Un mois après sa nomination, le Premier ministre a tenu sa promesse : initier un dialogue avec les organisations de la société civile gabonaise, dont il a reçu une vingtaine de représentants mercredi à son cabinet.

Julien Nkoghe Bekale (au centre) a lancé, le 13 février 2019, le «dialogue social» avec les OSC. © Primature-Gabon

 

Quelques leaders d’OSC présents à la rencontre. © Primature-Gabon

Il l’avait promis à la suite de sa nomination à la tête du gouvernement. Un mois après, Julien Nkoghe Bekale a tenu sa promesse. Il a lancé, mercredi 13 février, le «dialogue social» qu’il entend entretenir tout au long des prochains mois avec les organisations de la société civile (OSC) gabonaise. 22 d’entre elles ont été conviées à discuter avec lui sur leurs différentes préoccupations.

Près de deux heures durant, les deux parties ont notamment abordé les questions liées à la situation économique, sociale et politique du pays, rapporte la Primature, qui indique qu’«un rapport touchant tous les secteurs d’activités a été remis» au Premier ministre. Le document conçu par les OSC est à «transmettre au président de la République».

Perçue à la Primature comme un «acte républicain», la rencontre entre Julien Nkoghe Bekale et les OSC est également présentée comme «l’expression d’une franche collaboration entre le gouvernement et les partenaires sociaux, qui garantit la vitalité de notre démocratie».

Un mois plus tôt, à l’occasion de son premier entretien avec la presse, le Premier ministre avait exprimé sa volonté de «dialoguer afin d’amener les syndicalistes à comprendre qu’il ne sert à rien de tirer sur la corde». Il avait notamment dit vouloir éviter toute action des syndicats dans la rue. Il l’a réitéré, mercredi, «la démocratie ce n’est pas la rue».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW