce qu’aura, au préalable, décidé les partis de la coalition. Pour lui, rien n’a changé dans son rapport de force avec le pouvoir. Des manifestations diverses sont prévues dans les jours à venir pour accentuer la pression.

 
 

14 Commentaires

  1. dikoka dit :

    arrête de nous distraire bande de franc macon tu est dans le complot du monde Gabon

  2. AGORA dit :

    Ping OKOKA …Le vrai président du Gabon!Ne t’en fait pas Dieu ne dors pas ….laisse les ce goinfrer dans leur monologue. …Le jour ce lève déjà pour le Gabon

  3. Nzamata mine dit :

    Monsieur le Président Jean Ping, soutien!!! ONE FAM!!!

  4. lepositif dit :

    Tchouoooo Jean Ping l’Echoué du 27 Aout 2016, c’est toi qui parle comme ca??? Serieux. Morceaux choisis pour tes fans que tu as vampirises au point de leur perdre la memoire:
    parlant de la conference nationale l’Echoué dit ceci: “«Progressivement le régime a tricoté la situation dans laquelle nous nous trouvons », il poursuit: “«On est revenu à un tour, etc. sans demander à personne. Maintenant, ils nous disent qu’ils veulent détricoter», rien que ca. Pierre Mamboundou et ton frere Rendjambe doivent se retourner dans leur tombe.
    Je sais que la vieillesse fait perdre la memoire, onero Ping, je te rappelle que tu as avait ete nomme ministre de l’Information, des Postes et des Télécommunications, du Tourisme et des Loisirs, de la Réforme du secteur parapublic, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, le 26 Fevrier 1990, donc bien avant cette conference (qui avait eu lieu du1er mars au 19 avril 1990) et tu es reste ministre jusqu’au 06 Fevrier 2008, donc 18 ans ministre de ce pouvoir.
    Quand on torturait et emprisonnait ton frere Agondjo, tu n’as rien dit…
    Quand on a tué ton frere tu n’as rien dit…tu etais ministre de ce pouvoir
    Quand Mba Abessolo reclamait sa victoire en 1993, tu n’as rien dit…
    Quand Mamboundou reclamait ses victoires en 1998 et 2005, tu n’avait rien dit…tu etais ministre de ce pouvoir
    Quand Mba Obame pleurait sa victoire en 2009… tu avais dit: “La victoire d’Ali Bongo ne souffre d’aucune contestation… tu etais president l’ Union Africaine.
    Tu es un menteur Jean Ping, tu ne penses pas au peuple, tu veux regler tes problemes avec ton beau frere en prenant en otage le Gabon et en te servant du pauvre peuple que tu as decouvert souffrant seulement apres avoir servi ce regime pendant 2 décennies et tu viens parler comme si tu etais Mengara ou Moubamba (avant sa nomination), tu prends vraiment les gens pour les imbeciles et il y a des gens qui te suivent…

    • LB dit :

      Parce que votre President Ali Ben Bongo etait ou pendant que son pere et son regime renforcaient leurs pouvoirs ?

      Au cours de son premier mandat, votre President, si epris de paix, de dialogue et de democratie, aurait pu revenir a cette fameuse constitution de 1991. Nous aurions vu au moins qu Il est plein de bonne volonte et qu Il est different de son pere et de ses comparses.

      Mais il n a rien fait, au cours de ses longues 7 annees, il a ete interpelle a plusieurs reprises pour que soit ouvert un dialogue. Monsieur et sa bande se sont assis dessus.

      Entre 2 maux, laissez nous au moins choisir le moindre mal. Contrairement, a ce que vous pensez nous ne sommes pas des amnesiques et encore moins des idiots voire imbeciles comme vous dites

      Un chien, en candidature unique, aurait pu se presente contre votre President il aurait toujours ete battu.

      Vous ne comprendrez jamais cette problematique.

    • EKOUROU dit :

      Le positif: tu as raison tout ce que PING disait hier s’était pour “Les Bongo” bokilo oblige. Aujourd’hui, il est à nous le peuple progressiste qui a besoin d’un étalon très haut. ali bongo n’est pas OMAR BONGO la preuve est là il est plus minable constatent les chiens qui aboyaient hier et ceux d’aujourd’hui qui de partout ou la diaspora gabonaise se trouve brave l’autorité du petit président qui hier au parti unique avait un courant “Les rénovateurs” toi qui connait bien le milieu, quelles étaient les contributions de se courant pour l’émancipation des pratiques rétrogrades qui ont pourries la gouvernance de son père?. Après sept ans, quels sont les reformes entreprises pour améliorer le contexte de leur gouvernance approximative du pays?. Le Gabon est votre jouet et personne à ce jour ne peut prédire ce que sera ce pays en 2025.

  5. Bienvenu EYI MBA dit :

    Bonjour,

    Soutien,soutien,soutien Monsieur le Président!

    Celui qui perd ne gagne pas! ali bongo a perdu,qu’il tire les conséquences de cet échec et qu’il se retire purement et simplement. Beau-frère ou pas,plus que selon les PDgistes,dès qu’on a des enfants avec une femme,on l’a épousée,et on devient de fait gendre de la famille de cette dernière,ah bon??? Donc ilest aussi le beau-frère de bien d’autre personnes dont ona ondo,plus qu’il a eu fille avec sa soeur Hélène,près de chez nous ici au village?? Raisonnement limité à l’image de la vison de ceux qui gèrent actuellement le pays!

    Nous ne sommes pas des fans de Jean PING,mais des Gabonais qui pensent que temps fera éclaté la vérité. Je préfère mille deux cent fois être fan de Jean PING que groupie d’ali ben bongo

  6. MOIMEME dit :

    Merci LePositif de nous avoir rafrechi la memoire, ya des gens qui penses que les malheurs du Gabon ont commencer en 2009 ou qu’il suffi de partir du PDG pour etre blanc comme neige et se dire opposant d’un system qu’ils ont eu meme mis en place apres avoir passé 18 ans ou 20 ans comme ministre ou president d’une institution de ce pays.

    • EKOUROU dit :

      En quitant le PDG, ils ont liberé vos energies positives donc le Gabon aurait du avoir un autre visage non!!!
      Bongo est venu lancer les travaux pour 2000 logements à Port-Gentil en 2010, en 2011 ceux de l’institut de gestion “EKEWA pitié mono ngolo” tout est abandonné pourtant en 2016 avant la campagne la RTG diffusait des images montées qui ne reflétaient pas la réalité. J’ai été à PoG il y a un mois et en allant voir le nouveau stade, grande a été ma surprise un contraste irréel entre les travaux effectués par les chinois qui dorénavant nous interpelles sur la voie à suivre et les masures du train de l’émergence EKEWA là c’est beaucoup d’argent jeté par la fenêtre. Surement que nous qui soutenons le PRESIDENT PING sommes des égarés mais quand même faites un peu attention à vous.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW