La région d’Afrique subsaharienne est le premier bénéficiaire du financement pour le climat en provenance de plus grandes banques multilatérales de développement (Mutlilateral Development Bank’s Climat Finance-MDBs) en 2018. Elle a capté 8,957 milliards de dollars sur 43,1 milliards de dollars. Cela représente 21% de l’ensemble des financements accordés en 2018.

L’Afrique subsaharienne a obtenu 8,957 milliards de dollars sur 43,1 milliards de dollars alloués par les MDBs, pour lutter contre le changement climatique en 2018. © D.R.

 

La huitième édition du rapport conjoint sur le financement du climat par les banques multilatérales de développement, publié le 20 juin 2019, classe la région d’Afrique subsaharienne en tête des bénéficiaires du financement pour le climat en 2018. Cette région a capté 8,957 milliards de dollars sur 43,1 milliards de dollars, suivi de l’Amérique latine et des Caraïbes pour 8,770 milliards de dollars.

Selon ce rapport, sur les 8,957 milliards de dollars, 56% des financements sont dédiés à l’atténuation ($5,064 milliards) et 43,5% à l’adaptation ($3,893 milliards). En termes d’économie en 2018, le premier bénéficiaire dans la région est le Nigeria avec 1 155 millions de dollars, soit près de 50% du financement pour le climat octroyé, suivi de la Côte d’Ivoire (346 millions de dollars) et le Sénégal (272 millions de dollars). Le Gabon n’a obtenu que 95 millions de dollars.

Selon le rapport, les engagements en matière de financement climatique ont atteint un autre sommet. En 2018, le financement total pour le climat provenant de ces banques a atteint un record de 43,1 milliards de dollars. Cela représente une augmentation de plus de 22% par rapport à l’année précédente, où le financement de la lutte contre le changement climatique s’élevait à 35,2 milliards de dollars. Cela représente également une augmentation de 60% depuis l’adoption de l’accord de Paris, en réponse au défi de plus en plus pressant du changement climatique, qui touche de manière disproportionnée les plus pauvres et les plus vulnérables. Au cours de l’année 2018, 30,2 milliards de dollars, soit 70% du financement total, ont été consacrés aux investissements visant à atténuer les effets du changement climatique dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de ralentir le réchauffement de la planète.

Le rapport sur le financement climatique des banques de développement multilatérales combine des données de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque asiatique de développement (BAD), de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), ainsi que celles de la Banque européenne d’investissement (BEI), le Groupe de la Banque interaméricaine de développement (IDBG) et le Groupe de la Banque mondiale (GBM). Ces banques représentent la grande majorité des financements multilatéraux pour le développement dans le monde.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW