Le maire de Libreville veut rendre sa ville un peu plus propre. À l’occasion d’une sortie, le 15 mai, il a annoncé la destruction des garages anarchiques et une probable fermeture du marché de Venez-Voir.

Léandre Nzué sur le terrain le 15 mai. © D.R.

 

À travers une tournée, le 15 mai, le maire de la capitale gabonaise, Léandre Nzué, s’est rendu dans certains quartiers de Libreville où il a fait des annonces quant aux réalisations qu’il compte mener pour l’embellissement de la ville. Derrière le stade Omnisport Omar Bongo au quartier Petit-Paris, il s’est agi de la destruction des garages anarchiques qui gênent la route. «Nous devons libérer la ville de toutes les épaves, pour que la ville soit plus propre», a déclaré Léandre Nzué. En effet, les garages à ciel ouvert et le phénomène qui prend de l’ampleur, affectent la propreté de la ville déjà altérée par les ordures éparpillées de part et d’autre, quand bien même, à l’entrée de la mairie de Libreville, on peut lire, “Libreville, une ville propre”. Dans certains quartiers comme Nkol-Ngoum et bien plus, le spectacle est tel que ces épaves sont devenues des dépotoirs dégradant au passage, la voie publique. Un tableau sombre qui noircit d’ailleurs l’image de Libreville.

Poursuivant son périple, le maire et son équipe se sont rendus à Mont-Bouët, le plus grand marché de la capitale gabonaise où il a promis la mise en place d’un espace où sera exclusivement exercée l’activité de la vente de la friperie. En effet, avec cette activité devenue un filon porteur à Libreville, les vendeurs s’installent un peu partout au mépris parfois d’une certaine discipline. «Vous devez vendre au marché, non pas sur la route. Ceux qui font la friperie, vous devez vous organiser, vous devez vous trouver une place où tout le monde vend la friperie», a déclaré Léandre Nzué. «Il n’est plus question que vous vendiez partout. Ceux qui doivent les loyers à la mairie, vous devez payer. Nous voulons qu’il y ait de l’ordre à Mont-Bouët», a-t-il poursuivi.

Le marché de Venez-Voir bientôt fermé ?

Léandre Nzué s’est tout aussi rendu au marché de Venez-Voir, un marché privé qui s’est tout aussi imposé au mépris de certaines règles. Bien que le marché ait permis de donner des espaces de ventes à plusieurs commerçants, il a surtout contribué à l’insalubrité de la ville et du quartier Venez-Voir où se trouvent pourtant une PMI et une école publique primaire. Si Léandre Nzué a demandé aux commerçants de payer les taxes, au propriétaire du marché, il a demandé de lui présenter les documents liés à l’ouverture dudit marché. «Vous allez me présenter tous les papiers que vous payez ici. Que vous reversez les taxes à la mairie», a-t-il dit au propriétaire.

Indiquant avoir créé ce marché depuis 2012, le propriétaire a assuré ne pas savoir combien il doit à la mairie. Toute chose qui a amené Léandre Nzué à le convoquer à la mairie pour justifier de la légalité dudit marché. «Si vous n’avez pas les documents, ce marché sera fermé et mis sous scellé», a prévenu Léandre Nzué.

 
 

1 Commentaire

  1. Kant Danex dit :

    Au Gabon on casse pour ne pas reconstruire.s’il vous plaît ne casser point de risque de laisser ça ainsi.c’est idiot ce que vous faites.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW