Si aucune date n’a encore été retenue, le Dialogue social avec les syndicats aura bel et bien lieu cette année, et le Conseil des ministres a fixé, jeudi, les contours de ce rendez-vous dont les cinq principaux objectifs sont déjà connus.

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale (à gauche) et la ministre de la Fonction publique présideront le prochain dialogue social. © Communication gouvernementale

 

Sept semaines après la rencontre entre le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale et les syndicats, le Conseil des ministres a informé, jeudi, de l’organisation prochaine du Dialogue social entre le gouvernement et les partenaires sociaux. La date exacte de cette concertation qui devrait vraisemblablement avoir lieu à Libreville n’a pas été précisée. N’empêche, les autorités ont déjà précisé les contours de «cette importante concertation» organisée autour de trois commissions ad hoc et d’une commission dite du «Dialogue social inclusif».

Mieux, les objectifs des échanges entre gouvernement et partenaires sociaux estimés à 300, sont déjà connus. Les discussions devraient notamment aboutir à la mise en place d’un mécanisme de concertation, de médiation et de gestion des conflits collectifs, ainsi qu’à la création d’un instrument permanent de bonne gouvernance et un cadre d’échange proactif au sein de l’administration publique, censé permettre «un dialogue social permanent et constructif dans un climat apaisé et non conflictuel».

Avant leur ouverture, l’on sait déjà que ces échanges tourneront principalement autour des reformes gouvernementales annoncées en 2018 et dont certaines ont pris effet en 2019. Les autorités envisagent d’«apaiser le climat social», voire d’«anticiper sur les crises» en communiquant mieux sur ces réformes.

 
 

9 Commentaires

  1. Eternite dit :

    Ces apprentis sorciers prennent vraiment les gabonais pour des imbeciles…Ce dialogue social est mort né, il n’y a qu’a reprendre les attentes du gopuvernement :

    ” Les discussions devraient notamment aboutir à la mise en place d’un mécanisme de concertation, de médiation et de gestion des conflits collectifs, ainsi qu’à la création d’un instrument permanent de bonne gouvernance et un cadre d’échange proactif au sein de l’administration publique, censé permettre «un dialogue social permanent et constructif dans un climat apaisé et non conflictuel».

    Tous les syndicalistes le savent.. quand on veut enterrer un accord, on crée une Commission de suivi ou had oc…

    Bref, c’est un appel à la mangeoire et y repondront une fois de plus, ceux qui n’ont pas le soucis du Gabon..

  2. Ondo dit :

    Depuis l’arrivé des Bongo à la tête du Gabon, ils ont toujours perdus les élections présidentielles. Et après, ils ont toujours invités au dialogue social. Ce dialogue social des Bongo consiste à demander ceci: tu veux combien – tu veux quel poste ?

    Je suis désolé, ce n’est pas ça un dialogue social. Et pour qu’il y ait aujourd’hui un VRAI dialogue social, la première condition posée est celle de reconnaître TOUJOURS la victoire de Mr Jean Ping à la dernière présidentielle de 2016. Si vous ne reconnaissez toujours pas sa victoire, ce n’est pas en allant à une autre présidentielle (2023 et ss) que vous deviendrez crédible aux élections.

    Depuis la pseudo indépendance de 1960, les français font toujours gagner leur candidat. De 1967 à maintenant, ils ont toujours soutenus les Bongo qu’ils considèrent comme leur parfait valet ou préfet. Ce jeu est révolu aujourd’hui SVP.

    NOUS, AUJOURD’HUI, NOUS NE NOUS BATTONS MÊME PLUS POUR JEAN PING, NOUS NOUS BATTONS POUR QUE LA FRANCE LAISSE LE CONTINENT AFRICAIN EN PAIX. QU’ELLE LAISSE NOTRE PAYS LE GABON EN PAIX. ELLE N’A PAS D’INTÉRÊTS AU GABON ET DANS LE RESTE DE L’AFRIQUE. ELLE PILLE DEPUIS PLUS DE TROIS SIÈCLES NOTRE CONTINENT. IL FAUT QUE CELA CESSE DÉFINITIVEMENT.

    LE VRAI CANCER DU GABON S’APPELLE DAME FRANCE. C’EST ELLE QUI NOUS IMPOSE LES SOSIES DU DÉFUNT ALI BONGO. DÉSOLÉ DE VOUS DÉCEVOIR, L’HOMME NOIR N’EST PAS UN SIYS HOMME

  3. Maganga René dit :

    Ça fait plus de 50 ans que vous proposez ce pseudo dialogue social, et toujours après les défaites des Bongo à toutes les élections présidentielles.

    Le VRAI dialogue social se fera avec Mr Jean Ping, vainqueur de la présidentielle de 2016. C’est pourtant pas si difficile à comprendre ?

  4. Gérard Ngwa dit :

    Le “dialogue social” dure depuis l’arrivé des Bongo. Donc depuis 1967 qu’on nous parle de ce dialogue social. Et il a toujours été demandé, voulu par l’usurpateur Bongo et son soutien qu’est la France pour “calmer” le peuple qui réclamait la victoire de son candidat à la présidentielle.

    NB: aucun Bongo (OBO et BOA) n’a jamais gagné une présidentielle. L’opposition est toujours sortie vainqueur de toutes les présidentielles. Mais la France a toujours jouée sa partition pour faire “gagner” les Bongo (fidèle valet ou préfet, selon elle, pour “ses” intérêts*).

    * Mais quels intérêts la France peut-elle avoir dans une patrie qui n’est pas la sienne ? Accepterait-elle qu’un pays d’Afrique puisse affirmer qu’il a des intérêts en France ?

    Peuple gabonais et africains, sachez que la colonisation se poursuit. Et celle sué nous subissons depuis les pseudo indépendances est beaucoup plus SUBTILE et donc beaucoup plus désastreuse pour os richesses naturelles. Car cette même France pille sans VERGOGNE. A BON ENTENDEUR…

  5. CHRISTINE Madeleine dit :

    “aboutir … à la création d’un instrument permanent de bonne gouvernance”. JE NOTE QUE CA FAIT PLUS DE 50 ANS (règne des Bongo) QUE L’ON ENTEND LE MÊME DISCOURS. Alors, ce énième dialogue social va changer quoi ?

    Foutez-nous la paix. Nous voulons changer de régime. Vive Jean Ping, président élu du Gabon.

  6. Norbert Ndong dit :

    LE DIALOGUE SOCIAL SE FERA UNE FOIS LE VRAI PRÉSIDENT (l’élu) AU POUVOIR. C’EST A DIRE MONSIEUR JEAN PING.

    Note de la rédaction à l’auteur de ce post:
    Vous savez ce que nous avons supprimé dans votre post. Vous êtes certainement en mission pour matraquer et inoculer une certaine idée dans la tête des gens, pour que le moment venu, votre plan soit accepté parce que normalisé à force de répétition. Nous ne vous y aiderons pas. Nous effacerons à chaque fois votre matraquage. Par ailleurs, les posts tout en majuscules ne sont pas acceptés ici, même si parfois nous les laissons passer. Merci de continuer à nous suivre.

  7. JEANNETTE dit :

    NOUS N’AVONS QU’UN SEUL PRÉSIDENT ÉLU, C’EST MONSIEUR JEAN PING.

    2016 NE SERA PAS 2009. NOUS EXIGEONS L’INSTALLATION DU PRÉSIDENT ÉLU EN 2016 SVP…

    Note de la rédaction à l’auteur de ce post, le même surnommé Didier plus haut et Norbert Ndong plus bas :
    Vous savez ce que nous avons supprimé de votre post. Vous êtes certainement en mission pour matraquer et inoculer une certaine idée dans la tête des gens, pour que le moment venu, votre plan soit accepté parce que normalisé à force de répétition. Nous ne vous y aiderons pas. Nous effacerons à chaque fois votre matraquage. Merci de continuer à nous suivre.

  8. Didier dit :

    Julien Nkoghe Bekale, reconnaît HUMBLEMENT que tu ne gères ABSOLUMENT RIEN depuis que tu est 1er Ministre.

    Note de la rédaction à l’auteur de ce post:
    Vous êtes certainement en mission pour matraquer et inoculer une certaine idée dans la tête des gens, pour que le moment venu, votre plan soit accepté parce que normalisé à force de répétition. Nous ne vous y aiderons pas. Nous effacerons à chaque fois votre matraquage. Merci de continuer à nous suivre.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW