Une fois n’est pas coutume, le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé, a usé de célérité envers la cinquantaine de manifestants du 15 août dernier, dans les quartiers Cocotiers et Nkembo. Pour troubles à l’ordre public et vandalisme, une douzaine d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville.

Gabonreview.com - Manifestation du 15 août 2012 - © Jean-Pierre Rougou

Les choses sont allées relativement vite pour les personnes interpellées le 15 août dans le triangle Cocotiers-Mairie de Libreville-Ancienne Sobraga où se sont déroulées les manifestations ayant débouché sur une émeute entre les forces de l’ordre et les partisans de l’Union nationale, formation politique interdite qui voulait organiser un meeting ce jour-là. Auditionnées le mardi 21 août, une douzaine d’entre elles ont été emprisonnées à la prison centrale de Libreville.

Tenant une conférence de presse le lundi 20 août 2012, le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé, a indiqué qu’on comptabilisait une dizaine de personnes interpellées «du côté de la brigade nord du camp Gros Bouquet (…) une vingtaine du côté de la Fopi (et) une dizaine du côté de la préfecture de police de Libreville.» Ce qui a laissé conclure à une cinquantaine d’interpellations.

Le procureur a alors précisé qu’«il y a certainement des personnes qui étaient au mauvais moment au mauvais endroit». C’est sans doute à cet effet que, selon le quotidien L’union, un sujet camerounais nommé Yves Ndzana Ekang a été relaxé. Il en est de même pour un sujet libanais nommé Tarek qui photographiait les émeutes avec son téléphone GSM, selon des sources libanaises. On compte également des mineurs qui ont été remis à leurs parents mais qui devront revenir au tribunal le jeudi 23 août. On mentionnera toutefois que certains de ces prévenus ont été arrêtés, le 15 août, dans leurs domiciles du quartier Cocotiers, ainsi qu’en ont témoigné de nombreux habitants du quartier. Éric Etoughé, Clémentine Akoghé et Carly Ovono Obiang, par exemple, comptaient parmi ces prévenus interpellés à domicile, ainsi que noté par la presse le jour de l’émeute.

On devrait donc déduire qu’au terme de l’instruction effectuée par le parquet, plus de la moitié des prévenus ont été relaxés. La douzaine de partisans de l’Union nationale incarcérés à la prison de Libreville sont accusés de troubles à l’ordre public et d’actes de vandalisme.

L’annonce de leur emprisonnement n’a donné lieu à aucune communication des leaders de l’Union nationale, sans doute préoccupés par les obsèques d’Elisaberthe Nwanda auxquelles ils ont assisté ce mercredi 22 août. La jeune dame est décédée au Centre hospitalier de Libreville, des suites des émeutes du 15 août.

L’emprisonnement de ces vandales supposés a cependant suscité une vive controverse sur les réseaux sociaux proches de l’opposition. Notamment sur les pages Facebook du groupe de discussion Infos Kinguélé. On pouvait notamment y lire : «Ces enfants que la justice envoie en prison ne sont ni des voyous encore moins des brigands. Ils ne sont pas coupables de malversations financières ni de mauvaise gestion de la chose publique. Leur seul tort, la liberté de conscience, de pensée, d’opinion, d’expression et de communication qui est pourtant garantie par notre constitution. Je demande leur libération sans conditions» ou «Et maintenant qu’ils sont en prison et à la merci de ces bourreaux qu’est ce qu’il faut faire pour eux? Parce que là ! Ils sont abandonnés à eux mêmes. Je prie Dieu pour eux !» ou encore et plus étonnant, «des supposés participants à la marche du 15-08 se sont exprimés sur des antennes de la chaîne nationale, pourquoi diantre n’ont-ils pas été arrêtés puisqu’ils ont avoué publiquement avoir participé?»

Le 20 août, le procureur de la République avait bien averti : «Nous allons frapper au cœur de la délinquance quelque soit son origine et ses acteurs, quelle soit juvénile ou sénile, force restera à la loi. Pour marquer d’avantage notre volonté de traquer les auteurs de troubles à l’ordre public, nous punirons avec tous les moyens de droit les auteurs des dégâts du 15 aout 2012.»

 
 

9 Commentaires

  1. Le citoyen libre dit :

    Ils n’auront pas assez de prisons pour enfermer tous ceux qui revendiquent leur liberter d’expression.
    Ont-ils vraiment des preuves que ces jeunes pernonnes sont coupables de vandalisme ?
    Interpeller des personnes a domicile c’est un peut fort, ils s’auraient du les arreter sur les lieux.

    • Le Gabonais dit :

      “Liberté d’expression” ne veut pas dire tout casser et terroriser les honnêtes citoyens qui n’ont rien à foutre avec la politique! “Liberté d’expression”, c’est militer en appliquant la doctrine de Gandhi pour le rétablissement par exemple d'”Edzombolo” et la “La Une”, pas pour les causes cachées d’un voyou de la république (AMO, le sorcier.

      PS: NON ÉMERGENT!

      • Petit-Connard Ogandaga  dit :

        Y a pas eu de casses à Cocotiers, juste quelques débordements et dégâts matériels dus à la réaction des militants du changement face à la violence policière. D’ailleurs le bilan de madame Outrée ou Ouwé est hypertrophié. J’ai des amis aux Cocotiers et jevais tous les jours dans leurs bars qui ne ferment pas à 22h comme l’a commandé Ali. Comparez le bilan des autorités politiques PDG de la zone avec celui de Mme Trouée ou Ouwé et vous verra la grande différence. Cette dame qui donne 1 show, a fait une conference de presse pour livrer son bilan, alors qu’elle était incapable de donner le nombre exact de personnes arrêtées. Alors que vaut son expertise indiscutablement politisée. Je note que les vitres de la station de Nkembo ont été cassées dans la nuit, un jour après les émeutes, dans quel but? Dans le but d’aggraver le bilan et la culpabilisation des manifestants qui, en réalité, habitent Cocotiers pour un grand nombre. Alors ne succombez pas aux sirènes, aux mises en scènes et à la manipulation du pouvoir PDG. Un peu de lucidité, mon Dieu!

      • Boukoubi Maixent dit :

        @Le Gabonais. Il n’existe pas d’humain qui n’a rien à foutree de la politique. La politique gouverne nos vies, décide de nos destinées. Sauf si vous n’avez rien à foutree de votre vie et êtree prêt à laiser n’importe quel aventurier genre ceux qui s’accaprent le pouvoir au gabon vous mener n’importe où…

      • Le citoyen libre dit :

        Oui mais lorsque qu’il n’y pas debat dans les TV, dans les journaux je crois que le seul moyen dans la rue.
        Il n’y a pas d’omelettes sans casser les oeufs.
        En Afrique du Sud lors de l’apartheid le peuple noir pour se liberer a du utiliser la force n’est-ce pas ?
        Il n’aura plus de vendalisme lorsque l’expression sera libre.
        Le gouvernement en place n’aime pas la contradiction , il gouverne pas la force. La seule arme du peuple opprime est la rue.

  2. Guy Massard dit :

    Peut-elle “punir avec tous les moyens de droit” les auteurs des tueries de Port-Gentil en 2009 ? Cette justice instrumentalisée par un pouvoir illégitime ne fait qu’en rajouter à la frustration et la colère des gens. Surtout qu’elle est le fait de quelqu’un dont les commerçant syro-libanais et Corses disent beaucoup de bien au quartier. Tôt ou tard, cette dame connaîtra les délices de Gros-Bouquet car, la corruption est condamnable….

  3. Le Gabonais dit :

    Monsieur Boukoubi Maixent, l’essence de mon message n’était peut être pas clair mais je vais me permettre de le réitérer en d’autres termes. D’abord je te rassure que le Gabon appartient à tous les gabonais et tous les gabonais doivent aspirer à gérer ce pays. La “lutte” c’est bien et je peux t’assurer que j’en suis partisan. Mais cette lutte chacun doit la mener “seul” pas parce que un politicien qui fait de la politique politicienne,pseudo opposant, grand défenseur du système Bongo au temps du père l’a demandé…

  4. Le citoyen libre dit :

    les prochaines manifestations il faudra porter un masque ou une cagoule pour eviter d’etre interpelle.

  5. kevazingo garnett dit :

    MBA obame a troublé l’ordre publique il y’a un an. et je rappel k’il n’était pas seul. amo et ses amis sont en libertés.on est pressé d’agir vite kand se sont des jeunes sans défenses.suis triste kand je réalise k l gabon est tjrs en arrière grace au concours des gens cmme ouwé. Ctte dame ça vrais fnction c’est procureur du P.D.G!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW