Jean Eyeghe Ndong a renoué avec l’arène politique, le 26 janvier 2019, à travers une rencontre citoyenne au cours de laquelle il a indiqué que le Gabon est dans la crise, la honte et le déshonneur. L’ancien Premier ministre a appelé au sursaut patriotique pour sortir le pays de la crise.

Jean Eyeghe Ndong lors de sa conférence-débat, le 26 janvier 2019, à Libreville. © D.R.

 

Des membres de l’opposition assistant à la conférence-débat, le 26 janvier 2019, à Libreville. © D.R.

Premier ministre à la mort d’Omar Bongo, Jean Eyeghe Ndong, passé à l’opposition et désormais allié de Jean Ping dans le cadre de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR), a repris le terrain. Après quelques semaines d’absence due au décès de son épouse, le Sénateur de Nkembo est revenu sur la scène politique le 26 janvier, à travers une conférence-débat dite citoyenne.

Devant plusieurs centaines de personnes, l’élu du 2e arrondissement a invité le peuple gabonais à un sursaut patriotique, mais également à se joindre aux actions futures devant permettre un retour à «l’ordre constitutionnel» dans le pays. Car, il faut éviter que le pays ne continue «à sombrer dans la crise, la honte et le déshonneur», a-t-il soutenu.

En fustigeant ce qu’il a qualifié de multiples violations de la loi gabonaise par «les tenants du pouvoir», il estime que «les actes et comportements» de ces derniers «sont de nature à basculer le Gabon dans la violence». «La Gabon est en danger par la faute des compatriotes qui forment une caste avide de pouvoir», a-t-il dénoncé.

Jean Eyeghe Ndong a également accusé le blocage des institutions, en mettent en relief le cas de la Cour constitutionnelle qui, selon lui, continue d’être dirigée par une même personne depuis sa création. De même, il s’interroge sur la légitimité de la nouvelle Assemblée nationale avec des députés élus par un «collège électoral étriqué» et qui, pour lui, a participé au vote à hauteur de 15%. D’ailleurs, la mise en place du bureau de cette chambre du Parlement «effectué avec discrétion», «cache un malaise», note-t-il.

S’offusquant de l’absence prolongée d’Ali Bongo Ondimba, du flou artistique entretenu autour de son état de santé et sa capacité à assumer les charges présidentielles, Jean Eyeghe Ndong estime que «la situation actuelle du Gabon est inadmissible». Elle devrait en réalité conduire, selon lui, à l’annonce de la «vacance de pouvoir». Pour tendre vers cet horizon, l’ancien Premier ministre prévoit de nombreuses rencontres de sensibilisation à travers le pays dans les jours à venir, pour susciter et cristalliser le sursaut patriotique.

 
 

10 Commentaires

  1. Nkembo dit :

    Quand toi Eyegue Ndong était premier ministre, Mba Obame alias Amo n’assistait à aucun conseil interministériel car selon lui vous etiez le premier ministre de la honte
    Mr Eyegue Ndong vous avez une courte mémoire hein.

    • Où est le rapport? Pourquoi regarder le doigt, alors que c’est la lune qu’il faut regarder? Analysons le message et non la personne! Les Gabonais que nous sommes, nous devons maintenant être constructif pour notre bien; et surtout pour celui des générations futures. Il faut arrêter avec vos distractions à deux balles: le Gabon va mal, et y a pas besoin d’une thèse ou d’un projecteur pour le voir. LES ENFANTS DU GABON DOIVENT DISCUTER ENSEMBLE ET TROUVER DES SOLUTIONS ENSEMBLE POUR L’EPANOUISSEMENT ET LE BONHEUR DU GABON ETERNEL.

  2. Olsen dit :

    Du courage Mr EYEGHE NDONG nous gabonais epris de justice allons vous accompagner dans ce noble combat qui est celui de l’instaurtion de l’etat de droit. Dommage que ces gabonais qui se trouvent au sein de l’executif du parlement et des parties politiques de la majorite priviligient leurs interets egoistes au detriment de leur pays mais qu’ils sachent que le tribunal de l’histoire les attend tous.

  3. jackfame dit :

    Cette opposition” QUE JE NE COMPRENDS PLUS”

    Et pourtant tout avait bien commencé, et je ne comprends pas la peur qui règne dans les bancs des opposants, pour se faire respecter, mais bon sang. Je regrette décidément l’époque ou il y avait des opposants de vrai nom contre mon grand-père MBA, et aussi contre le Centrafricain mis au pouvoir par la France après l’assassinat du grand père par les colons.
    Les opposants d’aujourd’hui se disent pacifique. Mais si vous ne vous vous attendez une aide du ciel ou de Macron, vous allez attendre bien longtemps, car Mbouraso si c’est ainsi que vous l’appelez, ne va jamais s’arrêté, elle attend elle aussi mourir au poste que lui aurait laissé son ex-bourreau.
    Elle piétine et s’essuie dessus de la constitution comme elle le veut ; je ne pense pas que cette femme est juriste de profession et les recherche faite auprès des sois disant université ne disent pas le contraire, c’est exactement idem que les diplômes de monsieur feu Ali.., actuellement les « opposants » sont entrée dans un moratoire psychotique donc le peuple qui les soutiens ne sait plus comment faire …..
    MESSIEURS LES POLITICIENS ET LES VRAIS ENFANTS DE CE PAYS JE VOUS EN SUPPLIE REVEILLEZ-VOUS DE CETTE HYNOPTISE SITUATIONELLE … VOTRE PAYS FONCE VERS LA DERRIVE …
    REGARDER CE QUI SE PASSE AU VENEZUELA, ET POURTANT L’ARMEE SOUTIENT LE PRESIDENT ET ENCORE QUE LUI IL SE MONTRE ET SE BAT DEVANT LA POPULATION, CE QUI EST DIFFERENT CHEZ NOUS, VOUS ETES EN DROIT DE RECLAMMEZ LE RESPECT PUR ET SIMPLE DU DROIT DE CITE. L’ETAT DE DROIT.ET LE RESPECT STRICTEMENT DE LA CONSTITUTION GABONAISE CHER A NOUS TOUS

    ENFIN! BOUGEZ-VOUS LE PEUPLE A BESOIN DE VOUS

  4. METT dit :

    VOUS PARLEZ DE RISQUE DE VIOLENCE DEPUIS DES MOIS VOIR DES ANNEES, MAIS LE CAMPS ADVERSE UTILISE LA VIOLENCE TOUS LES JOURS SANS QUE QUICONQUES DISENT QUOI QUE SOIT, IL Y A EU DES MORTS, ET MÊME LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE QUI HABITUELLEMNT SE REVOLTE POUR CES FAITS, N’A PAS DIT GRAND CHOSE, CAR LA FRANCE CAUTIONNE CET ETAT DE FAIT POUR LEURS INTERETS, C’EST CE QUI SE DIT PAR SI ET LA..
    ALORS QUE FAIRE? JE NE VAIS PAS VOUS FAIRE UN DESSIN ICI ON SAIT TOUS COMMENT BOYCOTTER LES INTERETS OCCIDENTAUX DANS LE PAYS.
    LES AUTRES L’ONT FAIT DE FACON CIBLER.
    LES CHINOIS SAVENT TRES BIEN LE FAIRE AVEC LES AMERICAINS ET LES AUTRES PAYS QUI EN SAVENT LES GABONAIS AUSSI
    EVIDEMENT QUE LA SITUATION ACTUELLE EST INADMISSIBLE ET APRES AVOIR FAIT CE CONSTAT QUE MÊME LES REVEANTS SAVENT.. QUE FAIRE ?

    AUX ETATS UNIS IL Y AVAIT LE DOCTEUR LUTER KING QUI MILITAIT POUR LA PAIX ET AU FINAL ON CONNAIT LA SUITE ET HEUREUSEMENT QU’IL Y A EU AUSSI MALCOM X , QUI AVAIT AUSSI MONTRE CE QUE LA COMMUNAUTE ETAIT AUSSI CAPABLE DE FAIRE.. CELA AVAIT FAIT AVANCER LE PROCESSUS ACTUEL
    Demander tous les jours la vacance du pouvoir a Mbouraso, je dis bien tous les jours en un mois si on manifeste tous les jours pacifiquement comme vous voulez bien le faire,je crois qu’on y arrive en partant par les provences pour arrivée sur libreville..pacifiquement.
    c’est cela le sursaut Patriotique que moi je propose et je serai dans le cortege et je serai aussi au meeting tous les jours
    les reseaux socio servent a cela, les autres l’ont pourtant fait, et pourquoi pas nous et pire encore dans des pays ou l’armeé est plus puissante que la notre.

    What else

  5. MOIMEME dit :

    Mr Eyeghe Ndong,

    Vous les anciens pdgiste devenu oposants pensez surement que les choses allaient etre éternel lorsque vous soutenez le politique de repression de OMAR, il faut a un moment qui tu dises au gens de l’estuaire ou sont passé les 50 milliards des fetes tournantes toi qui etait le president de la commission.

  6. Premier dit :

    Vraiment….Honte a lui, ce sont eux qui ont fait assoire ce pouvoir…

  7. Premier de sa generation dit :

    Si toi EYEGHE NDONG tu pouvais savoir que tout ce qui arrivent aujourdhui vous d’une part comptable car cest vous qui avez rendu ce regime fort et puissant.Reconnaissez le SVP.

  8. IPANDY dit :

    Mes sincères condoléances monsieur le premier ministre!
    Cela dit,je pense que vous etes très mal placé pour avoir cette posture. Vous n’etes pas différents de ceux que vous indexé aujourd’hui. Je pense que si vous n’aviez pas amassez tout l’argent que vous avez aujourd’hui, aux temps vous étiez au PDG, vous ne serez pas opposant. En mettant votre fils maire à la place d’autre compétences du deuxième arrondissement de LBV cela prouve que vous n’etes pas différent.
    Les gabonais ne croient plus en des personnes comme vous.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW