La campagne «Touche pas à ma terre !» a été lancée sur les réseaux sociaux. Cette initiative citoyenne s’inscrit contre l’«accaparement» des terres entrevu dans la cession des titres fonciers de l’État à la Caisse de Caisse des dépôts et consignations (CDC).

La campagne «Touche pas à ma terre !» a été lancée pour dénoncer l’«accaparement» supposé des terres au Gabon.. © Gabonreview/Shutterstock

 

Le logo de la campagne citoyenne «Touche pas à ma terre !». © Facebook

La cession des titres fonciers de l’État à la Caisse de Caisse des dépôts et consignations (CDC) crée actuellement des vagues sur les réseaux sociaux, où vient d’être lancée la campagne citoyenne «Touche pas à ma terre !».

«Pour empêcher que demain, à mon réveil, je sois expulsé de ma terre ancestrale de Ngouh vendue, comme en Amazonie Brésilienne, à des multinationales américaines, européennes ou asiatiques, à cause du décret qui cède les titres fonciers de l’État à la CDC en vue de lever des fonds sur les marchés financiers, mais qui cache en réalité un vaste plan de spoliation foncière, j’adhère à la campagne», peut-on lire dans le message appelant à l’adhésion à cette initiative.

À l’issue du Conseil des ministres du 3 octobre, le gouvernement a entériné le projet de décret portant transfert, à titre gracieux, de l’ensemble des titres fonciers appartenant à l’État à la CDC, à l’exception de ceux affectés à l’usage des services publics de l’État, des collectivités locales et des forces de défense et de sécurité. Cette décision, affirme le gouvernement, permettra à cet établissement public de lever des fonds sur le marché pour le compte de l’État, en vue du financement des projets de développement.

Une décision très décriée au sein de l’opinion, certains y voyant une stratégie maquillée pour un meilleur accaparement des terres de l’État pour satisfaire des intérêts personnels et égoïstes. D’où la campagne «Touche pas à ma terre !», dont certains adeptes ont même exhumé l’article 114 de la Constitution en son alinéa 3 : «Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de Territoire n’est valable sans consultation préalable du peuple gabonais par voie de référendum».

En tout cas, la campagne fait son chemin sur Facebook et Whatsapp, notamment, où les photos de profil de certains utilisateurs affichent déjà le logo de la campagne. C’est le cas l’activiste Marc Ona. «Nous devons à ce stade en attendant d’autres actions d’envergure, montrer à ces pillards de la République que les terres de nos ancêtres ne sont pas à vendre. Si vous adhérez à la campagne de refus des manœuvres du pouvoir pour l’accaparement de nos terres, mettez ce logo comme profil. Moi j’adhère», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

 
 

3 Commentaires

  1. Solange Bizeau dit :

    Je conteste le décision du gouvernement illégitime du 3 octobre 2019 concernant la vente des titres fonciers de mon pays dans les marchés financiers du monde car le Gabon n est pas vendre. Je suis née Libre et je me battrais pour mourir libre dans la terre laissées par mes ancêtres. Lee wite ne touche pas à terre .

  2. Nous voyons bien là que le coup d’aide des 150 millions d’€ ( euros ) de la Norvège est du “bleuff”! Une compagnie de pétrole Norvégienne vient de trouver Un Très Gros gisement de pétrole à Gamba, soit 40 millions et plus de baril; en multipliant par 50$ le baril, nous avons de nombreux MILLIARDS d’€, Svp, contre SEULEMENT 150 millions d’€ ( Euros ).Ceci est VRAIMENT une très grosse arnaque), là !

    Brice Fargeon dit Laccruche Alihanga continue de Faire du grand désordre avec Sylvia Valentin, Mborantsuo et ce ” 1er ministre nommé nuitamment, Julien Nkoghé Békalé ” et son ministre blanc Lee White ( gros menteur après avoir empoissonné le fleuve ogooué où de nombreux poissons ont été trouvés morts ).

    Tout ce monde doit DÉMISSIONNER ! Ceci est un parjure, un Gros mensonge au peuple Gabonais. Le Sénat et la fausse assemblée nationale de Boukoubi et l’ensemble de ses faux députés se rendent complice de la descente aux enfers du pays. Le Gabon n’est NULLEMENT leur propriété privé. Et, cette vente de terre : titre foncier, c’est pour s’accaparer des terres du Gabon. Mboumbou Miyakou, tu te rends aussi complice en adoubant ce français blanc. Mayumba n’est pas Seulement ta terre, mais celle de l’ensemble des Gabonais et Gabonaises.

    Le rôle du parlement est de VRAIMENT contrôler l’action du Gouvernement. Où êtes-vous, Milébou et Sénateurs ? Boukoubi étant un acheté ! Ça devient insupportable vos comportements de mafieux !!! La population n’a plus d’emplois et vous vous mettez à jouer avec le Gros des ressources du Gabon.

    DÉMISSIONNEZ !!! À COMMENCER PAR Lee White le menteur blanc britannique. Aux États-Unis, c’est poursuivable !! Et, ça vaut bien la haute trahison. La prison vous tend les bras. Vous êtes débusqués !!!

  3. Même Théodorine se fout du Gabon, de la GR, de l’armée qui laisse l’imposture se faire sans agir. Vous dégoûtez Tout le monde avec aussi le langage primaire de ce pseudo directeur de cabinet: ” qui boude, bouge; il veut être le ndoss; ce que les chiens a vu à Nzeng Ayong “. Trop de fautes en exprimant en public. Pathétique !!! Et, ces ” opposants qui se manifestent “en opposants en papiers” par leur attitude attentiste devant un gamin de directeur de cabinet, qui continue à gesticuler “, voilà que le pays est très très en danger. À qui la perte ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW