Comme chaque année, les Gabonais s’attendent à écouter le discours à la Nation du chef de l’Etat le soir du 31 décembre. Alors que des doutes subsistent quant à la prise de parole d’Ali Bongo toujours en convalescence à Rabat, Guy-Christian Mavioga estime qu’il pourrait bien se passer de cet exercice. La Constitution ne l’y obligerait pas

Selon Mavioga, Ali Bongo pourrait se passait d’exprimer ses vœux de nouvel an à la Nation dont il est le chef. © D.R.

 

Le discours à la Nation, une pratique traditionnelle mais pas constitutionnelle. C’est du moins ce que laisse entendre l’ancien porte-parole de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence, Guy-Christian Mavioga, qui affirme que «le discours à la Nation n’est pas une exigence constitutionnelle». Il tient ce propos alors que de nombreuses incertitudes demeurent sur les vœux de nouvel d’Ali Bongo toujours en convalescence à Rabat au Maroc.

L’opinion attend cette allocution aussi bien circonstancielle que solennelle au cours de laquelle, le président de la République fait le bilan de l’année écoulée et les projections pour le nouvel an. «Traditionnel qu’il puisse paraître, il n’est nullement écrit dans la Constitution que le discours à la Nation était un exercice républicain auquel il ne fallait pas faire l’impasse», pense Mavioga qui dit avoir observé qu’en France, la veille de la fête nationale, le 14 juillet 2017, «Emmanuel Macron n’avait pas déclamé un discours à la Nation, alors qu’il n’était arrivé aux commandes de l’hexagone qu’en mai 2017». «Ça n’avait pas créé de problèmes, pour un moment particulier comme la commémoration de la fête nationale», dit-il estimant qu’il faut laisser à Ali Bongo le temps d’observer sa convalescence. «Si les médecins traitants lui ont imposé ce temps de repos, c’est parce qu’ils savent que le président de la République a besoin d’une bonne période de pause pour mieux se relancer», considère-t-il.

Pour lui, le discours à la Nation n’est pas une priorité, «alors que la santé vaut avant tout». Dans sa logique, Mavioga espère qu’Ali Bongo ne fasse aucune apparition même pour cinq à dix minutes quand du côté du palais, certaines indiscrétions assuraient déjà que le président sera vu et entendu. «Il faut le laisser suivre sa convalescence», soutient le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC). S’il se dit d’accord pour la diffusion d’«un message écrit d’une page sous toutes les formes dans tous les médias», il veut surtout que rien ne se fasse. «Nul n’ignore l’Etat de santé du président de la République», insiste-t-il. Dans cette optique, Mavioga croit savoir qu’«il ne serait pas judicieux de voir une autre personnalité lire le discours en lieu et place du chef de l’Etat».

A quelques heures de la Saint-Sylvestre, le débat se poursuit autour de cette question et plus d’un continue de s’interroger en espérant qu’il soit «vu de face». Depuis sa période de convalescence, Ali Bongo est pour ainsi dire, apparu deux fois sur les écrans mais toujours de profil. Ce qui n’a pas suffi à rassurer une partie de l’opinion qui voit en ce discours, une autre «preuve de vie et d’amélioration de l’état de santé du chef de l’Etat gabonais». «C’est curieux que ces gens qui ont dénié toute légitimité au chef de l’Etat s’époumonent à ce qu’il parle le soir du 31 décembre pour se rassurer qu’il a retrouvé la plénitude de ses moyens intellectuels», s’exclame Mavioga.

Auteur : Alix-Ida Mussavu

 
 

15 Commentaires

  1. Akébé Vite !!! dit :

    Quelle rigolade! voir cette flopée cabris se chamailler pour 1 clip vidéo truqué est carrément désopilant. la boutique Bientôt a été liquidée au suzerains marocains.Heureusement que ce clip là c’est vraiment destiné à ceux qui veulent le voir pour les autres comme moi c’est epsilon !!!

  2. Fabien NKILI NDEMEZOHO dit :

    Il est simplement pathétique. On croirait dans”le corbeau et le renard “

  3. Ikobey dit :

    Vivement que le discours soit dit ! que l’on en finisse avec ça ! le Président n’avait pas besoin d’être ennuyé avec tous ces cancans !
    Les crétins attitrés auront bien d’autres fakenews à diffuser .

  4. Okoss dit :

    Mr Mavioga
    Le discours en lui même n intéresse personne.le peuple veut savoir si le Pr est fit pour diriger le pays.
    S il ne peut plus,autant constater la vacance du pouvoir et passer à autre chose.c est la constitution qui dit ça non???

  5. Serge Makaya dit :

    Ce soir, il y aura un coup d’État.
    Bonne Année 2019 !

  6. MUNGUDY dit :

    Bonjour à toutes les Gabonaises et Gabonais,

    Voici ici, un brave politologue qui, vraiment suit à la lettre les institutions de sa nation. Bravo Monsieur le Secrétaire exécutif du Bloc Démocratique Chrétien. (BDC). J’aurai sérieusement, comme l’ont ci bien fait mes amis et frères en adhérant à cette organisation politique, pour acquérir une expérience aussi grande. Effectivement, prononcer un discours de fin d’année pour souhaiter ses voeux les meilleurs à son peuple qu’on reconnaît électeur et souverain, n’est pas constitutionnel .Il n’est certainement pas aussi constitutionnel qu’un Chef reçoive des voeux officiellement de son gouvernement, de ses institutions et même en tout de son peuple !
    Alors, pourquoi, s’embêter à vouloir faire tous ces efforts ici et là pour le soucis de voir notre pays et beau pays le Gabon souffrir d’un manque de Manager Général ? Je vais certainement démissionner de mon bord politique pour migrer vers le grand enseignement de la gestion de la cité auprès du BDC.
    C’est de cette manière que, je vous adresser mes voeux les meilleurs pour cette nouvelle année 2019. BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2019 à tous.

  7. Cathy dit :

    Quand vous allez annoncer sa mort, je vous jure que ça va sérieusement chauffer.

    • messowomekewo dit :

      Il faut arrêter vos menaces à deux balles,vous ne faites peur à personne,vous vous servez de la force publique pour intimider les gabonais et puis quoi encore. Meme si vous tuez tous les citoyens de ce pays,cela ne vous rendra pas immortels, attention donc au prochain épisode de” fatigue sévère”

  8. Thanos Voorhees dit :

    Quel larbin celui la! c’est exaspérant !

  9. ronimbaminkotall dit :

    M. Mavioga penses laisser quel héritage historique a ses enfants et plus encore à ce pays si ce n’est celui d’être un bouffon de bas étage.

  10. bill ngana dit :

    Mélange des genres. Est-il constitutionnaliste, ce Mavioga, ou simplement quelqu’un qui se sentirait pousser des ailes capables de l’amener à interférer dans les affaires qui ne le concernent pas ? Le PR est élu pour diriger la Nation ; à ce titre, il est tenu à des périodes bien déterminées, de faire le point de son action et dresser dans le même temps, l’état général de notre pays, particulièrement en fin d’année et faire aussi des projections pour l’avenir. Tout cela pour démontrer que, tout Président soit-il, la Nation est son Patron. Il ne peut se soustraire à ces obligations-là. Et ne pas le faire, correspondrait à une …vacance du pouvoir, terme que les Bongos ne souhaiteraient pas entendre parler, ne fût-ce qu’un tout petit peu.

  11. Heinz-Levy dit :

    Guy-Christian Mavioga estime qu’il pourrait bien se passer de cet exercice, et que l’exigence n’est pas mentionnée dans la constitution. Oui c’est vrai,et même lorsque c’est écrit noir sur blanc, qu’en fait -on !!! mais j’ai juste une question:
    Pourquoi cela devrait-il changer? à partir du moment où le premier ministre nous confirme que le chef a presque retrouvé la quasi totalité de ses facultés, et qu’il va beaucoup mieux.
    Accordez vous au moins..

  12. Albert Ilo dit :

    La forte montée des Guignols-menteurs au Gabon est très inquiéttante pour sa stabilité éthique et dynamique.

  13. MONSIEUR A dit :

    Tout flatteur vie au dépend de celui qui l’écoute: tel est le message livré par M. MAVIOGA.

    Le défilé Militaire de la fête de l’Indépendance du GABON est-il inscrit dans la Constitution?

    Si la réponse est OUI, alors le Président ALI BONGO peut se passer du Discours à la Nation.

    Si la réponse est NON, alors il faut que Notre Président de la République nous rassurer sur son état de santé en ce début d’année 2019.

  14. FINE BOUCHE dit :

    Un petit bouffon comme celui ci à la tête d’un parti c’est malheureux imaginez à la tête d’un pays, l’obscurantisme dans tous ces états. Voyez Mavioga, le président ne vous a pas écouté. Vous feriez un piètre conseiller

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW