Denis Bouanga s’est montré très dur envers lui-même et son club, qui réalise un début de saison très moyen. Conscient de son faible rendement, l’international gabonais souhaite de rectifier le tir pour lancer sa saison avec Saint-Étienne (D1 française).

Denis Bouanga. © ASSE

 

Recrue phare de Saint-Étienne (D1 française) cette saison, Denis Bouanga n’est pas satisfait de son début de saison. À l’image de son club, l’international gabonais est loin des espoirs placés en lui.

«Je n’ai pas aimé mon premier match à Dijon où j’étais en dedans. Après, contre Brest (1-1), j’ai marqué. C’était important, on était mené. Je voulais me racheter après Dijon et j’avais raté une grosse occasion. Mais à la fin du match, j’étais mitigé vu qu’on n’avait pas gagné. Derrière, il y a eu les défaites à Lille (3-0) puis à Marseille où j’ai débuté sur le banc. Je pense avoir fait une entrée correcte, mais j’étais forcément déçu d’avoir perdu. Marseille m’avait bien réussi ces dernières saisons. Mais bon, globalement, on va dire que c’est mitigé», a commenté Denis Bouanga à But.

Auteur d’une belle saison avec Nîmes (38 matchs, huit buts, cinq passes décisives), l’ailier polyvalent a rejoint Saint-Étienne en juillet. Le joueur de 24 ans croyait être passé dans un club qui flamberait en ce début de saison, vu le recrutement actif des Stéphanois cet été. Mais la réalité est tout autre. Saint-Étienne n’enregistre qu’une victoire après quatre journées de championnat.

Toutefois, Denis Bouanga et ses coéquipiers sont loin d’avoir abdiqué. Un sursaut que les joueurs entendent entamer face à Toulouse (D1 française), le 15 septembre, lors de la 5e journée de championnat. «On est conscient qu’il faut gagner ce match. On en a besoin pour remonter au classement, mais on ne doute pas. On sait qu’on est capables de battre pas mal d’équipes. Il y a eu pas mal de recrues, une dizaine, donc il faut trouver les automatismes. Ça va venir, ça ne se fait pas du jour au lendemain», a estimé le Gabonais. Toulouse est prévenu.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW