L’activiste Serge Christian Nguema Ndong, se surnommant “Bob le Fou” est intervenu lors un événement organisé mardi 28 janvier par l’Agence Française de Développement (AFD) à Paris. Théâtralisant son acte jusqu’à se verser du sang sur la tête, il a interpellé l’AFD qui soutiendrait une “dictature”, dénonçant des financements à coup de millions d’euros, pour des projets qui n’aboutissent, selon lui, à aucune réalisation au Gabon. Interview avec l’activiste, qui détaille son point de vue.

Serge Christian Nguema Ndong aka Bob le fou. © Facebook

 

(VIDEO)

Gabonreview : Pourquoi cibler l’Agence Française de Développement (AFD) ?

Serge Christian Nguema Ndong aka Bob le fou : Cette intervention était un ras-le-bol pour tous ces financements qui arrivent au Gabon – financements de la Banque africaine de développement (BAD), financements du FMI, et nombreux financements de l’AFD.

Cet argent de l’AFD devait servir par exemple à la construction des bassins versants, à la construction des écoles… On a toujours autant d’inondations au Gabon, et il n’y a pas de nouvelles écoles construites. C’est inadmissible de continuer à déverser des milliards comme ça au Gabon, et on ne voit rien sur place.

Et c’est pour cela qu’il fallait le dénoncer à l’AFD, lors de l’événement de mardi “l’économie africaine en 2020, enjeux et perspectives” où étaient présentes les personnes clefs de l’AFD, certainement des membres de la République en Marche, du cabinet présidentiel. D’ailleurs j’y ai vu plusieurs ambassadeurs et anciens salariés du Quai d’Orsay. Il était essentiel d’être au milieu de ces gens pour les sensibiliser.

Et ce n’est pas la première apparition de la diaspora gabonaise à l’AFD !  Cela fait trois ans que les activistes de la diaspora font des manifestations à Paris. On a demandé des rendez-vous, de rencontres avec des institutions françaises. On a eu des fins de non-recevoir. Donc on est obligé de mener ce type d’action pour se faire entendre.

Avez-vous un exemple de projet de l’AFD que vous pensez être un échec ?

Oui, le projet des écoles. Où sont-elles aujourd’hui ? Je trouve inadmissible que l’on octroie un budget de 101 milliards de francs CFA, soit 154 millions d’euros, pour la construction de 223 salles de classes. Cela reviendrait à 453 millions de francs CFA par salle de classe ?!

(NDLR : D’après les informations de Gabonreview, les 101 milliards de FCFA sont une estimation du coût total, qui comprend aussi d’autres infrastructures que les simples salles de classe, des équipements pédagogiques, mais aussi un appui au ministère de l’Education nationale avec une aide à la réduction du déficit d’enseignant, ou encore la maintenance et l’entretien des équipements scolaires. D’après l’AFD, ce ne sont pas 223 mais 500 salles de classes qui devraient être construites.)

Avez-vous engagé des actions contre l’AFD?

En 2018, plusieurs associations de la diaspora (“Eveille Toi Gabon”, “Convention de la Diaspora Gabonaise”) ainsi que, et le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) de Georges Mpaga, avons engagé une procédure en justice contre un prêt de l’AFD à l’Etat gabonais.

(NDLR : Il s’agit d’un recours contre un arrêté du 11 juin 2018 octroyant un prêt de 75 millions d’euros de l’AFD au Gabon. Cette somme est le second versement d’un appui budgétaire de 225 millions d’euros au total, décidé le 1er décembre 2017) 

Nos démarches sont suivies par Me William Woll, avocat au barreau de Paris. Il est également en train d’ouvrir des dossiers sur l’AFD. Et à ce jour, il a même des difficultés à accéder à certains contrats, car il y a une caution de la France pour certains d’entre eux.

(NDLR : Selon un document de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) française datant du 6 juin 2019, le ministère de l’Economie et des Finances français a opposé un refus à la demande de Maître Woll de recevoir les copies de “l’ensemble des documents préparatoires ayant fondé les deux arrêtés accordant la garantie de l’État à un prêt de l’agence française de développement en faveur de la République du Gabon.” La CADA, dans son document de juin 2019, a quant à elle émis “un avis favorable à la communication des documents sollicités”)

—————————————————————————-

Quelques chiffres et données sur l’AFD au Gabon

  • L’AFD dit avoir engagé 800 millions d’euros entre 2010 et 2017 au Gabon
  • Dix-huit projets sont en cours au Gabon ; nombre d’entre eux concernent l’environnement et la conservation
  • Le 1er décembre 2017, l’AFD a octroyé au gouvernement gabonais un prêt de 255 millions d’euros, soit 147,5 milliards de francs CFA

 
 

11 Commentaires

  1. Milangmissi dit :

    Voilà c’est clair, il faut empecher les incompétents qui dirigent le Gabon d’emprunter de l’argent au nom des générations futures, ils ne vont pas tuer le Gabon présent et futur.
    Ce qui est malheureux c’est que l’AFD elle même est une nébuleuse qui refusé d’ailleurs de s’exprimer au parlement français.En tout cas le coup de force de Bob le fou met en lumière des mafieux.
    Bravo patriote

    “Escroquerie : une bonne affaire qui a rencontré une mauvaise foi.”Alfred Capus

  2. John Cosa dit :

    Les propos avancés par Bob sont en adéquations avec tout ce qui a été dit et redit sur la présence de L’AFD au Gabon…les faits sont là, vous allez à Libreville ou Port-gentil vous ne verrez aucune nouvelles salles de classes. Le système de santé également est en décrépitude (les femmes accouchent à même le sol). La question qu’on se pose est de savoir à quoi ont servi les 800 millions d’euros d’argent du contribuable français donnés à Ali Bongo sur le période (2010/2017) sachant que sur cette même période les budgets cumulés du Gabon étaient de 42 milliards d’euros! Dites nous !!
    Donc nous sommes en droit d’affirmer que cet argent a servi à financer la dictature d’Ali Bongo

  3. Serge Makaya dit :

    Vous écrivez:”…pour des projets qui n’aboutissent, selon lui, à aucune réalisation au Gabon…” Er pourtant, vous savez bien que BOB a parfaitement raison. A Ntare Nzame! Cessez de soutenir la France qui soutient les dictateurs qu’elle même place en Afrique.

    La France ne veut pas que l’Afrique émerge sur tous les plans (économique, social, politique…). Elle veut nous maintenir en perpétuel assisté. Comme ça, elle viendra toujours nous chanter qu’elle va nous aider à nous développer. Ce refrain ne date pas d’aujourd’hui. Le disque est rayé.

    Nous ne voulons plus des Bongo, ni dès français. Les deux sont à la fois le véritable CANCER du Gabon. Qu’ils aillent en ENFER. A NTARE NZAME !!!

  4. Muvinguia Mwanga dit :

    Heureusement qu’il existe des hommes courageux comme Bob pour rappeler que le régime valentin-bongo-pdg est soutenu par des institutions gangrenées par des mafias !

  5. Duboze dit :

    Il est inconcevable de constater que l AFD accorde des fonds au gabon sans s assurer de l usage des fonds à bon escient, cad, en l occurence, l édification de structures scolaires pour désengorger les classes et favoriser 1 qualité de l enseignement. L AFD, se fait passer comme 1 agence qui veut aider. Mais le constat est là ! Ou sont ces classes? L argent est détourné à des fins personnelles, pour soutenir le régime actuel dirigé par Nejma Valentin Bongo. Il est temps d y mettre 1 terme. Légalement, il doit y avoir 1 suivi des fonds alloués à 1 projet. Ce n est pas le cas. Donc, il s agirait de contrats illicites, qui seront remboursés par le citoyen lambda gabonais à son détriment. Ça suffit la colonisation. Les aides de l AFD ne s imposent pas, car le gabon est riche et cette dernière le sait trés bien. Comme le FMI, BM,. STOP à vos aides à la noix, avec 1 taux d intérêts élevé. Non seulement l AFD s enrichit et nous vole grâce à la cellule dirigeante. Ça suffit.

  6. Agnorogoulet dit :

    Le Gabon depuis plusieurs décennies n’a pas
    Construit d’écoles. Le niveau scolaire est catastrophique.
    Serge Nguema a dénoncé avec honnêteté et sans
    Le politiquement correct les problèmes sociaux et medico éducatifs
    Dans ce pays riche de ressources et que
    L’AFD ne doit plus financer aveuglément. Sinon
    C est entretenir le train de vie des dictateurs et de leurs familles.

  7. KIEM dit :

    Tout simplement ne rien rembourser après le départ des voleurs, il faut commencer à le leur faire comprendre.

  8. MBONE NZE GONDJOUT dit :

    L’AFD SIGNIFIE : AGENCE FINANÇANT les DICTATURES en Afrique !
    Bravo Bob et toute l’équipe de la résistance Paris qui a contribué au succès de cette action.
    Rémy Rioux le DG de l’Afd aura du fil à retordre avec la Résistance gabonaise tout au long de 2020…

  9. ASSEKO dit :

    Dans un pays normal il serait hissé au panthéon des hommes valeureux.Mais ça c’est dans un pays normal.

  10. Abessolo dit :

    AFD est une association mafieuse au service des multinationales et de politiciens pour détourner l’argent du contribuable francais à qui ils ne rendent jamais compte.
    Ni le fmi, ni l’afd, ni autre institution internationale ne peut assurer le developpement du continent africain, c’est notre etat de sous developpement qui leur permet ces detournements.
    L’afrique se relevera sans aucune aide etrangere quand nous l’aurons decide

  11. Serge Makaya dit :

    “Bob le Fou”, je m’adresse à toi. On se connaît depuis Libreville. Tu ne m’as pas connu quand je travaillais au B2. Mais on se connaît. Je n’entre pas dans les détails pour ne pas donner des pistes de renseignements au B2 qui doit certainement me chercher ou chercher à savoir qui je suis comme ancien du B2.

    Merci pour ton travail et merci aussi aux autres: John Cosa Laurence Ndong, ADJATYS, etc… Un seul COUAC dans votre combat pour la libération totale du Gabon: c’est votre DIVISION.

    JE VOUS JURE QUE SI VOUS ETIEZ RESTÉ UNI, SOUDÉ COMME AU DÉBUT DE VOS MANIFESTATIONS À PARIS, AU TROCADÉRO, CE RÉGIME POURRI DES BONGO SERAIT DÉJÀ TOMBÉ DEPUIS. VOUS NE POUVEZ PAS RÉUSSIR EN ÉTANT DISPERSÉ. FAITES UN EFFORT DE RÉCONCILIATION, DE RECONSTRUCTION DE CETTE SOLIDARITÉ – UNITÉ QUE VOUS AVIEZ AU DÉBUT DE VOS MANIFESTATIONS.

    LAISSEZ DE CÔTÉS VOS DIVISIONS POUR METTRE D’ABORD DEVANT CET OBJECTIF COMMUN: LA FIN DE CE RÉGIME. ET LA JE M’ADRESSE À TOUS LES OPPOSANTS ET RÉSISTANTS QUI SONT AU GABON: JE PENSE NOTAMMENT À JONAS MOULENDA QUI NE S’ENTEND PLUS AVEC ADJATYS (RECONCILIEZ-VOUS POUR LE BIEN COMMUN: LA LIBÉRATION DE NOTRE PAYS), JE PENSE À LAURENCE NDONG: QU’ELLE NE FASSE PAS UNIQUEMENT SA PARTITION. QU’ELLE S’UNISSE AUX PARTITIONS DES AUTRES.

    BREF, RETROUVEZ CETTE SOLIDARITÉ DE DÉPART. SOYEZ UN. ET VOUS DONNEREZ BEAUCOUP DE COURAGE À NOUS, GABONAIS, RESTÉS ICI AU PAYS.

    C’EST L’UNION QUI FAIT LA FORCE, PAS LA DIVISION. A BON ENTENDEUR (OU LECTEUR)…

    LA LUTTE DOIT CONTINUER. SURTOUT PAS DE DÉCOURAGEMENT…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW