En exil en France depuis deux ans, par ailleurs inculpé en mai 2018 pour «diffamation publique» contre Ali Bongo, l’ancien Garde des Sceaux du Gabon rebondit sous un nouveau jour : l’analyse stratégique des relations triangulaires entre trois grandes entités intercontinentales. «Union européenne, Afrique-Chine : Jeu et enjeux pour la paix» tel est le titre du livre de Séraphin Moundounga, tout récemment publié.

Séraphin Moundounga, ancien vice-Premier ministre, ministre de la Justice, Garde des Sceaux. © JDD

 

Dans la collection «Diplomatie et stratégie» des Editions L’Harmattan, Séraphin Moundounga vient de loger un ouvrage de 520 pages à travers lesquelles il questionne les relations triangulaires Union européenne (UE), Afrique et Chine. Sous-titré «Jeu et enjeux pour la paix», le livre décline son ton en quatrième de couverture où on peut lire : «Pendant que l’UE, pour sa sécurité et sa stabilité, ainsi que pour la paix en Afrique et le développement de ce continent, œuvre à promouvoir les Droits de l’Homme, la Chine a proposé et obtenu de l’Afrique la signature d’un partenariat alternatif condamnant toute coopération économique, conditionnant l’aide au développement à la promotion des Droits de l’Homme».

Premier partenaire commercial de l’Afrique avec une perspective d’aide de 60 milliards de dollars (environ 52 milliards d’euros), la Chine est connue pour se jouer des Droits de l’homme. A l’effet de quoi, l’ouvrage indique que le partenariat sus cité «est de nature à compromettre l’amélioration de la gouvernance africaine». Ce qui induit une question essentielle : «l’appropriation des valeurs démocratiques par l’Union africaine (UA) est-elle capitalisable pour une démocratisation africaine garante du développement inclusif, pour la paix durable en Afrique, la stabilité et la prospérité en Europe ?».

Destiné surtout aux acteurs politiques et diplomatiques, aux opérateurs économiques, aux chercheurs et étudiants, le livre de Séraphin Moundounga se consacre «aux instruments européens de coopération, visant à atteindre les objectifs de paix par le développement et la démocratisation de l’Afrique, pour démontrer leur niveau de participation à la stabilisation de l’Afrique et leurs interactions avec le Droits international, leur articulation avec le Droit de l’Union africaine ainsi que leur coexistence avec une dynamique se positionnant en alternative, le Forum de coopération Sino-Africaine»

L’ancien Garde des Sceaux du Gabon structure sa démonstration en deux parties, la première étant intitulée «Une action extérieure européenne pour la paix par le développement et la démocratisation de l’Afrique, réciproquement bénéfique,  quoique controversée». L’auteur y aborde, par exemple, au titre premier, «Une coopération économique et commerciale, régie par des instruments UE-Afrique bénéficiant des financements européens pour des profits mutuels».

Dans la deuxième partie, «Une appropriation des valeurs démocratiques par l’UA opérant un changement de paradigme capitalisable pour accélérer l’unification africaine par des valeurs et règles communes dans un contexte de coexistence avec le partenariat alternatif Chine-Afrique», Séraphin Moundounga traite, entre autres, d’«une appropriation des valeurs démocratiques par l’UA opérant un changement de paradigme utilement capitalisable». Son argumentation passe par «une charte africaine plaçant les Droits de l’Hommes sous une double protection continentale» pour s’ouvrir sur «une coexistence avec un Forum de coopération Sino-Africaine, certes attractif, mais au caractère alternatif réversiblement instrumentalisé contre l’unification africaine par des valeurs à partager et règles communes».

Si l’ouvrage s’appuie sur une abondance bibliographie, son préfacier lui, assure que «Ce livre essentiel parle de cette Afrique qui demeure un mystère pour elle-même, tout en faisant des progrès prodigieux». Avocat à la Cour d’appel de Paris, Emmanuel Caulier pense que l’ancien ministre et député gabonais refuse «de réduire l’Afrique à sa seule individualité quand il magnifie le monde qui l’entoure comme étant son continuum. Car, il le fait en mobilisant conjointement trois regards, un sur l’Europe dont il connait par cœur à la suite de son doctorat préparé et soutenu à l’Université de Grenoble 2, à la suite d’un master en Sécurité internationale et Défense dans la même université, les arcanes institutionnelles et politiques, sur la Chine dont il est familier de par ses recherches doctorales et de son expérience gouvernementale, ajoutée à celle de parlementaire gabonais et panafricain, sur l’Afrique dont il est sujet intime».

Dans ce livre, poursuit Emmanuel Caulier, l’ancien ministre gabonais de la Justice «constate combien chacun de ces trois acteurs sont aujourd’hui imbriqués, sans, pourtant, être intégrés les unes dans les autres. Il constate l’avènement de leur inséparabilité. Il nous révèle que leurs antagonismes latents ne peuvent plus ignorer leurs incomplémentarités». En parcourant l’ouvrage, on s’aperçoit comme le relève enfin le préfacier que «l’auteur cherche ainsi à dégager une trinité, de façon, à ce qu’aucun de ces trois acteurs politiques et économiques ne se chassent les uns les autres».

Au final, Séraphin Moundounga offre une grille d’analyse nourrie par son expertise transversale Droit public (doctorat) / Droit privé (maîtrise Droit des affaires) et un master II Sécurité internationale et défense, ainsi que par son expérience parlementaire et gouvernementale au Gabon jusqu’à sa démission en 2016 pour défendre les Droits de l’Homme et la démocratie.

 
 

1 Commentaire

  1. Le reveil dit :

    Analyse commanditée par et pour l’UNION EUROPÉENNE. ..L’ESCLAVAGISME. ..APRÈS LE FCFA IL NOUS RESTERA LES PENSÉES EUROPÉENNES. ..

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW