Après 45 ans de coopération, la représentation chinoise au Gabon communique toujours aussi mal. Un constat fait par Pékin qui, dans une récente note aux ambassadeurs en exercice en Afrique, a autorisé ses diplomates à s’ouvrir davantage, y compris sur les réseaux sociaux.    

Hu Changchun, l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Gabon. © L’Union

 

Discrète sur Facebook, inexistante sur Twitter, limitée aux médias publics, donc proches du pouvoir, la représentation chinoise au Gabon est une des plus mystérieuses du pays, contrairement aux diplomates occidentaux. Selon La lettre du continent, ce style de communication ne plait plus à Pékin, qui l’aurait récemment fait savoir à chacun de ses ambassadeurs en Afrique. En dépit de ses nombreuses sorties sur le terrain, à Libreville et à l’intérieur du pays, Hu Changchun, l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Gabon, n’a pas échappé au reproche du gouvernement chinois.

Dans une note consultée par nos confrères, le ministère chinois des Affaires étrangères encourage les diplomates en exercice en Afrique à «communiquer sur [leurs] actions», en faisant preuve de «pédagogie». L’idée est de changer la perception de l’opinion sur la présence de la Chine sur le continent. Une perception plutôt négative que Pékin estime sortie des «fantasmes» de certains.

Aussi, les ambassades chinoises en Afrique sont-elles encouragées à ouvrir des comptes Twitter et Facebook pour celles qui n’en ont pas comme au Gabon, mais surtout à les alimenter régulièrement. Les diplomates chinois sont également autorisés à s’ouvrir aux médias locaux pour toucher le maximum de monde dans les pays où ils sont en fonction.

Au Gabon, on devrait donc, sans surprise, voir l’ambassadeur Hu Changchun intervenant, par exemple, sur un plateau des télévisions d’État Gabon 1ère, Gabon 24 ou sur d’autres médias privés que ceux relayant jusqu’à lors ses activités. En Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Mali), certains ont déjà commencé à mettre en pratique les consignes de Pékin.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW