S’ils comptent plusieurs centaines d’adeptes disséminés dans le pays, les jeux digitalisés ne fédèrent pas encore les gamers gabonais. Avec le soutien des structures reconnues à l’international, le Gabon pourrait parvenir à la création de plusieurs clubs voire à la constitution d’une équipe nationale devant prendre part à des compétitions de E-sport.

Le Gabon pourrait bientôt compter une équipe nationale de E-sport. © D.R.

 

Le «Libreville Gaming», une des rares compétitions de E-sport ayant été organisées au Gabon a eu lieu en août 2017, à l’initiative de Player Game, une structure promue par le jeune étudiant gabonais Stevitch Nyongo. Au total 192 adeptes y ont pris part. Depuis, plus aucune compétition de ce genre n’a été organisée ni dans la capitale ni ailleurs dans le pays. La World Gaming Federation (WGF) et la Société africaine du jeu vidéo (SAJV) veulent changer la donne. Mardi 19 mars, les représentants de ces deux organisations ont présenté leur vision au ministre de l’Economie numérique Guy-Maixent Mamiaka. Leur ambition est de susciter à terme la création de plusieurs clubs voire à la constitution d’une équipe nationale devant prendre part à des compétitions de E-sport à travers le monde.

Mais avant de parvenir à fédérer les gamers gabonais, Mehdi Sakaly et Mohamed Sakhame, respectivement co-fondateur de la WGF et fondateur de la SAJV, ont présenté au ministre un dispositif de qualification des meilleurs joueurs gabonais aux tournois internationaux prévus prochainement en Egypte et au Qatar. Pour les deux responsables d’organisation, l’entretien avec les autorités gabonaises vise également à créer les conditions d’une infrastructure de E-sport dans le pays, en commençant par l’organisation de compétitions au niveau national.

Convaincus que le E-sport est un secteur rentable, dont le Gabon pourrait se servir pour diversifier son économie tout en permettant aux jeunes adeptes d’en faire une activité créatrice de ressources, la WGF et la SAJV invitent les autorités à saisir l’opportunité, notamment pour s’imposer sur un marché qui attire de plus en plus de jeunes à travers le continent et le monde.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW