Le ministre de la Forêt est en train de dresser le bilan de la mise en exploitation de la foresterie communautaire. Une initiative visant à mettre fin aux dérives constatées au sein des forêts communautaires, certaines étant utilisées à d’autres fins comme la coupe du bois.

Lee White, patron des Eaux et Forêt, entend regarder de près la gestion des forêts communautaires. © Gabonreview

 

Interpellé par des informations selon lesquelles les forêts communautaires sont utilisées pour la coupe du bois, notamment, le ministre des Forêts veut mettre fin à ces dérives. Dans un courrier adressé aux responsables des entités juridiques de gestion des forêts communautaires, le 19 septembre, Lee White a annoncé l’élaboration en cours d’un bilan de mise en exploitation de la foresterie communautaire.

«Ce travail, qui se poursuivra jusqu’en décembre 2019, implique des visites des agents des Eaux et Forêts sur le terrain», a indiqué Lee White. Selon le Code forestier, la forêt communautaire est une portion du domaine forestier rural affecté à une communauté villageoise en vue de mener des activités ou d’entreprendre des processus dynamiques pour une gestion durable des ressources, à partir d’un plan de gestion simplifié.

En d’autres termes, la foresterie communautaire se focalise sur les communautés locales, comme acteur principal assurant la pérennité de la gestion forestière. Par ailleurs, depuis son arrivée à la tête du ministère de la Forêt, Lee White est surpris de constater que la création des forêts communautaires n’est pas toujours l’initiative des communautés elles-mêmes.

«Et, ces forêts sont parfois accaparées par quelques membres des bureaux des associations et des fermiers», a regretté le ministre des Forêts, rappelant que «la forêt communautaire n’est pas un titre de coupe de bois, tel que nous le constatons aujourd’hui». D’où un bilan de mise en exploitation de la foresterie communautaire. Au-delà des visites de terrain des agents des Eaux et Forêts, l’opération en cours donnera lieu à «un examen au cas par cas des dossiers d’attribution des conventions provisoires et définitives de gestion des forêts communautaires».

En 2017, 40 forêts communautaires bénéficiaient de conventions d’attribution, dont 16 définitives. Le tout pour une superficie de près de 167 000 hectares dans cinq provinces.

 
 

1 Commentaire

  1. Le visionnaire dit :

    Ce qui est surprenant dans cette affaire c est l éternel deux poids deux mesures qui caractérise ce Ministère. Dans ce cas il faut faire le bilan sur les permis et leur situation d aménagement. On s attaque toujours à la partie la plus faible dans ce pays.
    Regarder aussi comment c est fait l attribution de tous ces permis depuis 2011.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW