Le secrétaire général de la CEEAC, Louis Sylvain Ngoma, a été reçu le 15 février dernier par le ministre sortant des Affaires étrangères, Paul Toungui, en vue d’y faire ses adieux au Gabon.

Louis Sylvain Ngoma, à droite) entouré de son équipe.

Au terme de son mandat à la tête du secrétariat général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), Louis Sylvain Ngoma, secrétaire général de l’organisme sous régional, est allé remercier les autorités gabonaises par le biais du ministre sortant des Affaires étrangers et de la Coopération, Paul Toungui, pour le soutient multiforme apporté à l’institution.

«Je vais avec le sentiment que les fondations sont en places ainsi que la volonté politique», a déclaré le général Louis Sylvain Ngoma avant de poursuivre «La machine peut décoller et voler à tout moment, mais pour une institution qui avait disparu de la conscience du continent on peut affirmer qu’elle est entrain de renaitre. Les partenaires aujourd’hui contribuent pour 60% au budget annuel de notre institution, c’est quand même la marque de ce que les États accordent un minimum de crédit à cette institution».

Après 13 ans passés au Gabon à la tête du secrétariat de CEEAC, le général Louis Sylvain Ngoma cède les rênes de l’institution à son successeur d’origine tchadienne Nassour Gueleng Douksia, désigné à l’issue de la XVe session de la conférence des chefs d’Etat à Ndjamena au Tchad en janvier dernier.

Le prochain secrétaire général de l’institution, qui prendra les commande cette fin du mois en cour, aura à continuer la construction d’un siège pour abriter les activités de l’institution, poursuivre les reformes engagées, renforcer la gouvernance économique et raffermi l’intégration sous régionale

Créée en 1983, la CEEAC œuvre pour la promotion et le renforcement d’une coopération harmonieuse, un développement dynamique, équilibré et autoentretenu dans tous les domaines de l’activité économique et sociale, et l’intégration régionale de l’Afrique centrale. Elle intervient dans les domaines de la paix, la sécurité, et stabilité.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW