C’est à travers un tweet posté, le 2 juin, que le ministre de la Culture a annoncé que le festival Gabon 9 provinces aura lieu dans un peu plus de 60 jours. Soit, au courant du mois d’août prochain. L’évènement, devenu une compétition culturelle, est fortement attendu à Libreville. 

Le Musée national devrait accueillir des activités du festival “Gabon 9 provinces”, en août prochain. © Twitter/Bilie-By-Nze

 

À défaut d’un calendrier clairement définit pour la 3e édition du Gabon 9 provinces, les férus de la culture gabonaise peuvent avoir le cœur net. À travers un post sur son compte Twitter le 2 juin, le ministre de la Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze a glissé que le Gabon 9 provinces aura lieu en août prochain. «Dans un peu plus de 60 jours, le Gabon tout entier vibrera au rythme des cultures et des identités de ses provinces dans le cadre du festival Gabon 9 princes», a-t-il tweeté.

Voilà qui pourrait dissiper les doutes sur une éventuelle non-tenue de ce rendez-vous pris depuis 3 ans, faute de financement. Ceci, d’autant plus que, en fin avril dernier, Alain-Claude Bilie-By-Nze faisait part de son incapacité à tenir cette année le calendrier des événements culturels «s’il n’y a pas 1 franc qui est mis par l’État». Ce manque de financement a d’ailleurs fait en sorte que le lancement de la fête des cultures «prévu pour fin mai» n’ait pas lieu. Le pari pris pour cet événement était d’aborder la question de la place des langues locales dans la gestion de la cité, mais rien n’a été fait. Si le ministre ne s’est pas exprimé sur la célébration ou non cette année de cette fête qui permet de célébrer les identités culturelles du Gabon, il reste que ces identités seront tout de même célébrées avec le Gabon 9 provinces même si les objectifs ne sont pas les mêmes.

«Gabon 9 provinces, c’est l’identité de chacune des provinces qui s’exprime en un lieu donné au sein de la capitale du pays», avait déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nze définissant le concept. En août, les principaux acteurs devront donc «montrer ce que nous sommes et comment nous en sommes fiers». Cette année, avec le Gabon 9 provinces, avait-il laissé entendre, chacune des provinces du Gabon devrait faire connaître les identités ethniques qui la composent. «Lorsqu’il s’agit d’une province qui a une seule ethnie, on ira au-delà de l’ethnie pour chercher au niveau des tribus, des clans, etc. jusqu’à demander l’arbre généalogique des uns et des autres», avait-il expliqué. L’idée, combler le besoin d’enracinement culturel au Gabon. «Il est important d’indiquer que dans chaque région du Gabon, il existe des rites et des traditions qu’il faut préserver. Par le phénomène de la mondialisation, nous avons tendance à oublier nos savoir-faire», avait-il à juste titre, estimé.

Pour Bilie-By-Nze, «valoriser nos cultures est une mission essentielle à laquelle chacun de nous doit s’atteler malgré les difficultés conjoncturelles qui peuvent encombrer notre quotidien». Sous le thème «à la découverte du patrimoine culturel immatériel et matériel des neuf provinces du Gabon», la deuxième édition présentée comme celle de «la confirmation» l’année dernière, a glané du monde avec à la clé, les 720 participations d’artistes et opérateurs économiques. Pour cette année, d’aucuns s’attendent à autant d’engouement.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW