Après six mois de formation, l’Ecole 241 va livrer sa première cuvée en juin prochain. L’établissement nourrit l’ambition de former localement les jeunes dans les nouveaux métiers du numérique, dans les métiers de développeur web et application et référent digital.

Des apprenants de l’Ecole 241. © facebook.com/pg/Ecole241

 

Sylvie N’tchandi Touré. © facebook.com/pg/Ecole241

Université gratuite, l’Ecole 241 s’est fixée de nobles objectifs avec formant les jeunes dans les nouveaux métiers du numérique. Un objectif en passe d’être atteint avec la sortie de la première promotion de cet établissement, prévue courant juin prochain. L’aboutissement d’un travail de longue haleine. «Tout est parti du constat selon lequel on paye toujours des sommes énormes lorsqu’il s’agit d’accompagnement dans la transformation numérique de certaines entreprises», a confié la directrice Médiation-Emploi à l’Ecole 241.

«Le besoin s’est fait ressentir et nous nous sommes dit : “pourquoi ne pas former de la ressource localement, donner de la compétence aux jeunes Gabonais pour pouvoir répondre à un besoin ?” Voilà comment est née l’Ecole 241», a raconté Sylvie N’tchandi Touré. L’école forme deux référents. Le premier est le développeur web et application. Ce dernier pourra être capable de concevoir un site web à partir de zéro, en épousant la vision du client, tout en respectant son cahier des charges. L’autre offre de formation concerne le référent digital, dont la spécialité regroupe quatre métiers : chef de projet, marqueteur, analyste et le codeur.

Des formations gratuites

À travers ces différentes offres, l’Ecole 241 veut casser le mythe de la cherté des services numériques. «En réalité, les services numériques ne coûtent plus aussi cher. La facture peut grimper cependant avec les services additifs. Dans notre cas, l’on peut évoquer l’hébergement d’un site web, les frais de maintenance, la sollicitation d’un consultant… Mais nous nous sommes inscrits dans la logique selon laquelle il faut démystifier certaines idées reçues. Un site web ne coûte plus aussi chef qu’il y a cinq-six ans. C’est plus accessible de nos jours», a souligné Sylvie N’tchandi Touré.

L’Ecole 241 offre donc des formations gratuites grâce à l’appui de partenaires. Pour sa première année, elle est soutenue par l’ambassade de France au Gabon, l’Organisation internationale de Francophonie (OIF) et Ogooué Labs. «La formation des référents dure six mois, plus un mois de piscine ou prairie. Nous le faisons, car ce sont des formations qui coûtent assez cher en temps normal. Nous sommes dans un modèle gratuit où la formation des jeunes est financée par des partenaires. Étant donné que tout le monde ne peut pas être sélectionné, celui qui a été choisi ne doit pas voler la chance d’un autre. Durant ce mois de prairie, les jeunes sont donc mis à rude épreuve pour jauger leur détermination», a expliqué la directrice Médiation-Emploi à l’Ecole 241.

Des apprenants de l’Ecole 241, en cours. © Gabonreview

Des débouchés divers

La première année, 44 étudiants ont été retenus après plusieurs étapes de sélection de 1000 candidats, avec l’expertise de Simplon Afrique (startup spécialisée dans l’apprentissage de la programmation et du numérique). Une affluence justifiée par les souplesses des profils ayant accès à la formation : bacheliers, nouveaux bacheliers et même lycéens. La formation étant intensive, la sélection a d’emblée éliminé les professionnels. «Nos apprenants ne savaient rien du code. Sur les 44 étudiants actuels, il n’y a que neuf qui avaient un niveau intermédiaire. Ils sont issus principalement de l’INPTIC, IAI, IST… ils avaient le b a ba, mais cela restait très théorique», a indiqué Sylvie N’tchandi Touré.

À l’issue des six mois de formation, cette dernière soutient que plusieurs débouchés vont s’offrir aux apprenants. «Notre modèle est de former les apprenants et les accompagner en entreprise. Nous nous assurons de leur trouver un stage pour parfaire leur formation (…) Au final, les apprenants pourront être des entrepreneurs, des employés en entreprise ou des intrapreneurs (champion d’un projet d’affaires innovant, déployé à l’intérieur d’une entreprise d’accueil, ndlr)», a-t-elle souligné.

Alors que la première cuvée est prévue en juin, l’Ecole 241 se projette déjà vers l’avenir avec la prochaine promotion, dont les inscriptions sont prévues du 1er juillet au 15 août 2019.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW