Sur les 6000 attendus, l’entreprise KT Corporation revendique la pose de 2000 kilomètres de fibre optique terrestre sur l’axe devant partir de Booué à la frontière nord du Gabon avec le Cameroun et la Guinée équatoriale.

Rigobert Ikamboyat Ndeka (extrême gauche)  sur le chantier de KT Corporation, le 12 juillet 2019. © Facebook/Moussa Nziengui

 

Quelques jours après son entretien avec le vice-président de KT Corporation (ancien KT Telecom), Rigobert Ikamboyat Ndeka a tenu à aller voir de lui-même l’avancée des travaux de pose de la fibre optique terrestre sur l’axe Booué-Bitam-Meyo-Kyé et Eboro. Sur le chantier de Lalara à Booué en passant par Koumameyong, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique a exprimé sa satisfaction pour le travail réalisé jusque-là. L’entreprise sud-coréenne a, en effet, déjà posé 2000 km de fibre optique sous terre et construit deux centres techniques.

Si le membre du gouvernement s’est autant montré satisfait, c’est que pour lui, il s’agit d’un des projets les plus importants du Gabon lancés ces dernières années, et qui cadrent avec les directives du président de la République visant «la transformation du Gabon». «La fibre optique, c’est le boulevard de l’information de demain. C’est au travers de cette infrastructure importante que toute l’information va circuler», est-il convaincu.

KT Corporation a officiellement acquis, en décembre 2017, le marché de l’extension de la phase 1 du Backbone national gabonais (BNG). L’opérateur coréen est chargé de construire une liaison fibre optique allant de Booué dans la province de l’Ogooué-Ivindo aux frontières nord du Gabon, réalisant ainsi la connexion Booué-Bitam-Meyo-Kyé et Eboro. Conformément au projet Central African Backbone (CAB4), l’objectif est d’interconnecter Libreville et Yaoundé (Cameroun) ainsi que Malabo (Guinée équatoriale).

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW