Le Projet de loi des finances (PLF) 2020 fixe les plafonds d’autorisations à 101 638 agents dans les établissements publics et assimilés, avec une masse salariale de 661 milliards de francs CFA.

La PLF 2020 fixe le nombre d’agents, ici en recensement, à 101 638. © D.R.

 

Combien d’agents les ministères, autorités administratives et institutions peuvent-ils employer en 2020, et pour quels émoluments ? Une question à laquelle répond le Projet de loi des finances (PLF), qui a fixé les plafonds d’autorisations à 101 638 agents. «La masse salariale indexée à ces effectifs est fixée à 661 milliards de francs», indique la PLF 2020.

Le plafond du nombre d’agents dans les ministères est fixé 98 406, pour une masse salariale maximale de 626 milliards de francs CFA. Au ministère de l’Education nationale, premier employeur de l’Etat, les autorisations d’emplois sont fixées à 22 004 en 2020, pour une masse salariale de 161,8 milliards de francs CFA. En dernier position, l’on retrouve le ministère de la Décentralisation, seul département en dessous du milliard en termes de masse salariale (879 millions de FCFA), avec 181 agents.

Au niveau des autorités administratives et institutions, la Présidence de la République arrive en tête avec des plafonds d’autorisations à 1018 agents en 2020, pour une masse salariale de 6,4 milliards de francs CFA. Avec un quota d’agents majoré à trois, la Médiateur de la République se classe dernier en termes de masse salariale en 2020 (8,4 millions de FCFA).

Par ailleurs, a précisé la PLF 2020, «la hausse de la masse salariale au sein des établissements publics et assimilés est désormais conditionnée par la preuve de leurs capacités à s’autofinancer durablement pendant au moins quinze ans, l’augmentation des charges de personnel induite par de nouveaux recrutements ou la revalorisation de leur grille salariale».

De même, a rappelé la PLF, «tous les établissements publics et assimilés sont tenus de déclarer auprès des services du ministère en charge des Finances, le bilan et les résultats prévisionnels sur une période de cinq ans au moins et les états des dépenses de personnel».

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    La quantité importe peu, c’est la qualité qui compte.
    Toute le monde sait que des postes de complaisance très bien rémunérés sont distribués comme des bonbons, que l’efficacité se mesure au taux de corruption dont est capable un agent,etc…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW