Si l’activité d’intermédiation des Etablissements de microfinance (EMF) a enregistré certaines embellies en 2018, certaines déceptions entachent toutefois ces performances. À l’instar de ce que Libreville cristallise toujours les ¾ des agences des EMF du pays ou encore de ce qu’en dépit d’une concurrence acerbe, les taux d’intérêts sont les mêmes qu’en 2017.

Les EMF du Gabon ont enregistré les résultats mitigés au courant de l’exercice 2018. © Gabonreview/Shutterstock

 

2018 a été une année assez étrange pour les Etablissements de microfinance (EMF), avec des résultats pour le moins curieux. Comme en 2017, l’offre de services financiers de proximité est assurée par 14 EMF dont cinq coopératives d’épargne-crédit et neuf sociétés anonymes. Cette répartition consacre toujours, le contrôle du secteur par les sociétés anonymes, qui collectent l’épargne et accordent des crédits aux tiers.

Parmi les satisfactions dans l’activité d’intermédiation des EMF, on note que le secteur s’est enrichi de deux nouvelles agences, passant à 69 en 2018 contre 67 en 2017. «Toutefois, les activités sont majoritairement concentrées à Libreville avec 48 agences», souligne la direction générale de l’Economie dans sa note de conjoncture.

Dans tous les cas, les EMF se sont frottés les mains avec l’augmentation des clients ayant recours à leurs services. Leur nombre est passé de 165 778 en 2017 à 194 196 l’année d’après. Soit une hausse de 17%. Ce surplus provient à 92% de Finam, Loxia, Epargne du Gabon (EDG) et Express-Union. Cette progression n’a cependant pas été la même au niveau des effectifs globaux des EMF, avec une quasi-stabilité (0,83%). Soit 602 usagers en 2018 contre 597 un an plus tôt.

Autre motif de satisfaction en 2018, les fonds propres des EMF qui se sont établis à 5,6 milliards de francs CFA contre 4,5 milliards en 2017. Soit une hausse de 24%, suite à «l’augmentation du capital de certains EMF de deuxième catégorie». L’encours des dépôts, quant à lui, s’est élevé à 60,43 milliards de francs CFA, en hausse de 74,30% par rapport à décembre 2017, grâce à «l’établissement du nouveau climat de confiance entre la clientèle et les EMF».

Par ailleurs, les crédits distribués se sont appréciés de 54,30%, suite aux «nouveaux engagements contractés par les ménages». Toutefois, la structure des taux d’intérêts est restée identique par rapport à ce qu’elle était en décembre 2017, malgré une concurrence vive. Ils oscillent entre 1,5% et 7% par mois pour les intérêts débiteurs (14% l’an pour les fonctionnaires) et entre 4 et 7% par an pour les intérêts créditeurs.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW