Si des rumeurs persistantes veulent que le président de la République soit hors du pays depuis 20 jours, le silence du porte-parole du palais du bord de mer qui n’a jusque-là pas trouvé nécessaire de les infirmer ni de les confirmer en dit long sur l’état de santé supposé critique d’Ali Bongo.

Ali Bongo est porté disparu depuis plus d’un mois. La présidence de la République se refuse à communiquer sur le sujet. © Gabonreview

 

Ali Bongo est-il toujours en vie ? Son état de santé s’est-il réellement détérioré comme le prétendent certains ? Le président de la République est-il présent sur le territoire national ? Se remet-il de son AVC survenu en octobre 2018 à Riyad en Arabie saoudite ? Bien malin qui répondra à ces différentes questions. D’autant plus que la présidence de la République ne semble pas être disposée à donner la moindre information sur les capacités physiques, voire cognitives, du chef de l’État.

S’étant déjà illustré par de nombreuses maladresses au début des ennuis de santé d’Ali Bongo, le porte-parole de la présidence de la République s’est muré dans un silence qui laisse clairement entendre que rien ne va. Craint-il sans doute de commettre de nouvelles erreurs de communication et de prêter ainsi le flanc à l’aile dure de l’opposition qui appelle depuis des mois à la déclaration de la vacance du pouvoir. Sinon, comment comprendre qu’il n’ait pas encore réagi aux rumeurs persistantes qui veulent que le président soit hors de son pays depuis le 4 avril ?

Le flou savamment entretenu sape dangereusement la confiance.

Depuis 20 jours, en effet, la presse internationale et Jeune Afrique notamment, assure qu’Ali Bongo est allé poursuivre ses soins à Londres. Si d’autres rumeurs évoquent l’Espagne, l’Arabie saoudite ou encore les Pays-Bas, toutes allèguent un fait commun que le palais du bord de mer fait mine d’ignorer : une nouvelle crise de fatigue, dont le président aurait été victime en fin mars. Au palais, cette information, à moins de l’avoir fait fuiter volontairement dans la presse étrangère et par l’entremise des débatteurs des salons feutrés de Libreville, ne semble pas beaucoup intéresser le porte-parole.

Ike Ngouoni Aila Oyouomi n’est plus apparu sur les médias nationaux depuis plus d’un mois. Sa dernière sortie a eu lieu le 21 mars dernier, alors qu’il annonçait le retour d’Ali Bongo au Gabon après six mois d’absence. À l’époque, les autorités gabonaises s’étaient réjouies de ce que le chef de l’État rentrait pour «retrouver ses compatriotes». Il s’agissait, affirmaient-elles, d’un retour «définitif». Les même autorités n’avaient pas hésité à le montrer ostensiblement en parfaite capacité de ses facultés physiques et cognitives. C’est du moins, ce que pouvaient renvoyer les images choisies et envoyées pour diffusion sur les médias nationaux.

Un mois après, la rechute supposée d’Ali Bongo est un secret de polichinelle. Mais ça, le bord de mer à Libreville n’est pas disposé à le reconnaître. Le patron de la communication présidentielle semble préférer laisser courir la rumeur plutôt que d’informer les Gabonais de ce qu’il est advenu du président, du lieu exact où il se trouve actuellement…et dans quel état ? Gouverne-t-il le pays ? Le flou savamment entretenu sur l’état de santé du chef de l’État sape dangereusement la confiance en l’indépendance des institutions supposées incarnées la République et l’État de droit, renforçant ainsi la suspicion qui s’épaissit depuis le 24 octobre 2018.

 
 

19 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Ils veulent gagner du temps. Et ils sont de connivences avec la France et le Maroc. Croyez-moi…

    Je sais comment fonctionne les services secrets au Gabon. Et même en France ou au Maroc, c’est pareil…

    Leur projet diabolique est quasiment prêt. Vous saurez bientôt qui va remplacer BOA qui est mort depuis octobre 2018…

    NB : si c’est Jean Ping (ce qui me surprendrait, parce que la France ne veut vraiment pas de lui), c’est qu’ils ont légèrement peur de la réaction du peuple s’ils mettent l’un des leur. Laccruche en fait parti. ce qui est INADMISSIBLE…

    Vous accepteriez qu’un français devienne président du Gabon quand les français ont du mal à accepter un ministre noir dans le gouvernement français ? Et puis, nous sommes indépendants ou pas ? C’est l’occasion de dire aux français de cesser de se moquer de nous… Mais réveille-toi, peuple gabonais !

  2. Plutonium 241 dit :

    L’hypothèse n’est plus relancée, elle se confirme désormais d’elle même. Il ne reste plus à nos Très Chers faquins qu’à collectivement présenter leurs démissions. En (vraie)démocratie et en république (même bananière et bongolandaise) on ne peut, étant dirigeant mentir indéfiniment. Je ne doute pas 1 seul instant que ceux qui ont pour habitude de défendre les valeurs de notre démocratie (imaginaire)et de notre république (de pacotille) ne se joignent à nous pour demander la démission de ceux qui au sommet de les violent ou bien ?

  3. MARIE MADELEINE dit :

    Akié ! A Ntare Nzame !!! Jusqu’au bout !!! https://youtu.be/mCHWjXP-ueg

  4. CHRISTINE Madeleine dit :

    JUSQU’AU BOUT… DE LA VICTOIRE FINALE… https://youtu.be/mCHWjXP-ueg

  5. Pascal NGOUA dit :

    On ira jusqu’à la libération totale du Gabon. Je sais que ce que j’écris ne fais pas plaisir à Laccruche et sa femme Sylvia…

    Vive Jean Ping, le Président élu en 2016…

    NB : depuis 1960,les français nous mentent, peuples
    gabonais, réveillons-nous… https://youtu.be/mCHWjXP-ueg

  6. SERGE MAKAYA dit :

    Un homme peut se tromper. Et quand il fait marche arrière, il le fait VRAIMENT.C’est le cas de Mr Jean Ping…

  7. ISABELLE dit :

    JE VOUS RAPPELLE QUE LE GABON A D’ÉNORMES RICHESSES NATURELLES QUE N’ONT PAS D’AUTRES PAYS D’AFRIQUE. ET DEPUIS BIENTÔT 60 ANS, NOTRE PAYS EST GÉRÉ PAR DES ETRANGER. ABO ÉTAIT CONGOLAIS, BOA VIENT DU NIGERIA. PING EST DE PÈRE CHINOIS ET DE MÈRE GABONAISE. IL A AU MOINS LA GRACE D’AVOIR GRANDI AU GABON. ET EN PLUS, IL A GAGNE LA PRÉSIDENTIEL DE 2016. C’EST LUI DONC NOTRE VRAI PRÉSIDENT. AYONS POUR UNE FOIS UN VRAI PRÉSIDENT SVP… ET QUE LA FRANCE NE S’INGÈRE PLUS JAMAIS DANS NOTRE POLITIQUE SVP…

    • FRANÇOISE dit :

      Amen ! Isabelle… Je suis entièrement d’accord avec toi, MERCI ! Pour toi, cette chanson du Gabon: https://youtu.be/fSIUXsl1JDk

      • Pas d'accord dit :

        Faudra m’expliquer comment vous comptez vous y prendre ?
        Vous, Gaboma primaire, n’êtes pas capable de gérer une boutique, c’est pour cela que les West Africains doivent le faire à votre place.
        Toujours, pour les plus grosses affaires ils vous faut toujours des blancs ou des libanais autrement, vous ne savez pas gérer (la nouvelle mode vous prenez des blancs indiens ou des jaunes chinois).
        Même pour gérer les maquis vous êtes nuls !.!
        Pour piéger et faire la mafia… Ah ça là, c’est du premier de cordée le Gabon !
        Accuser la France de tout ses maux, ça on sait faire, toujours sans rien connaitre. Pitié !
        Ce ne sera tout de même pas trop dur de faire un peu mieux que le PDG.

    • Je dit :

      Je dirais simplement que ce que vous dites c’est du n’importe quoi.

  8. BONGO DOIT PARTIR dit :

    Mais qu’attendons nous revendiquer pacifiquement la vacance du pouvoir. Burkina, Soudan, Egypte , Algerie , Tunisie …. ils l’ont fait pourquoi pas nous. La libération ne viendra de personne d’autre que le peuple. Gabonais debout

    • Pas d'accord dit :

      Oui ça là, c’est la bouche, les gabonais n’ont que la bouche.
      Vous n’avez pas ce qu’il faut pour vous sortir les chenilles de vos gros nez de bantous.
      Retournez vous cacher dans la foret, peuple de trouillards.
      Rentrez chez vous, poltrons………………

      • Plutonium 241 dit :

        Tandis qu’adopter la posture de la fausse auto-dérision démonstrative et surjouée dans le but de titiller l’imaginaire (maboulisé par le PD G) de vos contradicteurs en laissant planer un tout minuscule doute sur vos propres possibilités immenses (recelées dans ces 2 armoires fermées à clé et très probablement vides que sont votre “cerveau” ou ce qui en tient lieu et votre “pantalon”), n’est en rien ni preuve de votre fausse intelligence,ni preuve de votre faux courage que vous n’exprimez qu’ à l’ombre des jupons poilus de la GR et autres encagoulés souriants, Très brave(s) homoncule(s). Pffff !!!!

    • Mezzah dit :

      BDP,

      Nous tenons une occasion rare pour renverser pacifiquement ce pouvoir. Vous savez il se dit même que les MINISTRES attendent que les Gabonais se retrouvent massivement dans la rue pour démissionner collectivement, ils attendaient le boycotte de la messe qu’organise le PM, mais rien ne vient. Vous vous souvenez de l’appel lancé lors du putsch manqué, il disait peuple gabonais descendez dans la rue. Cet appel n’était pas seulement celui des soldats.

  9. Sérieusement, ces gens nous prennent pour qui ?fatigue légère, sévère,avc,convalescence, récupération progressive et rapide de tous les sens et de la motricité, regain définitif du pays,reprise des activités avec les dossiers brûlants bref, puis silence total.ÉPICÉ TOUT vraiment !!!

  10. moundounga dit :

    Bjr. Irréversible. Amen.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW