La nomination, le 13 juin 2019, du nouveau directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor est-elle régulière ?

© Gabonreview/Shutterstock

 

Lors du Conseil des ministres du 13 juin 2019, Monsieur Franck Yann Koubdjé, jusque-là Conseiller de clientèle à la BGFIBank a été nommé à la fonction de directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor, en remplacement de Sosthène Ossoungou, devenu Ministre délégué en charge du Budget. La nomination a soulevé nombre d’interrogations dans l’opinion, notamment au sujet de la conformité du profil du promu aux dispositions des textes réglementaires régissant l’administration dont la direction lui a été confiée.

En effet, l’article 8 (modifié par le décret n° 00292/PR/MBCP du 30 octobre 2017) du décret n° 0280/PR/MBCP du 22 août 2014 portant création et organisation de la Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor (DGCPT) dispose que : «Article 8 nouveau : La Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor est placée sous l’autorité d’un Directeur général nommé par décret pris en Conseil des ministres sur proposition du ministre responsable, parmi les agents publics permanents des corps des inspecteurs du Trésor, des inspecteurs des finances, des administrateurs des services économiques et financiers, des administrateurs civils, ou les agents contractuels de l’État, tous justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins dix ans en matière de gestion comptable, financière ou économique.»

Il ne fait aucun doute qu’à la lecture de ce texte de loi, la nomination d’un salarié de la BGFIBank au poste de Directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor n’a pas respecté les dispositions du décret 0280/PR/MBCP modifié, sauf à considérer que l’intéressé se trouve être un agent permanent de l’État mis en disponibilité depuis plus de 10 ans à la BGFIBank. Ce qui est peu probable, un agent contractuel de l’État ne pouvant être mis en disponibilité ou en détachement. Monsieur Koubdjé ne pouvait donc pas être agent contractuel de l’État au moment de sa nomination tout en travaillant pour la BGFIBank. De même, pour le principe, on ne saurait faire, opportunément et a posteriori, du nouveau nommé un contractuel en vue de se conformer urgemment au décret ci-dessus.

Quels que soient les subterfuges et arguties après coup, l’opinion se demande actuellement si parmi les centaines de cadres que compte le Trésor, aucun n’avait la compétence et la confiance suffisantes pour être nommé à cette fonction ? En tout cas, tous les hauts cadres du Trésor qui rêvaient d’en devenir un jour directeur peuvent reléguer aux oubliettes leurs ambitions, puisqu’il ne suffit plus d’être de la maison pour espérer y parvenir un jour.

Il est tout de même surprenant qu’alors que le Gabon est engagé dans un programme d’ajustement structurel très difficile avec le FMI et que la situation des finances publiques du pays est au plus mal, un tel choix ait été possible. Pire, comment comprendre qu’au lendemain du discours du 8 juin 2019, dans lequel l’éthique de gouvernance a été prônée par le chef de l’État, l’administration la plus sensible du pays se retrouve avec à sa tête un responsable nommé dans des conditions plus que contestables en droit et qui ne manqueront pas de perturber encore plus la quiétude de cette régie financière.

Il revient désormais à la Cour des Comptes, devant laquelle le nouveau Directeur général devra prêter serment dans un délai de 30 jours, de se prononcer sur la régularité de cette nomination. Dans tous les cas, si les agents de la DGCPT venaient à saisir le juge administratif pour contester cette nomination, le Conseil des ministres se trouvera dans l’obligation de devoir désigner un autre successeur à Sosthène Ossoungou.

 
 

19 Commentaires

  1. Le Chat dit :

    Donc les cas Dossu et Accrombessi n’ont pas suffi à montrer que ces Béninois véreux ne travaillent au Gabon à des postes Très stratégiques que pour leur pays le Bénin, hein ! Un conseiller chargé de la clientèle qui n’a jamais fait ses preuves en tant que gestionnaire des finances sur 10 ans; qu’on nomme encore un arriviste qui souffrira encore du syndrome du tâtonnement à la gestion des finances du pays. Et, que nous allons nous retrouver sans argent au plus vite dans ce pays. Un conseiller chargé de la clientèle ! Où va-t-on ? Et, on laisse Carl Ngueba être son adjoint ? Or, Carl a été toujours Major dans son parcours, ce, même en France. Arrêtez, de faire la promotion des étrangers dans ce beau et cher pays, le Gabon. Merci, qu’il dégage ce conseiller chargé de la clientèle de BGFI. C’est quoi ce pays où, on ne respecte plus les préceptes préétablis ainsi que le souligne Gabonreview.

    • Da Truth dit :

      @ Le Chat,
      Loin de prendre partie ou non de la nomination de ce dernier car cela ne relève pas de mes compétences, je tiens juste à apporter une précision. Ce n’est pas parce que le patronyme de l’intéressé paraît dans ton esprit comme celui d’un Béninois qu’il en est un pour autant. Yann Koubdjé est un Ndoumou de Franceville pur sang, qui plus est d’une grande famille Ndoumou dont je ne citerai pas le nom ici. De plus, les fonctions qu’il occupait avant sa nomination n’a rien à voir avec celle de conseiller en clientèle. Pour des raisons de confidentialité , je ne donnerai pas son précédent poste mais vous dirai tout simplement que ce dernier est un haut cadre de BGFI depuis plus de 10 ans avec à sa charge des portefeuilles très sensibles.
      Merci.

    • himbouga Roland dit :

      Il y a deux ans pour la première fois au Gabon, en relation avec l’E.N.A de Paris était organisé un concours à l’intention des inspecteurs centraux du Trésor pour devenir Inspecteur principal du Trésor. Parmi ceux qui ont été admis ne pouvaient pas t-on en choisir un dans le lot. Peut être il n’y en avaient pas originaire du Haut-Ogooué. Car cela semble être la condition pour accéder à ce poste. Et non la compétence. C’est triste. Pauvre Gabon.

      • Okoss dit :

        C est ça même l égalité de chance version nkoumou à la Gabonaise.
        Je propose qu on dresse une liste des différents membres de gouvernements d Omar Bongo a nos jours. La meme chose pour des postes de responsabilité des différents ministères et autres entreprises du Gabon.

        • Le Chat dit :

          En effet! Il y a lieu à faire ce recensement des gens qui ont géré ce TRESOR PUBLIC Gabonais depuis le magistère de monsieur Léon Mébiame ( 1er ministre Gabonais) du AVRIL 1975 à juin ou août 1990. Déjà, nous constaterons que ce sont ces (2) deux provinces du Haut-Ogooué et de l’Ogooué Lolo qui ont eu plus de leurs ressortissants au poste de Trésorier payeur Général. Donc, ils sont de toute manière comptable de la non construction de grandes infrastructures routières et autres au Gabon. Sosthène Ossoungou n’a valorisé que les projet de Richard Attias ( le français ) avec Ali Bongo à coup de milliards au stade d’Angodjé, où, plusieurs des agents au Trésor public étaient VRAIMENT de ces grosses sorties d’argent. il ne s’est JAMAIS opposé. La province du Haut-Ogooué ne peut se prévaloir de mener le pays Gabon à la destruction en mettant tout le temps à des postes stratégiques à hautes responsabilités, ses ressortissants qui manquent de compétences. Le Gabon ne décolle pas depuis, que la province du Haut-Ogooué a les leviers de commandement ! ça doit MAINTENANT CHANGER. Sinon, nous virons à la VERITABLE CATASTROPHE. 52 ANS, c’es Vraiment TROP? là !

  2. maroga guy dit :

    “Vivre ensemble “, “la paix” C’est respecter la loi et les textes en vigueur (qu’au demeurant, nul n’est censé ignorer). L’attitude des gouvernants actuels du Gabon est l’arrogance de ceux qui détiennent le pouvoir par la force. Le président actuel a usurpé le pouvoir en massacrant ses “compatriotes “… Que peut bien attendre le peuple de lui??? Quand le PR dénonce la corruption et le nombrilisme des homme politique est-il vraiment sérieux et sincèrement honnête ?? Même en pleine possession de tous ses moyens il na rien fait maintenant qu’il est géré (tant est que c’est pas un sosie comme beaucoup l’affirme) qu’y peut-il??

    Nos fameux gouvernants ne savent même pas faire semblant…. Changer/modifier au moins le texte avant !!! Que béni!!!

    Ça ne date pas d’aujourd’hui… Les chiens (que nous sommes) peuvent continuer d’aboyer mais tant que la caravane passe…. Ils s’en foutent !!!!

  3. Okoss dit :

    A beau chasser le ridicule, il revient au galop. Qu on nous explique ici les critères qui ont permis de nommer ce Mr à ce poste.
    En français facile, il est punu de quel village

  4. L’oeil dit :

    Très bel analyse, c’est à croire que nos amis de l’AJEV à part tous les petits qui les suivent ou encore ceux qui reviennent de BGFI n’ont pas pu tisser leur toile dans la haute administration. Le cas soulevé ici est le même que celui de la Direction Générale de la dette. En ses articles 4 et 38 du décret 635/MECIT/PR du 20 août 2010 portant création et organisation de celle ci, il est clairement dit:
    – La direction générale de la dette est placé sous l’autorité d’un directeur général nommé en conseil des ministres, sur proposition du ministre responsable, parmi les agents publics permanents de la première catégorie des corps des inspecteurs des finances, des inspecteurs du tresor, des administrateurs des services économiques et financiers, des administrateurs civils, des magistrats de l’ordre financier, ou parmi les contractuels justifiant, tous, de compétences et totalisant d’une expérience d’au moins dix ans dans les domaines de la finance et comptabilité (cf article 4). Or Emmanuel BERRE pour ne pas le citer ne remplit nullement aucun de ces critères car n’étant ni agent public permanent de ces corps, ni contractuel ceci même s’il se targue de dire que le Président de la République a le pouvoir de nomination de qui il veut et dans formes qu’il veut. Oui BERRE, il a ce pouvoir mais pour des fonctions politiques, en ce qui concerne l’admInistration publique, ce pouvoir se heurte à la compétence liée du chef de l’Etat. Il peut nommer qui il veut mais en respectant le décret 635. Il en est de même pour les 12 que tu as fait nommer au conseil des ministres du 23 mai au postes de directeur et chef de service. Car l’article 38 du même décret dit ceci. Les directions visées au présent décret sont placées, chacune, sous l’autorité d’un directeur d’un directeur nommé en conseil des ministres sur proposition du Ministre responsable, parmi les agents publics permanents des corps des inspecteurs des finances, du trésor, des administrateurs économiques et financiers et civils. Il en est de même pour l’art 39 concernant les chefs de services. Et ce n’est pas les correspondances à toi initiées précipitamment le 12 juin à l’endroit du Secrétaire Général par Intérim et du Directeur Général de la Fonction Publique demandant à ce que les situations administratives de tes promus soient traités avec diligence qui viendra transformer quoique ce soit alors que nous savons tous que par la circulaire du Premier Ministre, tout recrutement dans la fonction publique est suspendu.

  5. Oeil dit :

    PS, lisez plutôt très belle analyse au lieu de très d bel analyse au risque de ressembler à Estelle NTSABOUNGA MBOUGHA Epouse EVOUNA

  6. Observateur+ dit :

    @Oeil, qu’ est ce que NTSABOUNGA MBOUGHA, a y voir avec votre post?

  7. Mezzah dit :

    Oui L’Oeil, vous avez raison sur toute la ligne. Tout le comprend pourquoi rien ne peut marcher/changer dans ce pays et ce n’est pas un discours bidon de quelqu’un qui s’est imposé à la tête de l’Etat qui changera grand chose.
    Tout a une fin, c’est triste que l’on ne tire pas de leçons à la suite d’un avertissement tel qu’un AVC.

  8. Eternité dit :

    LOL…je suis gabonais et je pour le nationalisme j’emmerde ce qui me pense “raciste”…
    je le dis, ce pays finira par bruler et quand il brulera, tous ceux qui ont vanté les merites de ces etrangers, de ce système seront “jetés” en prison!!!

    Incroyable que notre PAYS soit autant traité par des incapables qui ne detiennent leur pouvoir que par le sang, la soumission et la tuerie de Masse.

    L’Armée gabonaise, prenez vos responsabilités, cessez de soutenir l’inacceptable, OUi CHASSEZ DE NOTRE TERRE GABON, CES GENS QUI NOUS HUMILIENT AU QUOTIDIEN

  9. Moi je pense que c est l analyse d un vrai jaloux hein..
    Chacun a sa chance. Faut laisser les choses du vampire mon frère.

    • Plutonium 241 dit :

      – L’équité et le respect des lois sont des notions que les PD Gistes et notamment les “génies de BGFI”(surtout ceux virés ou aynt transités par la prison pour terminer au cabinet), découvrent bien opportunément …

  10. Plutonium 241 dit :

    – Les agissements des ces faquins ont le grand mérite de mettre au jour les effets délétères de cette oligarchie méprisante, qui a complètement oublié le sens de l’intérêt général. N’en déplaise à certains Il est vraiment grand temps que tout cela change!

  11. BLA pour Un GabonFort dit :

    Plutoniumooo.. Mamo que le gros francais! On dirait c’est toi le jaloux qui se cache derriere l’article la.
    Ta nomination arrive aussi mon frere. On vous connait deja. Quand tu vas manger la tout le francais que didiii.. La jalousie c’est pas bon. C’est chercher les maladies pour rien. Prie Dieu seulement pour ta chance.

    • Plutonium 241 dit :

      Je me passe de vos conseils maboules. La puissance de nuisance des nominations tout aussi infondées en droit (sur tout un pays et son peuple) est bien supérieure à vos incantations ineptes via la chance .Quant à insinuer que dire simplement la vérité que ce français qui a transité à “sans famille” n’a rien à faire au poste ou il décuple sa capacité de nuisance criminelle relève du “gros français” (en quoi? sic!)et que ce soit pour réclamer une quelconque faveur des faquins.Sachez que ne n’ai jamais et ne plongerai jamais dans les vétilles qu’ils font.Mais vous avez raison de penser ainsi puisque vous êtes convainculs (avec vos semblables )de tout obtenir par la force, par la menace, par la contrainte, par le chantage et l’argent (le notre à tous et volé évidement),ce que vous croyez sans vous rendre compte que ce temps est passé depuis kala.La preuve dieu que vous invoquez a mis une raclée mémorable à celui qui le méritait le plus. Si vous n’avez rien à dire épargnez nous votre puante fausse componction

  12. BLA pour Un GabonFort dit :

    Mais pkoi tu me vouvoies? Tout ça à cause d un conseil mon frère. Bon si tu ne veux pas je m en fiche merde.. tu penses tu connais le français plus que qui? C est ta langue d abord? Tu n es même pas un Blanc et tu veux jouer les vantards sur les rosos socios. Reste tes puantes componction toi même. Dieu ne dors pas ya Ali est vivant Gloire au seigneur tout puissant. C est lui qui a dit le Gabon c est pour Yali Amen.

    • Plutonium 241 dit :

      Cher homoncule nouveau porte parole de dieu pour (un seul musulman présumé)
      Même vos tentatives d’invectives sont aussi pitoyables que le reste.J’en déduis que vous n’avez toujours rien compris. Le contraire m’aurait étonné. il faut un cerveau pour ça.Quelle pertinence dans vos questions!!! Je vous vouvoie par respect humain et parce que cette plateforme exige un minimum de décence que vous ne pouvez visiblement pas concevoir.Comme vous ne pouvez concevoir qu’un Noir fasse correctement ce qu’un francais du genre de votre ancien taulard soit proprement incapable le respect de la LOI? Non je n’ai rien fait ni pour être blanc ni pour briller “sur les rosos socios” imainer que l’on puisse avec un pseudo révèle l’indécente bétise de celui qui pense ainsi…Mais vu que la idiotie crasse vous va si bien et vous vous complaisez dans votre bourbe je ne veux surtout pas vous en déranger

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW