Un contingent de policiers a assiégé l’entrée du Collège Ntchorere pour en interdire l’accès et le déroulement d’un meeting initié par les leaders de Coalition pour la nouvelle république rangée autour de Jean Ping. Le rassemblement a finalement été délocalisé au quartier général du challenger d’Ali Bongo.   

Camion de Police à l’entrée du Collège Ntchorere. © Gabonreview

Tôt dans la matinée un camion de la police s’est posté contre le portail du Lycée-Collège Ntchorere pour empêcher la tenue d’un meeting convoqué par la Coalition pour la nouvelle république (CNR), regroupement de partis de l’opposition soutenant Jean Ping. «Le meeting est interdit», répondent les policiers aux partisans de l’opposition qui se rapprochent des lieux à compte-goutte.

© Gabonreview

Visiblement parés pour l’affrontement, au regard de leur attirail (fusils lance-grenades, etc.) pour ceux qui sont postés dans ledit camion, les forces de sécurité, pour ceux sont sur le trottoir, signifient aux curieux qu’ils agissent selon les ordres donnés par leur hiérarchie. Lapsus : l’un des policiers a laissé échapper que le propriétaire des lieux aurait été sommé de signer un document annulant ce rassemblement.

Sans grand tapage, les organisateurs de l’évènement, joints au téléphone, indiquent qu’en vue d’éviter les «heurts visiblement programmés», le meeting a finalement été délocalisé au QG de Jean Ping. L’un des organisateurs déplore le fait que le «Collège Ntchorere est un cadre privé n’exigeant aucune autorisation préalable de la part du ministère de l’Intérieur. L’interdiction d’accès est donc abusive. L’arbitraire a pris le pas sur les droits et libertés individuelles consacrés la Constitution». Le dispositif déployé aux entrées du quartier Ancienne-Sobraga où devait se tenir le rassemblement et où se trouve le siège de l’Union nationale, gros porteur de la CNR, effraie nécessairement les militants de l’opposition. Il est donc à douter que le report du meeting aux Charbonnages (QG de Ping) puisse encore faire le plein annoncé en vue de la démonstration de force de Jean Ping.

Auteur : Alain Mouanda

 

 
 

13 Commentaires

  1. Azingo dit :

    Je pense sincèrement qu’il faut en finir avec ce régime de merde qui se croit tout permis ,sans oublier ces gendarmes qui n’ont rien dans la tête .

  2. Le jour que vous seriez conscient et lorsque vous aller ouvrir et savoir que le véritable président du Gabon c’est Ali Bongo il vous sera trop tard. Nous on avance et on combat pour notre vie et non pour la vie des rêveurs et d’un chinois. Le temps de construire et de réaménager les mentalités est arriver.

  3. Azingo finir avec le régime tu dis? Et le chinois est de quel régime? Cst pas possible. Dnc sa signifie que vous devez finir avc le chinois nn? Kiakiakiakiakiakiakiakiakiakia

    • Serge Okogo dit :

      Pour ceux qui persistent, encore, à croire que Ali Bongo est toujours président du Gabon, vous perdez votre temps.Votre champion d’usurpteur à perdu toute crédibilité. Malgré ses appels, combien de pays étrangers viennent encore investir au Gabon ? Suivez mon regard, contre toute attente,Ali Bongo sera capturé par le peuple.Je vous invite à revoir le film sur la fin de règne du Roumain Nicolae Ceaucescu

    • Azingo dit :

      @chris MOUTOUTOU,ton président c’est Ali bongo,et tu ne peux qu’avancer.Tu me fais rire et je ris de toi parce que, effectivement le temps de construire et de réaménager la mentalité des gens comme toi est arrivé. En ce qui concerne le Président Ping,laisse moi te dire que seuls les imbéciles ne changent pas.

  4. Le chef traditionnel dit :

    kia kia kia !!!!! c’est plus une opposition. Cela deviens du banditisme.

  5. pourquoi les gabonais et notament certains intervenant ne comprennent pas enfin que ce n.est pas une affaire du chinois ou de Ali bongo…mais dun regime…dun systeme de pensee..dune maniere de faire..de cinduire les affaires du pays…etc qui ne plaient plus aux gabonais…concernant ces flics la je propose les coctails molotov aux ” caca” desole pour le mot…face a ces hommes armes…ca a bien decourage les policiers de maduro et bien bien ns avec toute les connotations que ont la merde sur quelquun au moins on aura trouver une arme redoutable.lol

  6. Ping est un bandit : Que cherche-t-il un an après les élections ? A détruire le Gabon au bénéfice de son ami Bourgi ? Kiakiakiakia. Pourquoi n’attend-il pas 2023 pour gagner haut la main les élections présidentielles ? il faut être aveugle pour croire à ce chinois sans scrupule. Et son fameux carnet d’adresses est où ? n’-a-t-il pas compris qu’il est lâché par les occidentaux auxquels il a fondé tout espoir ?

  7. Le citoyen dit :

    Azingo tu vie dans quel monde Ping est un bandit de grand chemin. il n’avait qu’à demander a la diaspora de la france de venir vous aider.un président qui cherche un lieu pour faire un meeting? Mais allez y a Omboué.
    Dosé matchibi

    • Panurge dit :

      Quan des Nzebi se voient roi! Echos du nord, Tri-hebdomadaire gabonais d’information, livraison du Lundi 4 septembre 2017. Où sont les Fang et les Nzebi dans la République? Article paru dans le journal La Loupe de ce mardi…en république très, très démocratique du Bantoustan l’ethnisation du peuple bantoustanais est un mal, mais un mal nécessaire! Avec ça, les Bantoustanais affichent clairement leur volonté générale de vivre ensemble…de créer une Nation forte et unie!

  8. Azingo dit :

    @Le citoyen, je vie dans le même monde que toi,lorsque je lis ton commentaire je rigole de tristesse. Tu nous demandes d’aller à Omboue parce que tu penses que tout le reste du Gabon t’appartient et que tu es plus Gabonais que ceux veulent accéder à une véritable démocratie ?Moi je te demande de dire à Ali de retirer les flics moutouki des rues ,alors tu verras.

  9. Panurge dit :

    En république très,très démicratique du BANTOUSTAN, le Bantoustanais suprême a ses règless, us et cutumes. Toi, Bantoustanais lambda, que vaux-tu? Expliques-moi! Moi qui suis en face de toi, que vaux-tu? Dans le verbe “valoir”, selon le Parfait Dictionnaire éthimologique de la langue de Sieur DINDONNEAU, il y a le mot “VALEUR”. La valeur… Expliquez-nous vos valeurs…au-delà de tous discours!!

  10. […] La technique est connue : à chaque rassemblement de l’opposition, le gouvernement s’empresse de déployer un important dispositif policier. Pour les événements prévus dans les lieux publics, il se réfugie systématiquement derrière des risques de trouble pour recourir aux forces de sécurité. Quand la manifestation doit se tenir sur un site privé, la zone est invariablement bouclée. Sur ce point, chacun peut raconter des anecdotes à la pelle. Récemment encore, la police s’est opposée à la tenue du meeting de la Coalition pour la nouvelle République, prévue sur l’esplanade du collège N’tchoreré à Libreville (lire «Le meeting de l’opposition empêché»). […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW