L’étonnant parcours politique d’Alexandre Désiré Tapoyo semble se poursuivre. Après avoir fait ses classes au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) qu’il a plaqué pour le Centre des libéraux réformateurs (CLR) qui l’a exclu en 2016, pour intelligence avec le parti d’Ali Bongo qu’il rejoindra et qu’il a laissé tomber en septembre, il pose de nouveau ses valises au CLR.

Alexandre Désiré Tapoyo serait de retour au CLR. © D.R.

 

Dans une note portant nomination des délégués généraux adjoints du Centre des libéraux réformateurs (CLR), le délégué général de cette formation politique, Nicole Assélé, a désigné Alexandre Désiré Tapoyo comme «délégué général adjoint 1 chargé de l’implantation et de la stratégie électorale».

Cette nomination ne laisse pas plus d’un indifférent tant, en 2016, alors qu’il occupait le poste de vice-président du CLR, chargé de l’implantation et de l’inspection, Alexandre Désiré Tapoyo avait été exclu sans ménagement pour avoir refusé de démissionné de l’équipe de campagne d’Ali Bongo. Il y présidait la Commission chargée des confessions religieuses.

La même année, il a adhéré au Parti démocratique gabonais (PDG). Trois ans plus tard il va prendre ses distances avec le PDG. Si l’ancien PCA de Sogatra a justifié son départ du parti au pouvoir, en septembre dernier, par un refus de se compromettre dans des actes préjudiciables aux fondements de la Nation gabonaise et du vivre ensemble des Gabonais, certaines indiscrétions assurent que cette démission était motivée par son éventuel come-back au CLR dirigé depuis septembre, par Nicole Assélé «dont il est proche».

Cette nomination, en dehors du président du Conseil politique (Jean Boniface Assélé), fait de lui le numéro deux de cette formation politique. Alexandre Désiré Tapoyo a-t-il donc réintégré le parti qui l’avait banni ? «Oui», répondent les mêmes indiscrétions qui soutiennent qu’il a lui-même été consulté. Son mutisme quant à cette nomination conforte d’avantage cette thèse d’autant plus qu’elle a été rendue publique depuis le 21 octobre. «C’est finalement un homme aux convictions réversibles» a commenté un observateur avisé de la scène politique gabonaise. Pour beaucoup, les allées et venues d’Alexandre Désiré Tapoyo ne sont que de «l’agitation inutile».

 
 

1 Commentaire

  1. tate dit :

    Rien de surprenant au Gabon . Tapoyo étudiant à Casablanca a été sous la botte de leur Ya Nicole depuis Rabat.
    au mettre titre qu’ILOKO BOUSSIENGUI , ANOUE KIKI Léandre , TCHOPA Redrigue ( médecin qui n’a jamais franchi la 3e année de médecine ) et bien d’autres.
    Arrivée au Gabon c’est la continuité Tapoyo au CLR le parti de son père
    ILOKO parti en trompe du Maroc à causes des malversations se cache au PDG , l’autre truand Wapatha ANOUE bien sur au PDG …

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW