Pour répondre à la demande sans cesse grandissante des consommateurs, la direction générale de la Société des boissons de Léconi (Soboleco) a officiellement inauguré, jeudi 4 mai, une troisième ligne d’embouteillage dans son usine de Léconie, doublant ainsi la capacité de production de l’eau Andza.

Photo de famille au terme de l’inauguration officielle de la 3e ligne de production de l’usine, le 4 mai 2017. © Gabonreview

Officiellement inaugurée, jeudi 4 mai, en présence des autorités de la province du Haut-Ogooué parmi lesquelles le gouverneur Jacques Denis Tsanga, le préfet du département des Plateaux et le député du 1er siège du département des Plateaux, la nouvelle ligne d’embouteillage de l’usine de production de l’eau minérale Andza de Léconi devrait permettre de répondre à la demande sans cesse grandissante des consommateurs. En tout cas, la direction générale de Soboleco en est convaincue. Les chiffres enregistrés depuis le mois de février le confirment d’ailleurs : 16 000 bouteilles sont désormais produites chaque heure grâce à ce nouvel équipement. Ce qui porte la capacité totale de l’usine à 28 800 bouteilles par heure.

La 3e ligne de production de l’usine permet à Soboleco de produire 28 800 bouteilles/heure. © Gabonreview

Pour le directeur général de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), Fabrice Bonatti, s’il s’est également agi de répondre à l’exigence des consommateurs, c’est «d’un outil de production dernier cri avec une capacité sans précédent» que le Groupe Castel et ses équipes ont doté Soboleco. Il n’a pas manqué de rappeler que c’est depuis les années 2013 et 2014, soit 12 ans après le rachat d’Eauleco en 2001, que «de gros investissements» ont été réalisés, qui visaient à moderniser les équipements et doubler les capacités de production avec la mise en place d’une seconde ligne de production l’usine. L’inauguration de la troisième ligne de production augure déjà de nouvelles avancées pour Soboleco, qui envisage de proposer aux consommateurs, dans les prochaines semaines, une première déclinaison de leur traditionnelle eau minérale : l’eau Andza au goût de citron sans sucre.

Le chef d’atelier, Audrey Boumah (tenant une bouteille), en compagnie du DG de Sobraga et des autorités politiques du Haut-Ogooué. © Gabonreview

Mais derrière toutes ces innovations ayant notamment permis à Soboleco d’obtenir, en 2015, quatre certifications (qualité, santé et sécurité, environnement, sécurité alimentaire), le chef d’atelier, Audrey Boumah, a dit voir «les efforts et la sueur du personnel et des prestataires de service […] qui mouillent le maillot tous les jours». Pour le député du 1er siège de Léconie, Laurent Yami, s’il est bien de se réjouir de l’inauguration du nouvel outil de production de Soboleco, il reste à «espérer que l’agrandissement de cette usine participera à la résorption du chômage dans (le) département».

 
 

3 Commentaires

  1. gaboma dit :

    Comme quoi la dégradations des conditions de vies bénéficie premièrement aux Bongos et à leurs sbires. Les propriétaires Andza et Aningo à Port-Gentil tous de la famille Bongo profitent bien des problèmes d’eau occasionné par les mauvaises performances entretenue de la SEEG dont les résultats restent médiocres malgré la hausse des prix jusqu’à 100% en moins de 20 ans pour le grand bonheur de Delta Synergie d’Ali Bongo, actionnaire de ces entreprises. L’entretien de la crise du logement favorise la bonne marche des familles Dabany et Bongo premiers promoteurs immobiliers dans ce pays qui bénéficient des loyers exorbitants. Les Bongos sont dans le transport aériens où ils imposent des prix de billets invraisemblables. Tout es fait pour entretenir la pauvreté et la misère des gabonais tout en favorisant une santé financière sans pareil à Delta Synergie.

  2. LeBakota dit :

    La Soboleco devrait voir un peu plus loin que le bout de son nez et arrêter de voir toujours petit comme en république bananière.
    il serait opportun aujourd’hui que la Soboleco s’étende dans tout le pays comme la SOBRAGA.
    l’eau naturelle du Gabon est de très bonne qualité et équitablement dans tout le Gabon, alors pourquoi ne pas ouvrir une succursale dans chaque province avec l’expérience déjà acquise et concourir ainsi à la baisse du coût de chaque bouteille d’eau. le Maroc qui ne possédé pas la même richesse hydrographique que le Gabon vend son eau à 4dh le litre soit 4*60=240fcfa alors de qui se moque t’on avec ces effets d’annonces???

  3. Richard07 dit :

    Double la production c’est bien mais que fait on des bouteilles vide qui s’accunmulent partout dans le pays?
    Il serait bon que les dirigeant de Andza s’en préoccupe un peu et investissent aussi dans la récuprérartion afin de valoriser ces 28800 bouteilles/h….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW