Le 11 août, lors de la journée dédiée à la province de la Ngounié dans le cadre du festival «Gabon 9 provinces» le Groupe international Gnima-na-Kombwe a livré une prestation «mystique» qui est apparue pour les non-initiés comme de la magie, voire de la sorcellerie.

Paya Mbuti en plein rite. © Gabonreview

 

Un miroir cassé puis reconstitué à la vue de plusieurs dizaines de curieux, un fil introduit dans la bouche d’un des danseurs qui ressort par les narines, un exemplaire du journal L’Union qui retient de l’eau sans se mouiller… ce dimanche 11 août, le spectacle n’était pas absent sur le boulevard Jean Paul II à Libreville. Comptant parmi les ambassadeurs de la province de la Ngounié, le Groupe international Gnima-na-Kombwe a livré une prestation plutôt originale. Pourtant, Léwis Mouanga dit Paya Mbuti, assure que ces différentes «bizarreries» sont tout ce qu’il y a de plus habituel dans le rite Bwiti-Dissumba chez les Tsogo.

«Ce que nous faisons ne peut pas se faire sans la volonté de Dieu. Ce n’est donc ni de la magie ni des faits sataniques comme certains le pensent, c’est simplement spirituel», explique le directeur technique du groupe, qui regrette tout de même de n’avoir pas réussi à faire pousser une bouture de bananier en 20 minutes comme promis au public. Pour Léwis Mouanga, plusieurs facteurs sont entrés en jeu. Mais il l’assure, son groupe et lui-même sont capables de beaucoup plus. Qu’à cela ne tienne, une partie de leur talent a été visible et fortement apprécié au cours de cette 3e édition du festival «Gabon 9 provinces». Comme le prouvent les images ci-après :

 

Le danseur au fil. © Gabonreview

 

© Gabonreview

 

Le miroir cassé puis reconstitué. © Gabonreview

 

D’autres ambassadeurs de la culture du “G4″…

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 

© Gabonreview

 
 

2 Commentaires

  1. Michel Bouka Rabenkogo dit :

    BWETE. /

  2. Boucka BOUCKA dit :

    A QUOI SERT GABON 9 PROVINCES SI CE N EST QUE DIVERTIR LES LIBREVILLOIS? QUANT ON FAIT DEPUIS QUE CETTE MANIFESTATION EXISTE? CETTE MANIFESTATION A T ELLE VRAIMENT INITIE LE DEVELOPPEMENT DE NOTRE SI RICHE CULTURE QUAND ON VOIT LES IMAGES CI DESSUS? LA CULTURE AU GABON EST UNE VARIABLE D AJUSTEMENT D AILLEURS BILIE BI NZE LE DISAIT EN DEBUT D ANNEE QUE LE PAYS N A PAS ENCORE PRIS LA MESURE DE L IMPACT DE LA CULTURE DANS LE DEVELOPPEMENT D UN PAYS PUISQU IL N Y AVAIT PAS DE BUDGET SUFFISANT LES ARTISTES VIVENT ILS DE CES MANIFESTATIONS NON PLUS PUISQUE DEPUIS L ARRIVEE D ALI BONGO AUCUNE SALLE DE SPECTACLE N A ETE CONSTRUITE CONTRAIREMENT A SES PROMESSES DE 2009 C EST A DIRE EN 10 ANS ET CE N EST PAS POUR DEMAIN!!!!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW