Le ministre de l’Économie, Jean-Marie Ogandaga, et celui de l’Habitat, Léon Armel Bounda Balonzi, ont pris part, le 16 janvier, à Libreville, à une réunion présidée par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, consacrée à la fusion/absorption entre la Société nationale immobilière (SNI) et la Société nationale du logement social (SNLS).

Les ministres de l’Économie, Jean-Marie Ogandaga, et de l’Habitat, Léon Armel Bounda Balonzi, ainsi que leurs délégués devisant avec le Premier ministre, le 16 janvier 2020, à Libreville. © Facebook / GabonPrimature

 

Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a échangé, le 16 janvier, à Libreville, avec le ministre de l’Habitat, Léon Armel Bounda Balonzi, et le ministre de l’Économie, Jean-Marie Ogandaga, pour discuter de la fusion/absorption entre la Société nationale immobilière et la Société nationale du logement social. La décision de la fusion des deux entités fut prise lors du Conseil des ministres du 16 novembre 2018.

La rencontre avec le chef du gouvernement fait suite aux différentes séances de travail qui ont eu lieu respectivement lors des assemblées générales extraordinaires de la SNLS et de la SNI, les 13 et 14 décembre 2019. Des sessions ayant comme principal ordre du jour l’officialisation de cette fusion-absorption. Elles ont marqué un tournant décisif à cette mesure gouvernementale pour déboucher sur la dissolution anticipée sans liquidation de la société absorbée d’une part, et la fin des mandats des administrateurs et commissaires aux comptes titulaires et suppléants d’autre part.

C’est pour faire le point de ces travaux que les membres du gouvernement, accompagné des responsables de la SNI, dont le directeur général, Hermann Kamonomono, sont venus présenter au chef du gouvernement le travail réalisé pour la matérialisation de cette décision.

«Avec la fusion/absorption entre la SNI et la SNLS, l’avenir est plus prometteur du fait de l’accroissement de notre patrimoine. On peut dire que les effets sont plus positifs que négatifs», a déclaré Hermann Kamonomono. Avec ce processus de fusion/absorption, la politique de l’État en matière de logement social sera désormais portée par un seul opérateur, la Société nationale immobilière. «Cela devrait permettre à terme une meilleure efficacité dans la mise en œuvre de cette politique et une mutualisation des moyens, afin d’optimiser tout le processus qui devrait permettre à nos concitoyens d’accéder, quel que soit leur niveau de revenu à une propriété», a-t-il indiqué.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW