Estimant qu’il s’agit d’un outil important dans l’exercice de leurs différents métiers au sein des ports du pays, avec l’appui de l’ambassade des États-Unis au Gabon, le Réseau des femmes maritimes et portuaires du Gabon (RFMPG) a lancé, vendredi, à l’American Corner, un programme de renforcement des capacités linguistiques. Adeline Adiahenot Abidi, coordinatrice générale du Réseau, explique à Gabonreview le bien-fondé de cette initiative.

Des membres du RFMPG, le 8 mars 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Adeline Adiahenot Abidi, coordinatrice générale du RFMPG. © Gabonreview

Gabonreview : Le RFMPG a lancé, le 8 mars, un programme de renforcement des capacités linguistiques. Ce n’est pas un hasard que d’avoir choisi cette date…

Adeline Adiahenot Abidi : Effectivement. Ce 8 mars à l’American Corner de Glass à Libreville, nous avons procédé au lancement du programme de renforcement des capacités linguistiques des membres du Réseau des femmes maritimes et portuaires du Gabon. Ce n’est pas du tout un hasard que de l’avoir fait en cette Journée internationale de la femme. L’idée était aussi de nous retrouver entre femmes pour donner une nouvelle impulsion à notre jeune organisation.

© Gabonreview

Pourquoi est-ce si important pour votre Réseau d’apprendre l’anglais ou d’en renforcer les capacités ?

L’anglais, c’est important. Au nombre de locuteurs, il s’agit ce la première langue dans le monde, en plus d’être la principale langue des affaires. L’objectif de ce programme de renforcement des capacités linguistiques est de nous permettre de répondre aux exigences du métier, notamment dans le domaine maritime et portuaire. Des connaissements à la gestion des transits, plusieurs documents que nous recevons sont en anglais. Pour nous, il était donc utile de rafraîchir les connaissances de certaines et de mettre au niveau celles qui arrivent dans le métier et qui n’ont pas forcément un bon niveau dans la langue de Shakespeare.

© Gabonreview

Comment parviendrez-vous à concilier les cours et vos obligations professionnelles ?

L’ambassade des États-Unis au Gabon a aménagé une plage horaire afin que nous puissions adapter nos cours à notre emploi du temps professionnel. Les cours se feront donc deux fois par semaine, de 17 à 19 heures, pendant un mois.

C’est l’occasion, si vous le permettez, de remercier l’Ambassade des États-Unis au Gabon grâce à qui ce programme a été rendu possible. Elle a gratuitement mis à notre disposition toute la logistique dont nous avons besoin pour nos cours. Nous remercions également la marraine de notre Réseau, Madame la Ministre Madeleine Berre, et Monsieur Landry-Régis Laccruche Lélabou, le directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), pour leur soutien multiforme.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW