Mal embarqué en championnat avec Cardiff (D1 anglaise) qui frôle la relégation, Bruno Ecuele Manga pourrait changer d’air la saison prochaine. Le défenseur songe à Bordeaux (D1 française), son club formateur, qu’il a quitté en 2008 pour trouver du temps de jeu.

Ecuele Manga pourrait rebondir à Bordeaux la saison prochaine. © D.R.

 

Formé à Bordeaux (D1 française) où il n’a jamais percé avant de rejoindre Angers (D1 française) puis le FC Lorient (D2 française), Ecuele Manga ne serait pas contre l’idée d’un retour chez Girondins, qui a reçu la candidature du Gabonais. Le défenseur n’avait pas été conservé en 2008 par l’ancien coach Laurent Blanc.

«Il y avait eu une rumeur à l’époque oui, c’était quand j’étais à Lorient. Mais il n’y a jamais eu de contacts», a confié Bruno Ecuele Manga à girondins4ever.com. Reste à savoir si Bordeaux se focalisera sur des jeunes prometteurs ou s’il cherchera également des profils expérimentés comme celui du Gabonais. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de lancer un appel de pied à son club formateur.

«Franchement, ce serait très difficile de dire non à Bordeaux. C’est un club qui m’a fait connaître beaucoup de choses, qui m’a donné beaucoup aussi. Non seulement sur le plan sportif, mais humainement aussi», a affirmé le joueur de 30 ans. Pour l’heure, il reste cependant concentré sur la fin de saison avec Cardiff (D1 anglaise), actuellement dans la zone de relégation.

«J’ai une année en option avec la montée. Donc en fin de saison, il me restera un an de contrat. Je ne sais pas… Pour moi, vraiment, sans langue de bois, le plus important ce sont les deux matchs qu’il reste», a affirmé Bruno Ecuele Manga.

Arrivé à Cardiff en 2014, alors en 2e division, le joueur et son club ont été promus en Premier League en 2018. Sans faire de bruit, Bruno Ecuele Manga réalise une saison 2018-2019 très honnête avec Cardiff City. Apparu à 38 reprises toutes compétitions confondues cette saison, le défenseur figure parmi les titulaires indéboulonnables des Bluebirds, avec lesquels il est sous contrat jusqu’en 2020.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW