A l’approche du 21 juin, date choisie pour la célébration de la Fête de la musique à travers le monde, un collectif d’acteurs culturels gabonais, dont Kevin Mintsa Mebale le promoteur de l’école de musique Awax Music School, prépare l’évènement qui donnera lieu à l’ouverture de la scène aux artistes de tous genres dans plusieurs quartiers de Libreville, y compris à l’intérieur du pays.

Kevin Mintsa Mebale, promoteur de l’école de musique Awax Music School : «Ce n’est pas au gouvernement d’organiser notre fête de la musique». © Ilemaproduction

 

Une des affiches de la célébration. © D.R.

«Chaque 21 juin, n’attendez rien de l’Etat ni de personne. Prenez deux baffles, mettez-vous au carrefour de votre quartier et faites ce que vous voulez.» Cette exhortation avait été faite par l’artiste et producteur Franck Ba’ponga, le 25 juin 2018, sur la plage du lycée Léon Mba à Libreville. Un an après, son invite a été entendue et un collectif d’acteurs culturels gabonais est à pied d’œuvre ces derniers jours pour la célébration de la 37e édition de la Fête de la musique. Cette année comme la précédente, le gouvernement n’a, en effet, annoncé aucune activité liée à cette célébration.

Pour Kevin Mintsa Mebale, promoteur de l’école de musique Awax Music School, l’inaction du ministère en charge de la Culture, bien plus qu’un handicap, est plutôt à prendre comme une opportunité pour les artistes et promoteurs de la culture gabonaise pour se démarquer et jouer pleinement leur rôle. «Si nous-mêmes artistes et acteurs culturels ne bougeons pas les lignes, ni l’Etat ni ses partenaires internationaux ne le feront à notre place, parce que ça nous concerne au premier chef. C’est notre fête. Nous avons compris que l’Etat n’est là que pour créer un cadre juridique approprié pour permettre aux artistes de se mouvoir», soutient le jeune entrepreneur déjà organisateur de l’édition précédente sur la plage du lycée Léon Mba.

Pour cette nouvelle édition, Kevin Mintsa Mebale qu’accompagnent d’autres acteurs culturels gabonais parmi lesquels Franck Ba’ponga, Chila One et des membres du mouvement des Agitateurs culturels, annonce une innovation : la Fête de la musique aura lieu dans plusieurs quartiers de Libreville et dans les communes environnantes. Dans d’autres villes, à l’instar de Mouila et Port-Gentil des jeunes s’activent également.

«Pour cette édition, précise-t-il, les choses vont se passer le plus simplement du monde pour permettre à tous les artistes de prendre part à la fête de façon tout à fait gratuite. Nous allons apporter des baffles, une table de mixage et les artistes viendront jouer sans protocole. Sur chaque site, une coordination sera mise en place en vue de recenser ceux qui voudront prester. Les festivités vont être lancées le vendredi 21 juin à 16 heures pour s’achever à 20 heures sur tous les sites retenus.»

Les sites retenus pour la célébration de la Fête de la musique à Libreville : Station des Trois quartiers (avec AFJ Production), Terrain de basket des Charbonnage, l’hôtel Re-Ndama (avec Urban FM), Ancien Diabolo à Louis (avec OSS PRO).

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW