Invitée à participer au festival Women, Wine & Words, du 24 au 26 octobre à Harare, au Zimbabwe, Bunny Claude Massassa ronge son frein. En manque de moyens et privée de soutien, la jeune artiste photographe risque de manquer ce rendez-vous.

Faute de moyens, Bunny Claude Massassa (à gauche) pourrait manquer le festival Women, Wine & Words, du 24 au 26 octobre 2019 à Harare (Zimbabwe). © Gabonreview

 

L’accompagnement des artistes au Gabon va de nouveau créer des vagues. Invitée à représenter le Gabon au festival Women, Wine & Words, du 24 au 26 octobre à Harare, au Zimbabwe, Bunny Claude Massassa pourrait manquer ce rendez-vous. La faute au manque de moyens et soutien.

«J’ai reçu l’invitation de l’organisation de cet évènement, j’ai rempli toutes les formalités. Malheureusement, je ne pourrai pas être à ce rendez-vous, faute de moyens», a regretté Bunny Claude Massassa, jointe au téléphone. Les regards se tournent vers le ministère de la Culture et celui des Affaires étrangères qui n’ont pas encore levé le petit doigt pour accompagner la jeune artiste multidisciplinaire.

«Si ces deux ministères peuvent m’aider avec le visa et le transport, je peux me débrouiller pour mon hébergement», a confié Bunny Claude Massassa. «Par ailleurs, toute aide serait la bienvenue. Mais le temps presse, l’évènement se déroule la semaine prochaine», a plaidé la jeune photographe.

Évènement panafricain qui réunira une cinquantaine de pays autour de la poésie et la musique, le festival Women, Wine & Words sera caractérisé par une pléthore d’activités. Il s’agit notamment de talks, ateliers, défilés de mode, projections de films, etc. L’organisation a également prévu des expositions où Bunny Claude Massassa, en compagnie d’une cinquantaine d’artistes féminins africains, devait s’exprimer.

Mêlant photographie, peinture et installation dans ses œuvres, l’artiste devait y présenter sa création «Lumière», qui retrace son parcours artistique et sa philosophie, tout en illustrant la culture gabonaise. Sans intervention des autorités ou de bonnes volontés, Bunny Claude Massassa manquera l’opportunité d’«illuminer» Harare.

 
 

2 Commentaires

  1. L'artiste dit :

    En tant normal dans un festival quand l’on t’invite , les organisateurs prenent en charge ton voyage (Transport, hébergement et restauration) … Si non ce n’est plus une invitation, ou alors un artiste contact un festival pour y participer, la, le festival t’offre sa plate forme et l’artiste se prend lui même en charge…

  2. diogene dit :

    Il faut choisir, artiste corrompue avec tous les avantages mais aucun talent ou artiste indépendante et talentueuse :là c’est débrouille toi toute seule.

    Le Bongoland et l’art ça fait deux…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW