© Communication présidentielle

7 minutes 30 secondes. C’est le temps qu’aura mis le discours à la Nation d’Ali Bongo, diffusé ce 8 juin sur les antennes de la télévision nationale. Deuxième adresse à la Nation depuis la survenue de ses ennuis de santé, il a cette fois, battu le record de décembre 2018 lorsqu’il s’était exprimé en, à peine, 3 minutes. Si pour beaucoup, cette prise de parole est le signe «qu’il a plutôt bien récupéré», d’autres estiment «qu’il y a encore à faire pour qu’il récupère bien». Ceux-ci disent avoir vu sur leurs écrans «un Ali Bongo hagard et bafouillant». Mais, contrairement au discours d’il y a 6 mois, Ali Bongo a abordé les questions aussi bien économiques, sociales que politiques après avoir rendu hommage à Omar Bongo, son prédécesseur de père mort il y a 10 ans. Entre appel à de nouvelles réformes et à l’unité nationale, Ali Bongo a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement plus restreint. Ci-après l’intégralité du discours à la Nation du président de la République.

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Mes chers compatriotes,

C’est avec une grande émotion que je m’adresse à vous aujourd’hui.

Permettez-moi tout d’abord, en ce jour commémoratif du décès du Président Omar BONGO ONDIMBA, de rendre un vibrant hommage à l’homme d’exception et de vision qu’il a été. Grâce à son pragmatisme et à sa ténacité, il est, sans conteste, un des pères fondateurs de notre Nation. Il a puissamment contribué au développement et au rayonnement de notre pays.

Il nous a légué un précieux héritage, et des fondements qu’il nous revient de consolider, pour aller plus loin.

Consolider et réformer lorsque c’est nécessaire, dans le respect des valeurs et du bien-être de toutes les composantes de notre société.

C’est bien cette évidence qui m’a porté tout au long de ces années où vous m’avez accordé votre confiance.

C’est cette même évidence que je n’ai de cesse de communiquer et d’impulser.

Aujourd’hui, il faut aller plus loin, plus vite, plus fort !

Comme vous le savez, je viens de traverser une période difficile de ma vie. Vaincre de telles épreuves renforce votre détermination à poursuivre vos aspirations, et à tout mettre en oeuvre pour les concrétiser.

Pour y parvenir, des choix décisifs s’imposent, qui nécessitent d’analyser et d’évaluer non seulement le chemin parcouru, mais aussi nos modes de fonctionnement et les faiblesses de notre système.

Il ressort ceci : il est capital pour notre Nation d’en finir, une fois pour toutes, avec la corruption qui gangrène nos institutions.

Il est capital d’en finir avec la mauvaise gestion, la mauvaise gouvernance, qui nous empêchent d’avancer et nous interdisent de récolter les fruits des efforts colossaux et multiformes que l’Etat a consentis.

Je prendrai ici un seul exemple : les hôpitaux de dernière génération que nous avons construits pour permettre à la population de notre pays d’avoir accès à des soins de qualité, dans le respect de la dignité humaine.

Qu’en est-il aujourd’hui de leur maintenance ? On peut également s’interroger sur l’état actuel des établissements scolaires que nous avons rénovés pour offrir aux enfants et aux jeunes de cette Nation un environnement sain et de qualité pour de meilleurs apprentissages.

Les exemples sont multiples. Partout c’est la même gabegie, la même négligence, le manque de civisme et de promotion du vivre ensemble.

Nous sommes nombreux à constater et à dénoncer les dérives de notre société.

Mes chers compatriotes,

Nous ne pouvons poursuivre sur cette voie.

Nous ne pouvons continuer à bafouer impunément notre identité, nos lois, nos valeurs.

Il faut des réformes en profondeur.

Intensifier les réformes amorcées en 2018, celles de l’Etat et de nos finances publiques.

Accélérer la réforme de l’Education afin de favoriser une meilleure insertion professionnelle.

Diversifier les modèles économiques pour favoriser la création d’emplois, toujours plus nombreux et de qualité. Une absolue priorité car le chômage, l’oisiveté, l’absence de perspectives d’avenir sont un fléau, une gangrène, un poison qui mine toute société.

Conforter notre modèle social, en le rendant plus sain et plus équitable.

Préserver notre environnement pour léguer à nos enfants une terre vivable et respirable.

Moderniser notre gouvernance et inscrire au coeur de nos pratiques l’obligation de rendre compte. Rendre compte de nos actes, de nos choix, de nos résultats.

La transformation doit s’intensifier à tous les niveaux pour donner véritablement corps à l’égalité des chances et créer des opportunités, afin que chacun puisse avoir la possibilité de réussir, sans être entravé par des pratiques politiciennes.

Mes chers compatriotes,

La classe politique dans son ensemble, loin d’assumer son rôle de prise en charge de l’intérêt général, s’est fourvoyée. Au Gabon, les politiciens songent d’abord à leurs intérêts égoïstes, à leurs carrières comme à leurs enrichissements personnels, avant de penser à faire le bien de la population.

Trop souvent, ils ne se distinguent qu’à travers leur pouvoir de nuisance.

Le ménage doit être fait au sein de notre classe politique au sein de laquelle le mot « éthique » doit résonner avec force.

C’est le préalable à toute entreprise de transformation de notre Nation. Ceux qui se mettent en travers de cette voie sont prévenus : ils seront sèchement écartés.

Dans le même mouvement, notre gouvernance doit, elle aussi, être réformée, modernisée pour être adaptée aux exigences de notre époque.

Aussi, ai-je demandé au Premier Ministre de former un nouveau gouvernement plus restreint, constitué d’hommes et de femmes qui vivent la chose publique comme un sacerdoce, prêts à donner la priorité a l’intérêt général, et capables de faire preuve d’exemplarité, de probité, d’éthique.

Mes chers compatriotes,

Construire un Etat est une tâche qui s’inscrit dans le temps et dans la durée. C’est aussi une oeuvre collective.

Chacun d’entre nous, quelles que soient ses convictions personnelles, doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice.

Je voudrais terminer ces propos en faisant appel une fois de plus à la solidarité nationale et à la primauté des valeurs fondatrices de notre société.

La Nation gabonaise est notre héritage commun. Il nous revient de poursuivre ensemble nos efforts pour qu’elle devienne forte.

Que Dieu bénisse notre pays, le Gabon !

Je vous remercie.

 
 

37 Commentaires

  1. bassomba dit :

    Manifèstement il va mieux qu’en décembre 2018

  2. Nestor dit :

    Quel spectacle hallucinant !
    Ce n’est pas Ali Bongo. Cessez de MENTIR.
    ON VEUT LA DÉCLARATION DE LA VACANCE DU POUVOIR AU PLUS VITE.
    CESSEZ DE MENTIR. ARRÊTEZ DE PRENDRE LES GABONAIS POUR DES IMBÉCILES.
    SI IMBÉCILES IL Y A, C’EST PEUT-ÊTRE TOUS CES CHEFS D’ÉTATS ET TOUZ ÉD GENS QUI ONT ÉTÉ INVITÉS POUR VOIR LA MASCOTTE DE BOA. ET JE SUIS MÊME PERSUADÉ QU’ILS SAVENT QUE CE N’EST PAS BOA.

    • bassomba dit :

      Donc ce sont tous les Chefs d’Etat qui sont venus là qui sont des imbéciles car ils se sont assis et discuté avec quelqu’un qu’ils savent que c’est un sosie. Vous êtes ridicule!

      • Ulys dit :

        Tu ne peux même pas t’imaginer comment la France manipule ces chefs d’États. C’est du théâtre qu’ils font. Où est Pascaline Bongo, Joséphine Bongo… ?

        La France est capable de tout.

  3. Boucka BOUCKA BOUCKA dit :

    franchement de qui se moque t on? c’est après 10 ans à la tête du pays qu’il constate que la corruption gangrène nos institutions et notre administration? c’est au bout de 10 qu’il se rend compte que les hommes politiques gabonais ne font que selon leurs intérêts? Franchement qu’il s’en aille!!!!!! croit il que les gabonais sont dupes? Et tous ces milliards détournés au cours de son premier septennat en partie à l’origine des difficultés actuelles du pays!!!!! qui a embauché autant de force de l’ordre alors que l’insécurité a atteint un niveau vraiment insupportable!!!!!!!! De qui se moque t on?

    • Gayo dit :

      C’est grâce à la corruption qu’il fait plus de 10 and à la tête du Gabon bien que copieusement rejeté jusque dans les urnes par les gabonais. Toute ta vie est battie sur la corruption, la fraude, le clientelisme, les passe-droits, le népotisme depuis tes diplômes achetés. La force et la conviction pour combattre la corruption te viendront d’où Ali Bongo? C’est comme si tu nous annonçait que les chiens vont désormais marcher à 2 patties.

  4. Georges Lloyd Menest Antchouet dit :

    Respect et félicitations à vous Excellence. Le Président préside et le reALIsme est une vertu.

  5. Mr le PR,vous allez réformer pendant 10ans?la réduction du train de vie de l’état c’est pour quand ? Les Gabonais ne veulent plus de discours.

  6. manono dit :

    Dabord Mr, les gabonais ne vous ont pas fait confiance vous vous etes impose avec les armes, ensuite est ce que cest vous Mr Ali Bongo qui parlez ou bien cest quelqu’un qui parle en votre nom. Si cest vous consciemment qui parlez pourquoi avoir ete evasif sur les sujets du Gabon ? Les retraites qui nont pas leur pension, vous n’avez rien dit. Je pense que ce discours ne vient pas dAli. Il ny a pas de logique dans la reaction des sujets actuels du pays. Ce discours a ete ecrit par quelqu’un d’autre et lu par une mascotte. Pas de coherence, il ne parle pas quand il recoit les presidents et la il nous demontre qu’il peut tres bien s’exprimer. Je n’y crois pas, ce discours ne vient pas de lui.

  7. Junior barro dit :

    Soutien inconditionnel Mr le Président . c’est rassurant de vous savoir aux commandes

    • Paul Mba dit :

      Tu me fais rire. A Ntare Nzame. Pitié.
      Ton idole BOA est en décomposition depuis octobre 2016. Crois moi. Tout le reste c’est de la comédie orchestrée par la francafrique.

  8. Jacouille dit :

    A 6min11 seconde j ai rien compris de ce qu il vlais dire ?

  9. Ikobey dit :

    Merci Ali ! il y a longtemps que j’attendais un tel discours.
    Enfin l’heure à sonner de remettre les pendules à l’heure.
    Le coup de balais doit être vigoureux, il est temps de compter
    les fidèles, les loyalistes pour les grandes réformes que le pays
    attend !

  10. Cathy dit :

    Pure comédie. Ce n’est pas Ali Bongo. Le théâtre se poursuit. Grossissez l’image et vous verrez bien que ce n’est pas lui. Et tous ces chefs d’État qui sont présents sont toujours envoyés par la Quai d’Orsay (France).

    Ne veut croire à ce cinéma que les fans d’Ali Bongo. Mais à eux aussi je persiste et signe que Ali Bongo est bien MORT depuis octobre dernier.

    Les gabonais doivent prendre conscience que le mal du Gabon et de l’Afrique, Ce n’est pas ces chefs d’États (qui sont effectivement des assassins et usurpateurs), mais bien la France. C’est la France qui manipule TOUT. Il n’y a pas plus hypocrite que la France.

    Et CESSEZ de dire qu’il faut laisser la France tranquille. Non, justement. C’est elle qui tient les ficelles des marionnettes que sont ces chefs d’États, mais aussi Sylvia Bongo, Laccruche Fargeon (qu’elle voudrait nous imposer comme président). Vous n’êtes pas obligés de me croire, mais depuis octobre dernier, nous vivons une vraie pièce théâtrale au Gabon. Tout cela n’est que pure mensonge. LE VRAI CANCER DU GABON S’APPELLE LA FRANCE. C’est bien elle qui manipule TOUT. CESSEZ DE VOUS FAIRE AVOIR PEUPLE GABONAIS. ET QUAND JE DIS PEUPLE GABONAIS, J’INCLUS LES FANS D’ALI BONGO. Croyez-moi Ali Bongo est mort en octobre 2016, suite à son second AVC.

  11. Ulys dit :

    Les gabonais qui continuent de douter de la mort de BOA, quand vous saurez la vérité qu’on ne cesse de vous dire, il sera trop tard. Les français auront réussi leur machiavélique scénario. TANT PIS POUR VOUS.

  12. Martine dit :

    Veillez sur le président élu du Gabon (Jean Ping). Les français cherchent aussi à l’empoisonner. Soyez très PRUDENT Mr le Président élu. Très très PRUDENT.

  13. Kiliane dit :

    “En finir avec la corruption qui gangrène nos institutions”. Pitié ! Mais qui est au sommet de la corruption si ce n’est vous même depuis plus de 50 ans, voir 60 ans bientôt ? A Ntare Nzame. Vous vous foutez vraiment du peuple gabonais.

    Je m’adresse à Sylvia Bongo et Laccruche Fargeon, cessez de nous prendre pour des idiots. Ce personnage n’est pas Ali Bongo. Ali Bongo est mort. Et que les français qui vous manipulent cesse ce jeu au plus vite.

  14. Tellier Yvon dit :

    La mort d’Ali Bongo est classée SECRET D’ÉTAT par la France. Permettez-moi de le faire savoir au peuple gabonais. Le mensonge n’a que trop duré. Même si on a ses “intérêts” dans ce petit pays d’Afrique, on ne peut pas continuer à mentir ainsi à tout un peuple qui a soif d’alternance politique depuis l’arrivé des Bongo en 1967.

  15. benoit makouassa dit :

    Le président Ali Bongo s’est exprimé : Sa voix et ses expressions ne donnent aucun doute à ceux qui le connaissent très bien. Prétendre que c’est une mascotte serait nier l’évidence. Où allons-nous avec tous ces doutes ? Beaucoup semblent soutenir l’idée que le président Ali est mort depuis octobre 2018 et quelle preuve faudra-t-il leur donner que le président est bel et bien aux commandes, suite à cette intervention publique ? soyons réalistes, chers frères et sœurs. Les réseaux sociaux nous ont donné la possibilité de nous exprimer, mais exprimons-nous d’une façon réaliste, quelles que soient nos convictions politiques.

    • Roger dit :

      Ou est Pascaline Bongo et Joséphine à la fête des 10 ans de la mort de OBO ? Pourquoi le roi du Maroc est absent de cette grande fête des 10 ans de la mort de OBO ? C’était l’occasion pour le roi du Maroc de revoir son ami BOA recouvrer la santé ? Oui, c’est de la pure comédie. Et peut-être même que tous ces chefs d’États e sont que des sosies des vrais.

      La France est capable de jouer ce jeu, quelques soit le prix que cela pourra coûter. Ceci pour préserver “ses intérêts”(qui ne sont en réalité pas les siens).

      Pour que le peuple gabonais cesse d’être DUBITATIF, il faut que BOA (ce que je doute, puisque pour moi il est bien MORT) ait une rencontre seule à seule avec les opposants du Gabon et ceux qui continuent à douter de ses capacités à gouverner le Gabon. Même Jésus s’est montré à ses disciples et surtout à Thomas qui ne croyait pas.

      On ne va pas me faire avaler que BOA est vivant. Il est bien MORT depuis octobre 2016.e reste est de La manipulation orchestrée par la France. JEAN PING EST le président élu du Gabon. Vive le Gabon libre.

  16. Hugo dit :

    Pitié! Épargnez-nous ce spectacle affligeant SVP. Tout le monde sait qu’Ali Bongo est mort. ARRÊTEZ CETTE COMÉDIE.

    EMMANUEL MACRON, CESSEZ DE JOUER AVEC LE PEUPLE GABONAIS SVP. AYEZ PITIÉ DE NOUS. LES NOIRS VOUS ONT AIDÉS À LIBÉRER LA FRANCE. ON NE VOUS DEMANDE PAS FORCÉMENT UNE AIDE, MAIS TOUT SIMPLEMENT DE RETIRER CELUI QUE VOUS AVEZ VOULU A LA TÊTE DU GABON (BOA EST MORT ET NOUS NE VOULONS PAS AUSSI DE LACCRUCHE ALIHANGA FARGEON). NOUS VOULONS NOTRE PRÉSIDENT ÉLU DÉMOCRATIQUEMENT : MONSIEUR JEAN PING.

  17. Diego dit :

    L’expérience a montré que les grands diseurs ne sont pas les grands faiseurs. Les Asiatiques parlent peu mais travaillent beaucoup. Leurs réalisations en témoignent.

  18. Fiacre dit :

    Pour le moment, tous les présidents qui ont séjourné au Gabon sont tous du système de la francafrique. Ils sont obligé de venir au Gabon pour jouer le jeu sué leur impose les français. Des marionnettes tout simplement.

  19. Biyoghe Armand dit :

    Pourquoi un sujet aussi brûlant que celui du KEVAZINGO n’a pas été abordé par cette MASCOTTE ? Cessez de nous prendre pour des CONS. Ce n’est pas Ali Bongo.

  20. Victor dit :

    Combien ça coûte à l’état gabonais de faire faire des discours d’Ali Bongo par des sosies ? Pendant ce temps, le peuple gabonais souffre. Un discours où il n’aborde même pas les sujets d’actualité comme l’affaire du KEVAZINGO ou les pensions des retraités. Ali Bongo est mort. Personne ne me fera croire le contraire. La France veut gagner du temps avec ses valets gabonais que sont Laccruche Fargeon et Sylvia Bongo.

  21. Teddy dit :

    D’abord ce n’est pas lui qui a lu ce discours, puisqu’il est mort. Mais en plus, venir raconter aux gabonais de telles CONNERIES, il faut vraiment oser le faire. Pourquoi il (le sosie) ne dit rien concernant l’affaire extrêmement grave du KEVAZINGO ? Et rien concernant l’affaire des retraités. Laccruche Fargeon et Sylvia Bongo (France y compris), ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE AVEC VOS MANIPULATIONS.

  22. Jones dit :

    Le poisson pourri d’abord par la tête !

  23. medzomekoure dit :

    C’est bien de réformer, mais quel en est le but exact? vous semblez découvrir la corruption de votre système, depuis le temps que tout le monde en parle…je pense que c’est le système qui n’est pas bon, il faut dégager et laisser la place à d’autres gabonais. Peu importe vos réformettes, on tourne en rond, en 50 ans de règne des Bongo, regardez vous même à quoi vous réduit les gabonais, c’est honteux…moi je pense que même si on vous accorde 50 années supplémentaires, vous ne pouvez pas réellement développé le pays, trop de tares, trop d’insuffisances, trop de légèreté dans les gestion des questions vitales pour notre pays. Vous parlez “des hôpitaux de dernière génération”, comment faites-vous pour construire les hôpitaux ,sans vous assurer de la qualité de formation de leurs principaux animateurs? La faculté de médecine est aujourd’hui complètement dépassée, tant dans ses structures d’accueil que par rapport aux moyens , les enseignants n’en sont que de nom, ils sont eux-mêmes mal formés et surtout démotivés. Les bourses d’études qui permettaient à certains d’aller voir ailleurs sont quasiment supprimées, la mauvaise gouvernance du pays a atteint des sommets sous votre magistère usurpé, aujourd’hui les gabonais, sont très malheureux, tant il nous est plus permis de rêver. Nous avons beaucoup de diplômés au chômage, en réalité, ces gens ne sont pas correctement formés et dont ne peuvent même pas s’expatrier, ils sont pas compétitifs à l’international. Aujourd’hui la fonction publique ne recrute plus, les effectifs y crèvent déjà le plafond, du fait des recrutements massifs et inutiles dans les forces de l’ordre, pendant ce temps il nous manque des enseignants dignes de ce nom, il n’y a pas de Docteurs spécialistes dans vos “hôpitaux de dernière génération” et vous étonnez que rien ne fonctionne, vous êtes vraiment incompétent pour la fonction suprême, l’importance des enjeux du moment vous échappe trop , hélas. Vous allez former un énième gouvernement avec vos amis du PDG et alliés, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Donc, plus tôt vous aurez compris que le vrai problème du pays, c’est vous, mieux cela vaudra, le reste n’est que diversion. J’ai dit.

  24. MARIE MADELEINE dit :

    Ce TYPE n’est pas Ali Bongo.

  25. bassomba dit :

    si ça peut faire plaisir à certains de dire que Ali est mort, qu’ils continuent dans leur schizophrénie, mais pour les personnes raisonnables nous savons que Ali est bien vivant, Ali est là et c’est lui qui est le Président de la République. Vous pourrez vociférer à longueur de journée que Ali est mort, rien ne changera, Ali est là, même si dans vos têtes vous dites que c’est un sosie qui est là, et bien votre sosie est là, VOUS ALLEZ FAIRE QUOI? Rien, mais alors RIEN, sauf gueuler! Un bon conseil, soignez vos cordes vocales, car vous allez encore gueuler comme ça pendant encore 4 ans, jusqu’en 2023.

  26. Ernest dit :

    Pourquoi la France fait tant de MAL au Gabonais ? Ce monsieur n’est pas Ali Bongo. Ce spectacle affligeant va durer encore combien de temps ? Vous oubliez une chose, les gabonais d’aujourd’hui ne sont pas dupes comme ceux des années 60 à 90. Vous êtes mal tombés. Notre président élu c’est Jean Ping.

  27. Victor dit :

    J’ai du mal à comprendre que tous ces gens qui ont assistés à ce 10ême anniversaire de la mort d’un tyran,en présence du sosie de son fils adoptif, ne se sont pas rendus compte de la SUPERCHERIE. Pitié !

    Et les français qui nous imposent un tel spectacle croient toujours que l’homme noir est un peu au dessus du singe. Merci pour votre clairvoyance, bande d’hypocrites.

  28. Gaston dit :

    Que les français arrêtent ce spectacle désolant au plus vite SVP. Ce type n’est pas Ali Bongo. Ce dernier est bien mort depuis octobre dernier.

    Respectez le choix des 60% des gabonais à la dernière présidentielle. L’opposition a toujours gagnée les élections présidentielles depuis Omar Bongo jusqu’à son fils adoptif Ali Bongo. Et c’est vous français qui aviez toujours fait en sorte que le perdant gagne, parce que les Bongo entre dans ke type de schéma que vous aimez (fidèles esclaves, dociles comme des chiens…). Cette époque est révolue. Vous êtes désormais devant des gabonais qui sont très loin d’être des imbéciles. Notre président élu reste Mr Jean Ping. Vous n’allez pas ous imposer un autre. Et nous refusons d’aller encore à de nouvelles élections présidentielles tant que Jean Ping ne prendra pas ke pouvoir qu’il mérite.

    On sait que s’il faut encore aller à des élections présidentielles, c’est peine perdue, parce que, vous français, vous nous imposerez encore votre préfet ou valet. Nous n’en voulons plus.

    Tous ces présidents qui se sont déplacés pour cette comédie d’anniversaire l’ont fait sous l’ordre de la France.

    Quand à toi, peuple gabonais, cesse de croire que la France n’est pas derrière cette MASCARADE qui dure depuis octobre dernier. C’est bien elle qui tire les ficelles. Désolé de te ke faire savoir. Mais c’est la vérité.

  29. maroga guy dit :

    Une conférence de presse devant tous les médias nationaux et la société civile. Ce sera la preuve de “vie” mais également de ses capacités !!!!!

    Ça devient ridicule… Le Gabon est devenu une risée !!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW