La Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC) a procédé, le week-end écoulé, à la destruction de plus de 7 tonnes de produits pharmaceutiques à Libreville. Cette initiative entre dans le cadre de l’Opération «Mpili», lancée en octobre 2019, pour lutter contre l’introduction et la commercialisation de produits  pharmaceutiques contrefaits et impropres à la consommation.

Vue des produits pharmaceutiques contrefaits destinés à la destruction à la décharge de Mindoubé. © D.R.

 

Des bulldozers détruisant des produits contrefaits. © D.R.

L’Opération «Mpili» poursuit la traque de produits pharmaceutiques contrefaits et des dispositifs médicaux vendus hors du circuit d’approvisionnement réglementaire. Plus de 7 tonnes de faux médicaments ont été détruits le week-end écoulé. Depuis plusieurs mois, en effet, des enquêtes sont menées pour débusquer tous ceux qui sont impliqués dans le circuit frauduleux d’approvisionnement et de vente de produits pharmaceutiques contrefaits.

Ces enquêtes ont permis d’identifier et de retirer sur le marché plusieurs types de produits contrefaits. On y trouve des sirops, des comprimés effervescents de tout type, des seringues, des biberons, des anti-inflammatoires, des antipaludéens, etc. Des produits cosmétiques ont été également saisis : crèmes de beauté, crèmes éclaircissantes, savonnettes, gels, produits de gommage, etc.

Les responsables de ces opérations assurent que ces produits sont potentiellement nocifs et dangereux pour la santé des consommateurs. La destruction de ces produits s’est déroulée en présence des représentants du parquet de Libreville. L’opération «Mpili» est conduite par la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC), en collaboration avec la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) et du Bureau central national d’Interpol.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW