Toujours en convalescence à Libreville, le président de la République devrait se rendre dans la capitale de l’Angleterre et du Royaume-Uni pour y suivre un nouveau contrôle médical, sept mois après son AVC.

Deux mois après son retour de Rabat, Ali Bongo pourrait effectuer prochainement un second voyage à Londres pour y faire un contrôle médical. © Communication présidentielle

 

L’ayant rencontré à l’instar de ses homologues du Togo et de la Côte d’Ivoire, Macky Sall a déclaré à la presse, le 26 mai à Libreville, avoir échangé avec un Ali Bongo qui, selon lui, est en passe de «recouvrer ses capacités». Le président sénégalais ne s’en est pourtant pas caché, «tout le monde sait que le président [gabonais] a eu un choc» sept mois plus tôt à Riyad en Arabie saoudite. Depuis, après un passage par Rabat au Maroc et un retour dit «définitif» dans son pays en mars dernier, le leadeur gabonais est en convalescence à Libreville. Il pourrait toutefois à nouveau voyager dans quelques jours. Destination : Londres, à en croire certaines indiscrétions.

Selon Jeune Afrique, Ali Bongo «devrait de nouveau brièvement séjourner [dans la capitale de l’Angleterre et du Royaume-Uni] avant de revenir à Libreville». L’hebdomadaire réputé proche du palais du bord de mer pour lequel il est censé faire de la communication d’influence ne donne pas les raisons de ce nouveau voyage à Londres. L’on se doute toutefois que le président de la République y aille pour un nouveau contrôle médical, sept mois après son AVC. D’autant qu’«une séquence marathon» l’attend dans la capitale gabonaise en juin et juillet.

Au nombre des activités qui nécessitent qu’il soit au mieux de sa forme physique et mentale, il est question d’un nouveau Conseil des ministres à l’issue duquel un remaniement ministériel est attendu, la prononciation d’un discours à la nation et la rentrée solennelle de la Cour constitutionnelle qu’il tient lui-même à présider entre juin et juillet prochain.

S’il est avéré, ce voyage d’Ali Bongo à Londres sera le second depuis son retour de Rabat, il y a deux mois. En avril dernier, le président gabonais s’y était déjà rendu pour suivre des soins suite à une nouvelle fatigue, avaient laissé entendre des «proches» du palais présidentiel.

 
 

5 Commentaires

  1. JAMES DE MAKOKOU dit :

    Ce voyage est aussi une façon deguisé de lui faire eviter l’arrivée des invités aux funerailles du centre africain de pere adoptif.

    Lacruche etant au commande vu que la tour de pizza l’a bien mis en place donc pour le moment tout le monde veut le rencontrer pour ceux qui veulent le pouvoir et se remplir les poches. c’est l’homme fort du bord de mer en ce moment
    ET EN ATTENDANT LES VRAI GABONAIS LE SUBISSENT
    VIVE LA FRANCE LE PAYS DE LACRUCHE ET DES DROIT DE L’HOMME MAIS C’EST AUSSI LE PAYS

  2. SERGE MAKAYA dit :

    Maintenant on comprend le séjour de Nourredine à Londres avec 8 grosses valises bourrées de je ne sais quoi… Pitié !

  3. Pascal NGOUA dit :

    L’indifférence de la France quant à ce qui se passe au Gabon est une insulte au peuple Gabonais. Vous avez eu besoin des Gabonais AUSSI pour libérer votre pays du joug Allemand. Pourquoi ne pas aider les Gabonais à se débarrasser du joug Bongoiste que VOUS MÊME nous avez imposé après Léon Mba ? Encore que Léon Mba, c’était toujours vous qui étiez responsable de sa nomination comme Président.

  4. Hugo dit :

    “Je vous le dis, l’indépendance est seulement acquise à moitié dans la plupart des pays africains. Certains ne contrôlent même pas une fraction de leurs ressources naturelles. Allez au Gabon, toute la richesse du sous-sol appartient à la France. Ce sont les accords [avec la France]. C’est la même chose dans les autres pays francophones. Le pétrole qu’on découvre appartient à la France, les diamants qu’on découvre appartiennent à la France, et les compagnies minières seront naturellement françaises. En échange, on vous donnera peut-être 12 % ou 15 % des revenus sur le pétrole. C’est vraiment terrible !” (ROBERT MUGABE, ancien Président du Zimbabwe)…

    ET IL N’A PAS TORT DU TOUT…http://uhem-mesut.com/medu/fr0092.php

  5. Irène dit :

    La France, aurait-elle masquée la mort de Macron si cela devait arriver ? Pourquoi elle fait ça au peuple gabonais ? Ali Bongo est bien MORT depuis octobre 2018. Cessez de nous prendre pour des imbéciles.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW