Le ministre en charge de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Tony Ondo Mba, a visité le 3 septembre l’usine de traitement d’eau CIM Gabon. Financé à hauteur de 6 milliards de francs CFA par la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), ce chantier prévu s’achever en janvier prochain fournira 36 000 mètres cubes d’eau par jour.

Le ministre en charge des Ressources hydrauliques, Tony Ondo Mba, le sur le chantier de CIM Gabon II, le 3 septembre 2019. © Gabonreview

 

Le ministre en charge de l’Énergie et des Ressources hydrauliques a visité, le 3 septembre, l’usine de traitement d’eau de CIM Gabon II de Ntoum. Ce dernier est venu évaluer l’état d’avancement des travaux débutés il y a plusieurs mois.

Techniquement, le chantier se divise en trois phases. La première phase porte sur la réalisation d’un pompage brute. La deuxième consiste à la mise en place d’un processus de traitement de l’eau. La dernière phase du chantier porte sur la réalisation d’une conduite de refoulement d’environ 3,5 kilomètres, entre la carrière et le site de production d’eau potable de Ntoum.

En termes de capacité de production, l’usine de CIM Gabon II fournira un débit de 36 000 m³ par jour, soit l’équivalent de la consommation journalière de 190 000 habitants.  Tony Ondo Mba voit en ces travaux, «la réponse concrète apportée par le président de la République à la problématique du stress hydrique à laquelle font face les populations de Ntoum, Libreville et ses environs». Largement avancé dans son exécution, le chantier CIM Gabon II sera livré en janvier 2020.

Financés entièrement par la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), pour un montant de 6 milliards de francs CFA, ces travaux  destinés à rediriger le trop-plein d’eau résurgente de l’ancienne carrière de CIM Gabon sont exécutés par la Société d’électricité de téléphone et  d’eau du Gabon (Seteg) et l’Établissement de technicien de l’eau (ETE).

 
 

1 Commentaire

  1. Desiré dit :

    Promenons nous dans les travaux, pendant que d autres triment . Prenez donc une pioche !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW