La deuxième édition du Master régional gestion intégrée des environnements littoraux et marins (GIELM) démarre le 12 février à Libreville. Elle réunira les acteurs socioprofessionnels du secteur, afin de faire émerger des collaborations entre universités et acteurs socio-économiques dans le domaine de la préservation de la biodiversité.

© auf.org

 

Comment concilier préservation des écosystèmes marins et côtiers et croissance urbaine ? Une question à laquelle tente de répondre le forum formation-emploi du Master régional gestion intégrée des environnements littoraux et marins (GIELM), dont la deuxième édition démarre le 12 février à Libreville.

Cette formation est portée par l’Université Omar Bongo (UOB), l’Université des sciences et techniques de Masuku (UOB), l’Université de Yaoundé I et l’Université de Douala. Elle ambitionne de former une génération de scientifiques et d’experts de haut niveau sur les questions clés de l’aménagement, de la conservation, de l’évaluation et de la recherche et développement dans ce domaine.

Le programme est destiné aux étudiants titulaires d’une licence en mathématiques, physique, chimie, géosciences, biologie, biochimie, géographie, droit ou autre diplôme équivalent. La durée de formation est de deux ans. Elle sera assurée par les experts. Cette deuxième édition sera axée sur les perspectives de partenariats durables entre acteurs académiques et non-académiques.

Le GIELM s’inscrit dans le cadre général du Programme d’appui aux Masters en Afrique de l’ouest et centrale (PAM-AOC). C’est une initiative de l’Institut de Recherche pour le développement (IRD) en collaboration avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). La Communauté économique des États de l’Afrique centrale(CEEAC) en fait également partie.

La première édition a fait émerger des collaborations fructueuses entre les universités et les acteurs socio-économiques, dont les ports autonomes et les communautés urbaines de Douala et de Kribi, l’ONG Cameroon Wildlife Conservation Society (CWCS), la Zoological Society of London (ZSL), l’Agence nationale des Parcs Nationaux du Gabon (ANPN), le Réseau des aires protégées d’Afrique centrale, (Rapac), etc.

 
 

1 Commentaire

  1. Ilema Dambessa valiente dit :

    Bonjour, je m’appelle Valiente etudiante en Master 2 Géosciences et Environnement et j’aimerais savoir si au sein de votre organisme c’est possible d’obtenir un stage. je suis titulaire d’un diplome en Master 2. Merci
    Cordialités

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW