Sur une prévision annuelle de 659 milliards de francs CFA, les dépenses sociales ont affiché à fin septembre 2019 un niveau global d’ordonnances émises (hors financements extérieurs) de 416,1 milliards de francs de CFA, soit un taux d’exécution de 63,1%, indique la direction générale du Budget et des Finances publiques.

Les dépenses sociales se chiffrent à 298,5 milliards de FCFA à fin septembre 2019. © D.R.

 

Les dépenses sociales chiffrées ont bénéficié d’une attention particulière dans la loi de finances 2019, avec 25% du budget de l’État. Au cours des trois premiers trimestres de l’année, le secteur social a enregistré un taux d’exécution de 63,1% par rapport à la prévision annuelle de 659 milliards de francs CFA.

Les ordonnancements effectués au titre des missions du secteur social, (dépenses de personnel, biens et services, transfert et investissement) se chiffrent à 298,5 milliards de francs de CFA sur une prévision de 496,5 milliards de francs CFA, soit un taux d’exécution de 60%. Elles se déclinent comme suite : Éducation nationale (136,7 milliards de FCFA pour 70% d’exécution) ; Enseignement supérieur (52,7 milliards de FCFA, 61%) ; Prévoyance sociale (32,9 milliards de FCFA pour 37%) ; Santé (68,1 milliards de FCFA, 60%) et Travail et Emploi (8 milliards de FCFA, 61%).

S’agissant des subventions et autres dépenses à caractère social relevant d’autres missions, le niveau des ordonnances se situent à 117,7 milliards francs CFA, soit un taux de 83% par rapport à la prévision de 141 milliards de francs CFA : CSS (20 milliards FCFA, pour un taux de 74%) ; pensions «part patronale» (28, 8 milliards de FCFA, 92%) ; prestations familiales (11, 81 milliards de FCFA, 72%) ; CNSS (9,15 milliards FCFA) ; CNAMGS (9,158 milliards FCFA, 82% ; Soutien aux prix des produits pétroliers «Sogara» (13,3 milliards de FCFA, 29%).

Les crédits alloués à cette mission intègrent également Sogatra et Transnat (22, 62 milliards de FCFA, soit 519% de taux d’exécution) ; les frais d’inhumation et transport (441, 8 millions de FCFA, 21%) et la scolarité des enfants de diplomate (2, 33 milliards de FCFA, 113%).

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW