Censé organiser deux importants évènements dans les prochains mois, parmi lesquels l’anniversaire de ses 60 ans, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) ne dispose pas de moyens financiers suffisants pour y parvenir. Son président, René Ndemezo’o Obiang a exprimé, mardi, sa préoccupation au Premier ministre à qui il a demandé de l’aide.

René Ndemezo’o Obiang, président du CESE, le 17 septembre 2019, à la Primature. © Capture d’écran/Gabon 1ère

 

Conséquence de la crise économique qui perdure : le CESE fait face à de sérieuses difficultés financières depuis plusieurs mois, au point que des mouvements d’humeurs à répétition ont été enregistrés ces derniers temps au pont de Gué-Gué, à l’initiative des agents réclamant le paiement de leurs primes, entre autres. Pour permettre à sa structure de continuer à assurer ses missions, René Ndemezo’o Obiang est allé exprimer ses vives préoccupations, mardi 17 septembre, au Premier ministre Julien Nkoghe Bekale.

Il lui a notamment fait état des problèmes logistiques auxquels sont confrontés ses proches collaborateurs et lui-même depuis leur prise de fonction, en 2018. «Le Conseil connaît une nouvelle mandature, qui va de 2018 à 2023, ce qui suppose que le nouveau bureau doit avoir un équipement adéquat pour bien accomplir ses missions», estime le président du CESE, qui n’a pas manqué de rappeler à son hôte la volonté exprimée par le président de la République de voir son institution bénéficier du soutien, y compris financier, du gouvernement en cas de nécessité.

Pour René Ndemezo’o Obiang, le soutien du gouvernement serait également la bienvenue pour l’organisation prochaine du 60e anniversaire du CESE, et pour l’organisation de la tenue, à Libreville, en 2021, de l’Assemblée générale élective de l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA).

 
 

2 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Que Laccruche Alihanga Fargeon, alias Laurent Blanc, cesse sa pré-campagne présidentielle avec l’argent du contribuable qui peut servir à vous aider, Mr Ndemezo’o… IL Y A TROP DE GASPILLAGE D’ARGENT DANS CE PAYS.

  2. Lavue dit :

    Les habitués de l’argent facile, de la rente. Il est allé monnayé un poste dépourvu d’intérêt pour le pays et dépourvu de moyens financiers. En période de crise financière sa préoccupation c’est de fêter les 60 ans du CESE. Allez-y comprendre. Il veut saisir cet argument pour détourner, on connait tout ça. Un PDGiste de cœur ne peut changer en profondeur, il connaît parfaitement les méthodes de détournement, de pillage. Le poste c’est pour garantir l’immunité, encore que la justice n’existe même pas. Il peut aller créer des partis politiques bidons, l’objectif c’est de venir gravité autour de la mangeoire PDG. Monsieur NDEMEZO’O avec tout ce que vous avez pu amasser tout au long du règne de papa Omar, vous êtes encore là à pleurnicher devant un PM de façade. des cons faut accepter de se faire avoir. Il y a un autre Dialogue National en vue, MAGANGA et Vous-mêmes pourriez toujours à la torcher des postes fructueux, on sait chez vous la honte ne tue pas, alors patientez un peu.
    Le peuple vous voit clairement!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW