La commémoration de la résurrection du Christ, cette année dans la cité pétrolière était marquée par les baptêmes des enfants et des adultes pour symboliser le mystère du Christ ressuscité. A la cathédrale Saint-Louis comme dans les paroisses des églises catholiques et du réveil, de même que dans les quartiers l’air était à la fête avec les différents réjouissances en l’honneur des communiés et baptisés.

Baptèsme de Pâques Port-Gentil

Tout comme pour la fête de Noël, à Pâque les chrétiens ruent à la paroisse pour célébrer un événement heureux : la résurrection de Jésus-Christ. Pour préparer spirituellement cet évènement,  à Port-Gentil comme ailleurs, les chrétiens vivent traditionnellement une période consacrée à la prière, au partage et à la pénitence.

A la cathédrale Saint-Louis de la capitale économique, la commémoration a commencé par la veillée Pascale, le samedi 7 avril dernier. Durant cette soirée, la communauté chrétienne catholique a accueilli 22 personnes ayant reçu leur baptême, 30 pour la première communion et 18 autres adultes qui ont renouvelé leurs sacrements suspendus pour des raisons diverses.

Dimanche, le tour est revenu à  43 enfants de  0 à 5 ans recevoir leur premier sacrement chrétien. Dans son prêche avant le rituel du baptême, l’évêque de Port-Gentil, monseigneur Mathieu Madega  Lebouakehan a insisté sur les notions  de résurrection et du baptême, indiquant qu’en ressuscitant le troisième jour suivant sa mort, qui est le jour de Pâques, Jésus témoigne de sa victoire sur la mort.

Abordant le sujet du  baptême, le chef spirituel des catholiques de Port-Gentil a indiqué que ce sacrement marque l’entrée de l’enfant ou de l’adulte dans la famille chrétienne tout en purifiant du péché originel. «Le baptême est l’hôpital du pêché originel. Combien des parents soucieux de l’avenir  ou de la  santé de leur enfant disent quand il sera grand il ira s’inscrive à l’école ou se soigner à l’hôpital de son choix ?» s’est interrogé l’évêque de Port-Gentil tentant de battre en brèche la théorie de la liberté de chacun concernant le baptême des enfants et le choix de la religion.

D’une manière générale, chrétiens ou pas, la fête de Pâque s’est poursuivie le lundi, non seulement dans les paroisses, mais aussi dans les différents quartiers où de nombreuses fêtes familiales étaient données à l’honneur des nouveaux baptisés et communiés. Chacun rejoignant qui un endroit où il était invité qui des parents qui avaient baptisé un ou plusieurs enfants. Pour les nombreux païens et athées, le long week-end de Pâque a permis d’aller soit en pique-nique, soit dans les bars et night-clubs. De nombreuses pâtisseries ont fait un beau chiffre d’affaires avec la vente des traditionnels œufs de Pâque offerts aux enfants à travers un jeu de chasse au trésor.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW