Le Gabon vient de se doter d’un support de données de synthèse macroéconomiques (PNDS), dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Système général de diffusion des données (SGDD) amélioré du Fonds monétaire international (FMI).

Capture d’écran de la page nationale de données de synthèse présentée sur le tableau d’affichage des normes de diffusion du FMI. © Gabonreview

 

Le gouvernement a lancé une page nationale de données de synthèse (PNDS). Cet outil servira de support de publication unique pour les données macroéconomiques essentielles dans des formats lisibles par l’homme et par l’ordinateur.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Système général de diffusion des données amélioré du Fonds monétaire international. Hébergée sur le site web de la direction générale des statistiques du Gabon, et accessible à travers le tableau d’affichage des normes de diffusion du FMI, la PNDS contient des liens vers des statistiques publiées par les producteurs de données officielles, à savoir la Banque centrale des États d’Afrique centrale, le Bureau national de la statistique et le ministère de l’économie et des finances.

«Je félicite les autorités pour le lancement du PNDS, une avancée importante dans la diffusion des données. Je suis convaincu que le Gabon tirera parti de l’utilisation du e-SGDD comme cadre pour le développement futur de son système statistique», a déclaré le directeur du département des statistiques du FMI, Louis Marc Ducharme.

Selon le FMI, la publication de données macroéconomiques essentielles par le biais de la PNDS offrira aux décideurs nationaux et aux parties prenantes nationales et internationales, y compris les investisseurs et les agences de notation, un accès aisé aux informations essentielles pour le suivi des politiques économiques. Le fait de rendre cette information facilement accessible, dans des formats lisibles par l’homme et par la machine, permettra aux utilisateurs d’avoir un accès simultané aux données actuelles et d’améliorer la transparence des données.

Le conseil d’administration du FMI a approuvé le e-SGDD en mai 2015 pour favoriser une plus grande transparence des données, encourager le développement des statistiques et contribuer à créer des synergies entre la diffusion et la surveillance des données.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW